Article partenaire Culture Koshinetsu | Nagano Tourisme

Yamakoshi, le lieu de naissance des carpes Koï « nishikigoï »


Artiste réalisé en partenariat avec le village de Yamakoshi

La carpe, ou poisson koï – est quelque chose d’assez omniprésent dans les jardins du monde entier. Pendant qu’on regarde ces poissons colorés dans l’eau des maisons de luxe ou des buffets asiatiques d’une authenticité douteuse, on s’arrête rarement à l’histoire qui se cache derrière ce poisson mythique – ils sont simplement là pour prêter à l’esthétique “orientale“.

Cependant, pour les Japonais, et en particulier ceux qui connaissent bien le célèbre village de Yamakoshi, les carpes Nishiki-koi ou Nishikigoï, sont bien plus que de simples objets décoratifs. Ils représentent une source de fierté locale et un patrimoine culturel de longue date qui a été entretenu avec soin pendant plus d’un siècle.

Les carpes colorées du village de Yamakoshi au Japon

Les carpes colorées du village de Yamakoshi au Japon

La culture des carpes koï à Yamakoshi et au Japon de manière générale remonte à plus de 400 ans, mais elles n’ont pas toujours été des créatures aux couleurs vives et esthétiques comme nous connaissons aujourd’hui. À l’origine, les carpes étaient élevées pour la nourriture et on ne les trouvait généralement que de couleur noire ou brune. À la fin du XIXe siècle, les fermiers de Yamakoshi ont remarqué l’émergence de la carpe rouge et orange parmi les carpes cultivées, ce qui les a incités à commencer à les élever à des fins esthétiques. On appelle ces carpes ornementales les Nishiki-koi ou Nishikigoi en japonais (traduisant littéralement à “poissons colorés”).

La culture des carpes colorées du village de Yamakoshi au Japon

La culture des carpes colorées du village de Yamakoshi au Japon

En 1889, la première variété de Nishiki-koi,”Kohaku” fut désignée. Depuis, plus de 100 variétés ont été cultivées, chacune avec sa propre palette et ses propres motifs. Appelés “joyaux de natation“, ces nouveaux types de carpes aux couleurs vives ont été présentées pour aux étrangers lors d’une exposition annuelle à Tokyo en 1914. Elles sont depuis devenues convoitées dans le monde entier. Bien qu’il y ait beaucoup de fermes de carpes, il n’ y en a aucune qui soit aussi mieux entretenue que celles de Yamakoshi, leur lieu de naissance. Il est important de noter que la culture des carpes au Japon est souvent considérée autant comme un passe-temps que comme une industrie. Tandis que les fermes à plus grande échelle sont un des aspects de l’industrie des carpes à Yamakoshi, il existe certains habitants de Yamakoshi qui vont coopérer avec eux, possédant de petits étangs de passe-temps. Les Nishiki-koi de Yamakoshi sont considérées comme une culture vivante et traitées avec soin et beaucoup de  passion.

La culture des carpes colorées du village de Yamakoshi au Japon

Les carpes Nishiki-koi peuvent maintenant atteindre une taille d’environ un mètre. Le processus de reproduction est très sélectif, afin d’assurer le maintien des variations de forme et de couleur. Le village de Yamakoshi, en particulier, est l’une des maisons les plus luxueuses que ces poissons pouvaient espérer avoir. En hiver, les carpes sont gardées dans des piscicultures climatisées et, pendant le reste de l’année, elles occupent les étangs extérieurs situés sur le terrain, surplombant les rizières du village recouvertes de montagnes.

La culture des carpes colorées du village de Yamakoshi au Japon

La culture des carpes colorées du village de Yamakoshi au Japon avec les belles rizières

Les poissons sont relâchés dans les étangs de mai à l’automne. Entre septembre et novembre, les carpes sont soit vendues, soit replacées dans les bassins intérieurs. Les carpes Nishiki-koi de Yamakoshi sont exportées vers plus de 50 pays à travers le monde. Le village abrite des types de carpes que l’on ne voit nulle part ailleurs, cultivant des races uniques qui attirent les amateurs et les collectionneurs. Ces «poissons de concepteur» peuvent être vendus aux enchères à travers le Japon et le monde entier, ce qui représente des prix audacieusement élevés (même si cela représente moins de 0,01% du poisson produit à Yamakoshi – la majorité étant en réalité la variété la plus modeste).

La culture des carpes colorées du village de Yamakoshi au Japon

La culture des carpes colorées du village de Yamakoshi au Japon avec les belles rizières

Le 23 octobre 2004, l’industrie et le patrimoine culturel des carpes Nishikigoi étaient menacés lorsqu’une série de séismes violents a frappé la préfecture de Niigata. Les routes dans le village de Yamakoshi ont été détruites, obligeant les résidents à être évacués du village par hélicoptère. Les poissons ont échoué au milieu des ruines, la culture et l’économie de Yamakoshi ont été profondément menacées par les tremblements de terre, ainsi que les glissements de terrain et l’érosion.

La culture des carpes colorées du village de Yamakoshi au Japon

Pour sauver les poissons, les éleveurs sont revenus le le 18 novembre pour les transporter par avion dans une opération de sauvetage qui a permis de sauver plus 450 carpes koi ce jour-là seul,sur un total de 2200 au total. Aujourd’hui, après un effort minutieux, les étangs de carpes koï été reconstruit, tout est maintenant beau comme avant.

La culture des carpes colorées du village de Yamakoshi au Japon

Les carpes Nishiki-koi sont un spectacle à voir. Leurs formes élégantes et puissantes scintillent sous les surfaces des étangs. Il y a quelque chose de surréaliste à voir le lieu d’origine d’une créature vivante autrefois considérée comme banale. Ceux qui visitent Yamakoshi peuvent être surpris de constater qu’ils ne peuvent plus regarder ces poissons sans au moins un soupçon d’admiration. Les carpes Nishiki-koi sont des œuvres d’art vivantes.

Texte original : Liam Duffy

Traduction : Estelle

Commentaires