Activités Article partenaire Kanto | Tokyo Tourisme

L’île de Niijima, un bout de Tokyo dans le Pacifique

IMG_0842-min

Et si je vous disais qu’au sein même de la Préfecture de Tokyo se cachent de véritables petits coins de paradis tropicaux ? L’envie d’une parenthèse idyllique se fait sentir tout à coup ? Pour cela, il faudra vous aventurer aux confins de l’océan Pacifique pour découvrir les merveilles que les sept îles Izu ont à offrir. Cet archipel issu d’une chaîne volcanique toujours en activité, propose aux citadins de se ressourcer au plus proche de la nature. Le temps d’une escale à Niijima…

Que faire à Niijima ?

Du Surf !

C’est l’activité principale de l’île. De sublimes plages de sable blanc bordent les côtes, et la plus courue d’entre elles, Habushiura, est un spot de surf mondialement reconnu pour ses hautes vagues. Sensations garanties ! Près du port, la petite plage de Kurone sera très appréciée pour une baignade au calme ou en famille.

La plage de Habushiura - Niijima, Tokyo
La plage de Habushiura, mondialement connue pour ses vagues !

La plage de Habushiura - Niijima, Tokyo

Des randonnées

Plusieurs monts jalonnent l’île et permettent de faire des balades assez faciles, offrant de magnifiques points de vue sur les alentours. Entre autres, on retiendra les panoramas d’Ishiyama, situé au sud sur le site d’exploitation de la pierre Kohga, de Fujimi-Toge, au nord dans le Parc National Fuji-Hakone-Izu, et d’Habushiura, à l’est de l’île et qui offrira la plus belle vue sur les 6,5km de plage de sable blanc.

La vue depuis le panorama d'Ishiyama - Niijima, Tokyo
La vue depuis le panorama d’Ishiyama

- Niijima, Tokyo

Se baigner dans les Onsen

Parmi les bains chauds de l’île, le plus spectaculaire reste l’onsen extérieur de Yunohama. Cette reconstitution de ruines inspirées d’un temple grec, perchée sur la côte, offre un des meilleurs spots pour admirer le coucher de soleil. Accessible 24/24h, gratuit (prévoir tout de même 100 yens pour le casier), il est le point des rendez-vous des locaux, qui aiment à s’y retrouver pour partager un moment de détente. Plusieurs températures de bains, certains à l’eau de mer et d’autres directement issus de la source, seront un test de résistance à la chaleur pour les non-initiés ! Maillot de bain obligatoire dans la partie mixte.

Yunohama onsen- Niijima, Tokyo
La silhouette immanquable du Yunohama onsen.

Autre expérience, l’onsen plus traditionnel de Mamashita, qui en plus de posséder lui-aussi une très belle vue sur l’océan, vous propose des bains de sable chaud, réputés très bons pour la peau !

Visiter des musées

Le Niijima Village Museum est aussi surprenant par sa forme que par la densité de son contenu (présenté en japonais et en anglais). Il retrace l’histoire de l’île depuis son origine volcanique jusqu’à aujourd’hui, et décrit avec beaucoup d’anecdotes le quotidien de ses habitants.

On y apprend que la pierre Kohga (la ryolite) est celle qui a fait la renommée de l’île. Très robuste, elle permet de construire solidement des constructions que l’on peut admirer partout sur Niijima. Elle se découvre aussi au Stone Art Zoo, où elle est utilisée pour tailler des sculptures d’animaux. Les propriétés de cette pierre permettent également d’obtenir naturellement un verre d’une couleur vert-olive unique. A l’étage, une collection de vieilles planches de surf ravira les passionnés.

Niijima-mura Museum - Niijima, Tokyo
Niijima-mura Museum
Stone Art Museum - Niijima, Tokyo
Au Stone Art Museum.

Amateurs d’art et d’artisanat, le Niijima Contemporary Glass Art Museum est fait pour vous. Il abrite une collection d’œuvres d’art réalisées par les plus grands artisans verriers d’aujourd’hui. Le bâtiment en soi vaut également le détour pour son architecture conçue par Dan Norihiko.

Cette structure de verre et de béton surplombe la côte et offre encore une fois un beau point de vue. Le bâtiment annexe abrite un atelier où vous pourrez vous-même réaliser du verre dans la plus pure tradition de Niijima, assisté par des artisans (2620 yens les 30 minutes. Réservation à l’avance, et prévoir de repasser le lendemain pour récupérer votre création après son temps de séchage).

Une borne qui indique une adresse
Une borne en verre pour indiquer une adresse.

Découvrir les temples de Niijima

Le sanctuaire shinto Jusansha (十三社神社), dédié comme son nom japonais l’indique aux 13 divinités de l’île, accueille son plus important festival chaque 8 décembre. Les danses et célébrations qui s’y déroulent font partie d’un patrimoine culturel protégé.

Le temple bouddhiste Choeiji (長栄寺) borde le Cimetière des Exilés, où sont regroupés les sépultures des exilés de l’île de l’époque Edo, qui laissèrent leur empreinte sur Niijima en œuvrant pour la communauté. Parfois, les stèles prennent une forme directement liée à ce que les exilés aimaient faire du temps de leur vivant. Ces lieux sacrés, en bois gris et pierre blanche à l’image de l’île, offrent une atmosphère définitivement exotique. 

Jusansha - Niijima, Tokyo
Le sanctuaire Jusansha.

Jusansha - Niijima, Tokyo

Le cimetière des Exilés - Niijima, Tokyo
Le cimetière des Exilés.

Où se loger à Niijima ?

Si vous aimez l’aventure, vous pourrez poser votre tente gratuitement au camping de Habushiura, à flanc de montagne. Ce vaste camping propose tous les équipements nécessaires (coin cuisine et repas, location de barbecue, WC, lavabos, douches extérieures) et les espaces sont entretenus et propres. Il suffit simplement de vous enregistrer à la réception pour que l’on vous attribue un emplacement.

Niijima dispose d’une offre d’une vingtaine d’établissements, principalement des Minshuku (chambres d’hôtes) parmi lesquels vous trouverez votre bonheur. Attention toutefois à la période à laquelle vous souhaitez vous rendre sur l’île : en haute saison (de mai à septembre), réservez votre logement à l’avance car l’île est très appréciée des touristes et surfeurs; et en basse saison (d’octobre à avril), même si la baisse de fréquentation vous permet de profiter de l’île tranquillement, beaucoup d’établissements ferment.

Où se restaurer à Niijima ?

Pour ma part, j’ai visité l’île en octobre, donc assez tardivement dans la saison, et beaucoup de restaurants avaient déjà pris congé. Néanmoins, je peux malgré tout vous recommander plusieurs adresses de qualité.

  • Pool/Park : ce spot “bord de plage” et sa déco branchée propose des assiettes saines avec des produits locaux. L’endroit idéal pour chiller. Mention spéciale aux délicieux gâteaux au chocolat bien consistants, comme on en trouve rarement au Japon.
  • Dosanko : un lieu très convivial pour déguster de succulents ramen, de concert avec les classiques de la cuisine japonaise.
  • Yûbamatei : un restaurant qui propose une cuisine teppanyaki, mais également de délicieux sets de sashimis issus de la pêche du matin.

Plusieurs restaurants proposent aussi de goûter à la spécialité des îles Izu : le Kusaya. Dérivé du mot kusai (臭い, littéralement “nauséabond”), il s’agit de poissons marinés puis séchés au soleil pendant des heures, à essayer !

Comment s’y rendre et s’y déplacer ?

Au départ de Tokyo

Le plus rapide (mais le plus onéreux) reste l’avion, très pratique pour aller d’île en île, mais le peu de vols vous obligera à planifier votre séjour en avance. Sinon, il faudra 3h en Jet Ferry pour gagner Niijima, ou 10h30 en Ferry classique (avec la compagnie Tokai Kisen).

Libre à vous de vouloir gagner du temps assis dans la cale d’un petit bateau, ou de profiter plus longuement et plus librement du spectacle de l’océan. La bonne nouvelle, c’est que selon le port d’arrivée, des navettes gratuites sont mises à votre disposition pour rejoindre le centre-ville. Les plus courageux pourront toujours parcourir les 23km² de l’île à pied, mais je recommande vivement la location de vélos. Pour environ 1.000 yens la journée, vous pourrez aller où bon vous semblera. Attention toutefois, car rejoindre le nord de l’île implique de passer dans un grand tunnel, fréquenté surtout par des véhicules motorisés.

De nombreux festivals et activités ont lieu toute l’année. Avant de partir, pensez à demander les brochures des îles aux offices du tourisme.

Commentaires