Article partenaire Kinki | Kyoto Tourisme

Écotourisme dans le village rural et historique d’Asuka, à Nara


Article réalisé en partenariat avec le village d’Asuka Mura, Nara.

 

Asuka (飛鳥) est un lieu chargé d’histoire : c’est là que fut établie la première capitale du Japon, il y a plus de 1300 ans. Ce village de la préfecture de Nara est aujourd’hui devenu un coin de campagne paisible, parsemé des vestiges témoins de sa grandeur passée : temples bouddhistes, tumulus et sites archéologiques de l’ancienne capitale. C’est aussi une destination rêvée pour tous ceux qui souhaitent prendre le temps et découvrir la nature et l’agriculture locale, loin du rythme effréné que l’envie de découverte nous pousse parfois à adopter en voyage.

 

Balade à pied ou à vélo cœur du village d’Asuka

Le village n’est pas très grand, et il est possible de rallier ses sites principaux à pied. Cependant, s’il est agréable de s’y promener, je vous conseille de louer un vélo car il y a beaucoup à explorer à Asuka et pouvoir se déplacer plus vite permet de sortir des parcours balisés pour explorer ses moindres recoins et se laisser tenter à emprunter les chemins de traverse.

Deux personnes à vélo au milieu des rizières dans le village d'Asuka, préfecture de Nara

Les paysages d’Asuka sont protégés en raison de leur importance historique. Grâce à cela, aucun immeuble à l’horizon. Le village est plein de charme et il s’en dégage une atmosphère intemporelle. Il n’est pas nécessaire de s’éloigner du centre pour découvrir de beaux paysages ruraux : rizières et maisons traditionnelles se succèdent au bord de chemins trop étroits pour que les voitures puissent les emprunter.

Vue du village d'Asuka, Nara : rizières et maisons traditionnelles.

Une petite route bordée par des maisons traditionnelles à Asuka

 

Je parle plus en détail des différents sites à découvrir dans cet article sur l’histoire d’Asuka.

 

Les rizières en terrasse d’Inabuchi Tanada

En s’éloignant légèrement du centre d’Asuka, vers le sud, on arrive rapidement au milieu des rizières en terrasse d’Inabuchi Tanada. Les rizières s’y succèdent sur une grande superficie vallonnée, et offrent un spectacle varié au fil des saisons et des heures. Les moments les plus prisés pour les visiter sont au début de l’été, quand le coucher du soleil se reflète sur les parcelles inondées, et de mi à fin septembre, quand elles se couvrent de fleurs rouges appelées higan-bana. Je les ai pour ma part découvertes verdoyantes et sous une pluie battante, qui n’a pas suffi à décourager mon enthousiasme face à la beauté du paysage.

Les rizières en terrasse d'Inabuchi Tanada à Asuka (Nara), traversées par un petit sentier

 

Les rizières d'Inabuchi Tanada au début de l'été, inondées sous un ciel bleu
Les rizières d’Inabuchi Tanada au début de l’été.
Les rizières d'Inabuchi Tanada recouvertes de fleurs rouges higan-bana
Les rizières d’Inabuchi Tanada recouvertes d’higan-bana en septembre.

 

Pour découvrir les plus belles vues, il ne faut pas hésiter à quitter la route pour emprunter les petits sentiers qui serpentent à travers champs. Attention cependant à bien rester sur les chemins, et à ne pas pénétrer les parcelles privées ni piétiner la bordure des champs.

Asuka : vue des rizières en terrasse d'Inabuchi Tanada sous la pluie

Panneau de bois indiquant la route des épouvantails à Asuka
L’un de ces sentiers est surnomé “かかしロード” (kakashi road), la “route des épouvantails”, car un concours d’épouvantail s’y déroule chaque automne.

 

Épouvantails dans les rizières d’Inabuchi Tanada pendant le concours.

 

Par ailleurs, les fraises d’Asuka sont célèbres, et il n’est pas rare de voir des serres au bord des routes. Si vous avez l’envie de les goûter, sachez que certaines exploitations proposent aux visiteurs d’aller les cueillir eux-même.

Serres où sont cultivées des fraises sur le bod d'une route à Asuka

Les belles fraises "ruby" d'Asuka

 

Sur les traces de Naomi Kawase

Naomi Kawase, la réalisatrice du film Les Délices de Tokyo, est originaire de Nara. Un de ses films, Hanezu, l’esprit des montagnes, a pour décor Asuka. Quand j’ai demandé à l’office du tourisme où trouver les lieux du tournage, mon interlocuteur m’a tout de suite indiqué celui que j’avais en tête : le sanctuaire Asukakawakaminiimasuusutakihimenomikoto. À vélo, il se situe à une courte distance des rizières d’Inabuchi — j’indique l’emplacement sur la carte en fin d’article.

Les marches du sanctuaire que l'on voit dans le film de Naomi Kawase, qui s'enfoncent dans la forêt à Asuka

C’est sous une pluie battante que je suis arrivée au pied de ses volées de marches. Ce petit sancutaire niché dans les hauteurs de la forêt, légèrement décrépi mais pas abandonné — comme en témoignes quelques cannettes de saké laissées en offrande —, dégage un charme et une puissance mystique époustouflants. Il y a nombre de petits sanctaires comme celui-ci dans les campagnes japonaises, et je ne peux que vous inviter à tenter de les débusquer.

Le petit sanctuaire que l'on voit dans le film Hanezu, entouré d'arbres et de mousses. Asuka, Nara

 

Les verriers d’Asuka : découverte de l’artisanat local

C’est à Asuka que se trouvait le premier atelier de verrerie de l’archipel, et les techniques et traditions se sont perpétuées jusqu’à aujourd’hui. On trouve encore nombre d’ateliers de souffleurs et autres artisans verriers. J’ai eu la chance de visiter le village au moment d’une exposition de leurs créations, mais on peut les voir toute l’année dans les boutiques et restaurants d’Asuka.

Verres et autres pièces en verre soufflé réalisées à Asuka, exposées dans une maison traditionnelle.

 

Séjour à la ferme à Asuka

Lorsqu’on parle d’écotourisme, un type d’hébergement vient tout de suite à l’esprit : le séjour à la ferme. J’ai eu la chance de passer un nuit à Tomaryanse, dont je parle plus en détail dans cet article. La maison, vieille de plus de 200 ans, offre un cadre hors du temps propice à la détente. On y sert une cuisine délicieuse préparée avec des produits frais et locaux, et il est même possible d’accompagner les propriétaires aux champs.

Vue depuis l'intérieur de Tomaryanse, chambre d'hôte dans une maison traditionnelle japonaise à Asuka

Pauses gourmandes à la découverte des produits du terroir

Quand on prend le temps de sillonner la campagne d’Asuka, modelée par le travail des générations de paysans qui s’y sont succédées, l’envie naît très vite de goûter les produits de ce terroir, et notamment le riz qui pousse ici en abondance.

Comme j’ai passé deux jours à explorer le village, je vous propose de découvrir 4 adresses qui sont à la fois des restaurants et des cafés : 2 où j’ai déjeuné, et 2 où j’ai fait une pause café et pâtisserie. Tous les produits n’y sont pas 100% locaux, mais dans chaque endroit j’ai pu apprécier la qualité de la cuisine et du cadre.

Café Kotodama (カフェことだま)

Sans doute l’adresse la plus prisée d’Asuka, et on comprend pouquoi en dégustant son menu unique préparé avec des produits locaux : une cuisine créative et subtile qui mèle des saveurs typiquement japonaises à des inspirations occidentales. (menu déjeuner à 1620¥, le restaurant fait aussi café et boutique — artisanat et produits alimentaires)

Le menu du midi du Café Kotodama : plats variés, japonais et occidentaux

Dessert au Café Kotodama : café gourmand

 

Coffee Sanpo (珈琲さんぽ)

Ce petit restaurant installé dans une maison ancienne est un vrai coup de cœur. Tant pour la cuisine et la décoration que pour l’accueil, la simplicité apparente révèle une grande attention aux moindres détails et à la qualité. Le poulet de Hainan, un plat originaire d’Asie du sud-est, est un régal tout en subtilité, et le café est excellent. (compter 1350¥ pour le déjeuner, avec un café)

Poulet de Hainan au Coffee Sanpo, dans un décor tout en bois clair

 

Matsuyama Cafe

Installé dans un ancien entrepôt près de la gare, Matsuyama est sans doute le café branché d’Asuka : vaste espace, décoration toute en bois et métal et cuisine maison à base de produits locaux. (menu du midi à 1350¥, gâteaux à 480¥)

Café au lait et cheesecake au citron au Matsuyama cafe

 

Misono Cafe (珈琲の館御園)

Ce dernier est un véritable café, installé près de la gare d’Asuka depuis 40 ans. La décoration aux accents britanniques est en fait tout à fait typique de ce type d’établissement au Japon. On peut y déguster un café préparé au siphon au son d’une musique douce. (café à partir de 430¥)

Café et pâtisserie au chocolat au Café Misono, dans un décor de bois sombre

Plus d’informations

Vous trouverez plus d’informations sur le site Exploring Asuka (en anglais) et sur Asuka Navi (pour une consultation sur téléphone, en anglais). Ainsi que sur la brochure “Asuka, lieu de naissance du Japon” disponible en pdf.

Vous pouvez également suivre @asukanavi sur Instagram.

Je vous conseille aussi la lecture de l’exemplaire de naranara consacré à Asuka, vous pourrez trouver la version papier à Asuka mais aussi consulter la version pdf (en anglais et japonais).

 

Accès et transports

Asuka est situé à moins de 50 minutes en train de Nara. Depuis la gare de Kintetsu-Nara, prenez le train limited express jusqu’à la gare d’Asuka. Comptez moins de 80 minutes depuis les gares de Kintetsu-Kyoto ou JR Osaka.

Sur place, le plus pratique est de se déplacer à vélo ou dans une mini voiture électrique baptisée michimo (location possible près de la gare). Il est également possible de se déplacer à pied ou d’utiliser le bus Asuka Aka Kame (horaires et informations ici — en japonais).

 

Une voiture électrique Michimo, sur la route au milieu des rizières d'Asuka

 

    
Prénom
Catégorie
Adresse
Accès
Horaires
Prix
Mode de paiement

Commentaires