fbpx Skip to main content

Lorsqu’on évoque Kyoto, nous avons rapidement à l’esprit l’image d’un Japon traditionnel, celle du paysage urbain de Kyoto parcouru de multiples jardins, de temples et de sanctuaires, sans oublier ses ruelles pavées et ses quartiers traditionnels. Ses rues remplies de machiya, maisons traditionnelles japonaises, sont dignes des plus belles cartes postales et nous font rêver. Mais saviez-vous que certaines de ces machiya, qui semblent au premier abord privées et difficiles d’accès, sont en fait accessibles à la location, même pour les étrangers ? Qui n’a jamais rêvé de vivre comme un kyotoïte dans une maison typiquement traditionnelle le temps d’une, ou de plusieurs nuits ?

J’ai eu l’occasion de passer une nuit magique au cœur du quartier de Shijo Omiya. Suivez-moi pour une expérience unique en plein cœur de Kyoto !

Qu’est-ce qu’une machiya ?

Les machiya sont des maisons japonaises qui se caractérisent par leur structure en bois et leur architecture traditionnelle. Ces petites maisonnettes sont typiques du Japon, et leur architecture rappelle instantanément l’atmosphère du vieux Kyoto. Chaque machiya est pourtant unique, et son style dépend des régions. En ce qui concerne les kyo-machiya (machiya de Kyoto), elles s’étendent généralement sur un à trois étages et sont souvent dotées d’un jardin intérieur.

De nombreuses maisons traditionnelles machiya à Kyoto
Rue de Kyoto bordée de machiya. | Photographie : Joachim Ducos

Au Japon, elles sont également connues sous l’appellation unagi no nedoko (chambre d’anguille), en raison de leur structure étroite toute en longueur. Accolées les unes aux autres, elles formaient autrefois un cho (bourg), et chaque cho était rattaché à un temple ou à un sanctuaire. Leur structure est en partie due au climat : l’été est réputé comme étant chaud et humide au Japon, mais il l’est encore plus à Kyoto en raison de sa topographie. La ville étant entourée de montagnes, la circulation de l’air est mauvaise et on a l’impression d’étouffer. Les machiya de Kyoto ont donc été conçues pour empêcher la lumière du soleil de pénétrer directement à l’intérieur, et permettre une bonne ventilation.

Nichées dans des ruelles pittoresques à travers toute la ville, c’est dans les quartiers de Gion et de Higashiyama qu’on en retrouve le plus. Toutefois, de nombreuses machiya sont cachées dans des quartiers résidentiels plus reculés, loin du centre-ville et des lieux touristiques.

Bien qu’elles datent à l’origine de l’époque Heian (794-1185), elles ont beaucoup souffert lors des incendies et des tremblements de terre passés et bon nombre d’entre elles ont aujourd’hui disparu. C’est pourquoi celles que l’on peut trouver aujourd’hui datent pour la plupart de l’ère Meiji (1868 -1912).

Mais à quoi sert exactement une machiya ? Les machiya étaient avant tout des lieux d’habitation où les Japonais vivaient en famille ; mais elles furent également utilisées comme ateliers ou boutiques pour les artisans. Leurs devantures étaient souvent réservées au commerce alors que les autres pièces à l’étage servaient d’habitation. Certaines machiya, notamment dans le quartier de Gion, sont d’ailleurs d’anciennes maisons de thé où vivaient les geiko (geishas de Kyoto).

Gion et ses machiya remplies de geishas
Les geishas et les machiya incarnent le symbole emblématique du Vieux Kyoto. | Photographie : imjma

Principalement faites de bois, les machiya vieillissent toutefois assez mal dans un pays humide comme le Japon, et coûtent cher à entretenir. C’est pourquoi beaucoup d’entre elles ont été détruites. La ville de Kyoto propose cependant des subventions à quiconque souhaiterait entreprendre un projet de rénovation de machiya, afin de préserver le patrimoine culturel et historique de la ville.

Aujourd’hui, les machiya sont principalement utilisées comme boutiques, restaurants, cafés, mais aussi et surtout comme maisons d’hôtes ouvertes à la location pour les touristes. Très populaires à Kyoto, c’est ici qu’on en trouve le plus, avec environ 40 000 machiya recensées à ce jour. Ce chiffre est en constante évolution et inclut les machiya abandonnées, mais également celles en cours de rénovation, notamment afin d’en faire des maisons d’hôtes.

Ainsi, séjourner dans une machiya est non seulement l’occasion de faire une expérience authentique, mais c’est aussi l’occasion de contribuer à la préservation des quartiers historiques de Kyoto tout en découvrant l’esprit artisanal de la région.

Que peut-on attendre d’un séjour en machiya ?

Ces belles maisons traditionnelles qui bordent les rues de Kyoto font rêver plus d’un voyageur. Mais à quoi peut-on vraiment s’attendre une fois qu’on pénètre à l’intérieur et à quoi peut bien ressembler un séjour dans une de ces machiya rénovées ?

Une architecture unique mêlant design traditionnel et confort moderne

Une machiya ne se résume pas à un simple hôtel ou lieu où dormir. C’est avant tout un lieu où vous pourrez vous plonger dans la culturelle et le quotidien des Japonais d’autrefois.

Asagi-an Machiya House - salle de séjour
La salle de séjour de notre machiya, avec tatamis et jardin | Photographie : MACHIYA RESIDENCE INN

Lors de mon séjour dans une machiya, j’ai d’abord été émerveillée par son arrangement. Fraîchement rénovée, elle était dotée d’éléments traditionnels : tatamis, futons, panneaux coulissants shoji (en bois ajouré et papier washi) et fusuma (opaques et souvent décorés de motifs peints à la main). Mais on y trouvait également tout le confort moderne : salle de bain récente avec toilettes lavantes, chauffage et climatisation, machine à laver et, bien entendu, télévision et accès internet.

La plupart des machiya sont également équipées d’une cuisine de taille modérée, munie d’un micro-onde et d’une bouilloire, idéale pour cuisiner lors de votre séjour. Sachez toutefois qu’il est plutôt rare de trouver un four dans une machiya (les gros fours occidentaux ne sont d’ailleurs pas très répandus au Japon, même dans les maisons plus modernes), attention donc de ne pas prévoir de cuisine trop élaborée sur place (vous êtes en vacances, après tout). 

Asagi-an Machiya House - cuisine cachée
Derrière le fusuma
Asagi-an Machiya House - cuisine
… se cache en fait une cuisine ! | Photographies : MACHIYA RESIDENCE INN

L’équipement dépend bien sûr de chaque machiya, mais vous trouverez généralement tout ce dont vous aurez besoin : nécessaire de toilette, pyjamas ou yukata, thé et café, etc. Certaines machiya choisissent délibérément de ne pas inclure d’équipement trop moderne afin de préserver l’atmosphère traditionnelle. Dans notre cas, moi et mon époux furent plus que ravis de ce contraste, nous permettant de vivre une expérience à la japonaise avec un confort à l’occidentale.

Asagi-an Machiya House - chambre
Notre chambre tout confort | Photographie : MACHIYA RESIDENCE INN

Cette machiya nous a réellement enchantés grâce à son atmosphère unique, mais aussi grâce à sa localisation. Nous n’étions qu’à environ 10 minutes à pied du centre-ville, dans un quartier toutefois calme et résidentiel, loin des hordes de touristes qui peuvent envahir certaines rues. On profite donc de sa petite maisonnette, et on prend le temps de vivre. 

Asagi-an Machiya House - extérieur
Notre jolie machiya vue de l’extérieur | Photographie : MACHIYA RESIDENCE INN

Un service personnalisé pour une expérience authentique

Lorsque mon époux et moi sommes arrivés pour nous enregistrer, nous avons eu la chance d’être accueillis par nos hôtes avec un thé et quelques friandises. Ils ont pris le temps de discuter avec nous avant de nous présenter la machiya et de nous expliquer son fonctionnement. Ils étaient d’ailleurs d’une très grande gentillesse et ont même pris le temps de nous indiquer les bonnes adresses du quartier. On se sent les bienvenus, on prend ses aises, et on a déjà l’impression d’être chez soi.

Dans certaines machiya, au contraire, vous aurez accès à un code afin d’ouvrir la boite aux lettres où sera laissée la clef. Vous n’aurez donc peut-être jamais à parler directement à vos hôtes, hormis par téléphone ou via la plateforme de réservation. Je préfère personnellement le contact humain, et garde un très bon souvenir de nos hôtes.

l'heure du thé
L’accueil à la japonaise | Photographie : MACHIYA RESIDENCE INN

Si vous souhaitez profiter de l’expérience jusqu’au bout, certaines machiya proposent également un service de livraison du petit déjeuner. Bien que notre machiya soit située près du centre-ville, nous avons décidé de nous laisser tenter, et nous n’avons pas été déçus ! Nous avons eu droit à un véritable festin prenant la forme d’une jolie boite à bento laquée, dans laquelle se trouvaient poisson, légumes, dashi-maki de Kyoto (sorte de tamagoyaki, l’omelette japonaise, cuisinée avec du bouillon de bonite), accompagnés de riz et d’une soupe miso. Idéal pour découvrir la gastronomie locale dès le matin. Nos hôtes proposaient également un petit déjeuner plus occidental, composé de quinoa, smoothie, pain et croissants. Mais nous nous voulions vivre l’expérience japonaise à 100 %.

l'heure du petit déjeuner
Notre petit déjeuner du jour, un délice de saveurs ! | Photographie : MACHIYA RESIDENCE INN

Mais quelle différence y a-t-il entre une nuit dans une machiya et une nuit dans une minshuku ou un ryokan ? Les minshuku sont des auberges familiales traditionnelles, et incluent généralement un repas en demi-pension (vous pourrez découvrir ça plus en détail dans l’article de Todd sur son expérience en kominka à Yanoya). Les ryokan, eux, sont souvent rangés dans la catégorie des hôtels de luxe à la japonaise, offrant plusieurs services dont le dîner et le petit déjeuner, et où il est généralement possible de profiter d’un sento ou d’un onsen (n’hésitez pas à lire l’article de Clémentine sur son séjour en ryokan à Yamagata Onsen).

machiya dans un quartier résidentiel au nord de Kyoto
Un quartier résidentiel au nord de Kyoto, dont les rues sont bordées de machiya.

Les machiya sont quant à elles pour la plupart complètement privées, et vous aurez littéralement les clefs de votre maisonnette rien que pour vous, le temps d’un séjour.

Les maisons à la japonaise : avantages et inconvénients

Je pourrais vous dire que chaque machiya est parfaite et dépourvue de défauts, mais cela ne serait ni réaliste ni honnête de ma part. Comme pour tout, il y a forcément des avantages et des inconvénients à séjourner dans une machiya, et je suis là pour vous les expliquer. Bien entendu, ce n’est pas pour vous freiner, bien au contraire. Je pense juste qu’on est plus en mesure d’apprécier son séjour lorsque l’on sait à quoi s’attendre.

Parlons avant tout du positif : comme expliqué plus haut, nous avons littéralement adoré notre nuit dans cette machiya mêlant design traditionnel et confort moderne. Les pièces sont très photogéniques, et on se sent transporté dans une autre époque. Notre machiya avait aussi un je-ne-sais-quoi à la fois rustique et romantique, et lorsque nous nous rappelons notre séjour avec mon époux, nous en parlons encore avec des étoiles plein les yeux.

Asagi-an Machiya House - chambre rustique
À la fois rustique et romantique, voilà le charme des machiya | Photographie : MACHIYA RESIDENCE INN

Séjourner en machiya permet également d’expérimenter un type de logement différent des hôtels habituels. Cela offre les avantages d’une maison de location, tout en découvrant les spécificités japonaises que l’on retrouve par exemple en ryokan. Enfin, si vous avez l’occasion de rencontrer vos hôtes et de discuter avec eux, votre séjour en machiya sera l’occasion de vivre une expérience humaine enrichissante.

Parlons maintenant des moins bons côtés. Je ne vais pas vous mentir, séjourner dans une machiya peut être assez onéreux. Le prix varie en fonction des machiya, et sera moins élevé que pour un ryokan, mais cela représente tout de même une somme non négligeable, proche de celle que l’on dépenserait pour une nuit dans un hôtel 4 étoiles. Bien sûr, en réservant plusieurs mois à l’avance, il est possible de dénicher des bonnes affaires. La clef est donc de ne pas s’y prendre au dernier moment.

Machiya au coeur de Kyoto
Les machiya ont aussi le mérite d’être très photogéniques. | Photographie : imjma

De plus, suivant le modèle d’Airbnb, il est parfois possible qu’on vous demande une caution en cas de dommage. Vous aurez la chance d’avoir votre machiya pour vous tous seuls, mais à partir du moment où vous recevez les clefs, la machiya est sous votre responsabilité, et il vaut mieux donc faire attention à ne pas perdre la clef, tâcher les tatamis, ou abimer quoi que ce soit. À l’inverse d’un hôtel, où il vous suffirait de vous rendre à la réception si vous rencontrez un problème, les hôtes ne logeant pas avec vous, ils ne sont pas forcément joignables à toute heure. Il faut donc être vigilant.

Lorsque nos hôtes nous ont expliqué le fonctionnement de notre machiya, ils nous ont aussi énuméré un certain nombre de règles à respecter. Par exemple, de respecter les voisins et de ne pas faire de bruit. Les murs des machiya sont fins et on entend très facilement les pièces voisines. Les fêtes y sont donc strictement proscrites. De plus, il est généralement strictement interdit de fumer à l’intérieur de la maison pour des raisons évidentes (rappelez-vous, les machiya sont principalement faites de bois !).

Asagi-an Machiya House - chambre où la lumière travers la pièce
Notre chambre pour la nuit | Photographies : MACHIYA RESIDENCE INN

Enfin, certains petits détails m’ont interpellée lors de notre séjour. Par exemple, notre chambre n’avait pas de rideaux occultants (aujourd’hui en cours d’installation), et nous avons donc été réveillés tôt le matin par la lumière du jour. De plus, les machiya sont souvent mal isolées, et bien que nous y ayons séjourné durant l’automne, il faisait très froid dans notre chambre. La résidence peut cependant prêter des radiateurs d’appoint sur demande. Ces petits détails n’ont pas une grande importance lorsque l’on ne reste qu’une nuit, mais si vous y séjournez une semaine cela peut devenir pesant.

Il est donc primordial de bien choisir sa machiya avant de se lancer !

Comment réserver son séjour et choisir la machiya idéale ?

Tout dépend de vos attentes. La première question à se poser est : dans quel quartier souhaiteriez-vous séjourner ? La plupart des machiya se trouvent dans les quartiers de Gion et Higashiyama, qui sont les plus réputés car ces quartiers sont idéalement situés près des attractions touristiques.

le quartier de Gion à tokyo durant la nuit
Le quartier de Gion | Photographie : Joachim Ducos

Si, comme moi, vous préférez séjourner près du centre-ville et profiter des commerces tout en prenant les transports en commun (bus ou métro), il vaudra mieux privilégier le quartier de Shijo.

Enfin, si vous avez prévu de ne passer qu’une nuit à Kyoto, il existe également plusieurs machiya situées près de la gare de Kyoto, dans l’arrondissement de Shimogyo-ku.

La deuxième question à se poser est : dans quel genre de machiya souhaitez-vous séjourner ? Il existe des machiya au style très traditionnel, avec tatamis et futons, sans canapé ni lit de style occidental.

À l’inverse, il existe des machiya beaucoup plus modernes, qui n’ont qu’une très légère touche traditionnelle. Vous pourrez alors profiter de tout le confort occidental (machine à laver, télévision, canapé, lits avec matelas, parfois même accès Netflix et Apple TV) tout en appréciant de l’atmosphère japonaise de la maison. Idéal, par exemple, pour les séjours en famille avec des enfants.

machiya moderne
Séjour plutôt moderne pour une machiya datant de plus de 100 ans | Photographie : MACHIYA RESIDENCE INN

Enfin, la dernière question à se poser est : comment réserver et pour quel budget ? Dans mon cas, nous avons découvert notre machiya par le bouche à oreille, et avons donc réservé directement sur le site internet du prestataire. Le site est disponible en anglais et propose même plusieurs options de prestations pour compléter votre séjour, telles que des visites guidées ou autres offres spéciales en fonction des saisons.

Si vous préférez passer par un site de réservation plus familier, de nombreuses machiya sont également disponibles via la célèbre plateforme de réservation Booking.fr. Vous pourrez ainsi obtenir toutes les informations et détails de la réservation en français, et profiter des bons plans Booking. En fonction des machiya, il vous sera plus facile de modifier ou d’annuler votre réservation en cas d’imprévu.

Enfin, si vous souhaitez une expérience avant tout humaine, il existe de nombreuses machiya disponibles sur Airbnb. En fonction des offres, vous aurez l’occasion de rencontrer vos hôtes et de vivre sous leur toit l’espace d’une ou plusieurs nuits. Attention toutefois au type de réservation souhaité, car il existe des machiya privées, où vous dormirez seul, mais également des machiya où vous partagerez l’habitat de vote hôte. Il sera donc avec vous tout le long de votre séjour. Cela peut avoir des avantages si vous voyagez seul et que vous souhaitez un peu de compagnie, idéal notamment à la fin de la journée pour partager un dîner ensemble après une longue journée de visite. Le tout, dans un cadre chaleureux et unique.

Si vous souhaitez séjourner dans un logement plus traditionnel que les hôtels standards, mais que votre prochain voyage n’inclut que Kyoto et Tokyo sans autre petite ville hors des sentiers battus, les machiya sont faites pour vous ! Quoi de mieux pour découvrir Kyoto de manière authentique que de vivre à la kyotoïte ? Dormir dans une machiya à Kyoto est une expériences à vivre au moins une fois dans sa vie, et vous en reviendrez avec de très belles histoires à raconter. Une fois les clefs de votre machiya en mains, vous vous sentirez comme à la maison (ou presque) !

Merci à MACHIYA RESIDENCE INN pour l’autorisation d’utiliser les photographies des leurs machiya.

Manon

Manon

Née et élevée en France (Rouen), j'ai notamment travaillé en agence de voyage à Paris et Kyoto. J'ai emménagé au Japon en 2018. Après avoir vécu 2 ans à Kyoto, j'ai décidé d'emménager à Tokyo avec mon époux pour vivre de nouvelles aventures. Même si la France me manque parfois (surtout le fromage), j'adore vivre à Tokyo et visiter le Japon avec mon appareil photo. Je suis particulièrement intéressée par la langue et la culture japonaises, le cinéma et la photographie. Je suis aussi folle de pandas, je devais en être un dans une vie antérieure. Je suis passionnée par le Japon et j'ai hâte de partager cette passion avec des voyageurs du monde entier !

Laisser un commentaire


X