Activités Article partenaire Koshinetsu | Nagano Tourisme

Tsunotsuki: la culture de la tauromachie japonaise à Yamakoshi

Yamakoshi-6

Artiste réalisé en partenariat avec le village de Yamakoshi

Quand on évoque le terme “corrida“, l’imagerie qui vient à l’esprit n’est vraiment pas plaisante; un spectacle sanglant d’animaux opposés les uns aux autres pour le divertissement humain. Dans cet esprit, il va sans dire que j’étais au début assez inquiet avant d’arriver à Yamakoshi – un village qui a une longue tradition d’une forme de tauromachie connue sous le nom de Tsunotsuki. Cependant, j’ai essayé de garder l’esprit ouvert, et j’ai été rapidement soulagé de réaliser que Tsunotsuki était en fait, loin d’un tel cas. C’est peut-être l’un des sports animaliers les plus respectés que l’on puisse espérer.

Tsunotsuki est la culture de la tauromachie à Yamakoshi, dans la préfécture de Niigata au Japon

En fait, la pratique Tsunotsuki est enracinée dans le principe Shinto – la religion ethnique du Japon qui accorde une importance capitale à l’harmonie entre l’homme et la nature. La tradition a commencé à l’époque de Heian, lorsque les taureaux ont été traités avec une vénération spirituelle pour leur rôle dans le maintien de l’agriculture en labourant les champs. Le Tsunotsuki s’est développé pendant plus de mille ans lorsque la consommation de viande, et en particulier de bœuf, était considérée comme hautement taboue (et interdite par décret gouvernemental pendant une grande partie de cette période). Pendant cette période, les taureaux étaient gardés à l’entrée des foyers, et leurs besoins étaient souvent pris en charge avant la famille. Comme le combat entre les taureaux était quelque chose de normal dans la nature, les corridas ont été à l’origine considérées comme quelque chose d’un moyen rituel de “se défouler“.

Tsunotsuki est la culture de la tauromachie à Yamakoshi, dans la préfécture de Niigata au Japon

La tradition persiste dans sa forme originale à ce jour, et bien qu’elle soit peut-être moins spirituelle dans la nature, les taureaux d’aujourd’hui sont traités avec une révérence similaire. Les arbitres connus sous le nom de seko surveillent de près les matchs, s’assurant que le combat se passe bien, et en s’assurant que les taureaux ne soient pas blessés. Ces seko sont typiquement des agriculteurs locaux, qui élèvent ces taureaux en plus de leurs activités principales d’agriculture ou d’élevages de carpes koi. En moyenne, il y a une quinzaine de ces arbitres ici.

Tsunotsuki est la culture de la tauromachie à Yamakoshi, dans la préfécture de Niigata au Japon

Tsunotsuki est la culture de la tauromachie à Yamakoshi, dans la préfécture de Niigata au Japon

En fait, même pour dire que la pratique Tsunotsuki  soit un «combat» pourrait être un peu trompeur, puisque chaque match est déclaré nul. Plutôt qu’une bataille qui nécessite un gagnant ou un perdant, c’est une compétition de force et d’endurance. Les taureaux verrouillent les cornes, et se poussent les uns contre les autres autour de l’anneau, jusqu’à ce qu’ils finissent par se lasser. Lorsque cela se produit, le seko de tête les escorte hors du ring, guidant les taureaux à l’aide de cordes attachées à leur nez et à leurs pattes de derrière, puis prenant le taureau pour un tour alors qu’il est applaudi pour ses efforts. Les taureaux ne sont jamais tués dans cette pratique, et en fait, si un taureau est blessé, les seko arrêteront le match et prieront – une autre pratique enracinée dans la croyance Shinto.

Tsunotsuki est la culture de la tauromachie à Yamakoshi, dans la préfécture de Niigata au Japon

Tsunotsuki est la culture de la tauromachie à Yamakoshi, dans la préfécture de Niigata au Japon

Le sport a été comparé à la lutte sumo – une comparaison qui devient encore plus compréhensible lorsque vous rencontrez les participants ! Les taureaux portent des parures semblables à celles du sumo. Ils partagent également la même saison en compétition, ainsi que de nombreux noms proches de ceux du sumo. Comme celui présenté dans les images ci-dessus qui a été nommé Ryouma, et était à peu près aussi docile que l’on pouvait espérer. Bien que je n’ai pas vu le faire participer à Tsunotsuki, j’ai pu l’emmener faire une brève promenade sur l’une des routes près de la grange des taureaux de combat. Sur une colline voisine, Yamakoshi est équipé de son propre petit stade pour le Tsunotsuki. Le stade est un écrin de ciment au sommet d’une colline au milieu d’une forêt luxuriante. En dessous des gradins on peut lire des messages d’encouragements et de soutiens pour Yamakoshi et ses fermiers, datant des retombées du tremblement de terre de Chuetsu.

Tsunotsuki est la culture de la tauromachie à Yamakoshi, dans la préfécture de Niigata au Japon

Tsunotsuki est la culture de la tauromachie à Yamakoshi, dans la préfécture de Niigata au Japon

En ce qui concerne les procédures, le seko commencera chaque match par une prière – nettoyer le stade avec du sel, et chaque assistant recevra une gorgée de saké du maître seko. Tsunotsuki durera généralement environ trois heures, avec des étapes variables, mettant en vedette quinze compétitions consécutives de taureaux allant de «poids léger» à «poids lourd». Il y a bien sûr, comme pour tous festivals japonais, une abondance de stands de nourriture pour accompagner les matchs de Tsunotsuki. Les clients peuvent apprécier des bentos et de la bière entre soupirs et l’excitation des matchs.

Tsunotsuki est la culture de la tauromachie à Yamakoshi, dans la préfécture de Niigata au Japon

Tsunotsuki est la culture de la tauromachie à Yamakoshi, dans la préfécture de Niigata au Japon

Enraciné dans la tradition Shinto, Tsunotsuki met en valeur l’endurance et la bravoure des taureaux et du seko.Prenez cette chance d’être à Yamakoshi pendant la saison des combats, c’est un événement pas comme les autres. Le tarif est de 2000 yens pour les adultes et de 1000 pour les enfants.

Tsunotsuki est la culture de la tauromachie à Yamakoshi, dans la préfécture de Niigata au Japon

Tsunotsuki est la culture de la tauromachie à Yamakoshi, dans la préfécture de Niigata au Japon

Yamakoshi-6

Il n’y a généralement que dix à douze événements Tsunosuki à Yamakoshi par an. Les taureaux se rendent parfois dans la ville voisine d’Ojiya et ailleurs dans la région de Nagaoka. Les informations pour les événements Tsunotsuki peuvent être trouvées sur la page d’accueil de la ville de Nagaoka (en japonais).

Texte original : Liam Duffy

Traduction : Estelle

Commentaires