Activités Article partenaire Shikoku | Naoshima

Récolte des mandarines mikan au bord de la mer Uwakai

Mikan, mandarine japonaise, Seiyo, Uwakai, Shikoku

Découverte de la culture des mikan en partenariat avec la ville de Seiyo.

Au Japon, le paysage des campagnes est sculpté par les rizières en terrasse, le riz étant l’ingrédient principale de la cuisine japonaise. Cependant le Japon ne cultive pas que du riz! Dans la préfecture d’Ehime, la culture en terrasse est également utilisée pour produire des mandarines. À Seiyo, on peut venir récolter ces mikan japonaises, directement chez le producteur tout en admirant une magnifique vue sur la mer Uwakai.

Mikan, mandarine japonaise, Seiyo, Uwakai, Shikoku
Vue sur la mer Uwakai.

Les mikan : les mandarines japonaises

La mikan est une variété de mandarine nommée satsuma qui a été introduite au Japon il y a 400 ans. Elle est réputée pour son goût équilibré entre acidité et douceur, ainsi que pour l’absence de pépins qui facilite la dégustation ! La préfecture d’Ehime est, avec celle de Wakayama, le premier producteur japonais de mikan (environ 250 000 tonnes par an). Plus de 40 variétés y sont cultivées.

Les mikan : les mandarines japonaises
Les mikan : les mandarines japonaises

La floraison des citrus démarre au mois de mai puis les fruits grossissent durant l’été et atteignent une taille idéale pour la récolte courant novembre. Au printemps, l’arôme légèrement acidulé et doux issu des fleurs de citrus parfume l’air. À l’automne, on peut apercevoir au bord des routes des sacs remplis de mikan à disposition en échange de 100 yens à déposer dans une petit boîte.  Pour goûter la mikan, vous aurez l’embarras du choix parmi de nombreux produits déclinés : jus de fruits, confitures, pâtisseries et glaces… Sans compter le fruit !

Près 40 variétés de mikan cultivées à Ehime.
Près 40 variétés de mikan cultivées à Ehime.

Culture des mikans en terrasse à Karihama

Les magnifiques paysages du Géoparc national de Seiyo, entre mer et montagnes, réunissent les conditions idéales pour la culture des agrumes : climat doux, ensoleillement et brises marines. Au bord de la mer Uwakai, qui sépare les îles de Shikoku et de Kyushu, les flancs des collines sont habillés par les cultures de mandarines en terrasse.

Cultures des mikan en terrasse
Cultures des mikan en terrasse
Le village de Akehamacho Karihama au milieu des vergers.
Le village de Akehamacho Karihama au milieu des vergers.

Une cueillette atypique

Dans le village de Karihama Akehamacho à Seiyo, on peut cueillir les mandarines directement dans les vergers.  Nous retrouvons les agriculteurs à la ferme où l’on récupère notre équipement : sécateur, gants et corbeilles. Pour accéder aux champs de mikan, on embarque à l’arrière de la camionnette sur le plateau pour profiter de la vue. Avant de commencer la récolte, le producteur nous conduit au point culminant de la route étroite et sinueuse pour admirer le panorama : les collines verdoyantes tachetés d’orange plongent dans la mer Uwakai.

On embarque à l'arrière des camionnettes.
On embarque à l’arrière des camionnettes.

Le dénivelé des cultures en terrasse est raide pour favoriser le bon ensoleillement des citrus. Afin de faciliter la manutention des lourdes caisses remplies de mikan, les agriculteurs ont mis en place un réseau de rails qui guident les chariots motorisés pour transporter les caisses. Normalement, ces chariots ne sont pas destinés au transport des voyageurs. Mais notre hôte a souhaité pimenter notre visite en nous invitant à expérimenter ces montagnes-russes agricoles!

La première tentative à échouée, le chariot n’a pas supporter le poids des 5 passagers et s’est arrêté dans la montée. Nous avons dû nous séparer en deux groupes pour pouvoir atteindre le sommet. Cette expérience atypique est déconseillée à ceux qui ont le vertige (surtout lors de la descente) !

Changement de véhicule !
Changement de véhicule !
Véritables montagnes-russes agricoles.
Véritables montagnes-russes agricoles.

Remis de nos émotions, nous avons pu entamer la récolte. L’agriculteur nous indique les citrus où l’on peut cueillir les mikans. Il n’y a qu’une règle à suivre : il faut couper la tige au ras de la mandarine. Une fois les corbeilles remplies, nous sommes revenus à la ferme où nos hôtes nous ont gentiment offert un café.

La récolte des mikan avec sécateur et gants.
La récolte des mikan avec sécateur et gants.
La récolte du jour.
La récolte du jour.

Informations pratiques

La location d’une voiture est indispensable pour explorer librement le Géoparc national de Seiyo car de nombreux sites ne sont pas accessibles en transports. Depuis la gare d’Unomachi, prévoyez environ 30 minutes de route pour atteindre les vergers en terrasses de Karihama. Au départ de Matsuyama, il faut prévoir 1h30 de trajet.

Pour réserver une séance de récolte de mikans à Karihama, il faut contacter (en anglais ou en japonais) Katayama Natsuko par mail via l’adresse suivante : natsuko@muchachaen.jp .

 

Commentaires