Après un merveilleux séjour dans une ferme de la ville d’Izumi, j’avais un objectif très précis : observer les grues japonaises d’Izumi. Mon but était d’arriver avant le lever du soleil pour voir comment les grues se nourrissent.

J’étais particulièrement excitée à l’idée de cette découverte, car Izumi est l’un des lieux qui rassemble le plus de grues migratoires, dont le nombre peut monter jusqu’à 10 000. De plus, différentes espèces de grues vivent ensemble, ce qui est un phénomène rare puisque les grues préfèrent rester séparées.

Les grues japonaises

A Izumi, on retrouve chaque année quatre à cinq espèces de grues qui font le trajet pour y passer l’hiver : la grue moine (marron à tête blanche), la grue à cou blanc (au cou blanc et à la tête rouge) et la grue cendrée. Ces gros oiseux (qui pèsent entre 3 et 7 kg) vivent en Sibérie, en Russie ou dans le nord de la Chine durant la période chaude de l’année. Mais l’hiver est si rude qu’ils migrent vers des terres aux températures plus douces.

Le symbolisme de la grue au Japon

La grue est un animal dont le comportement peut être surprenant. Elles restent toujours en famille, constituée de trois ou quatre membres. Ce comportement symbolise l’esprit de famille et d’unité des japonais. C’est la raison pour laquelle l’image de la grue est utilisée durant les mariages, symbole d’une union sans faille.

Les couples de grues qui se forment durant l’hiver rentrent ensemble dans leur pays pour incuber leurs œufs. Nés durant le printemps, et alors âgés de six mois, les bébés grues peuvent déjà voler jusqu’à Izumi ! Ces oiseaux peuvent grandir de 3 centimètres par jour, c’est pourquoi ils peuvent rapidement atteindre une taille suffisante pour leur permettre de voler. Après leur premier hiver, ils se séparent de leurs parents pour fonder leurs propres familles.

Les grues sont aussi connues pour leur longévité puisque ces oiseaux vivent entre 20 et 30 ans. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les japonais offrent des origamis de grues aux personnes malades ? C’est précisément parce que les grues sont le symbole d’une vie longue et en pleine santé.

Conservation des zones protégées

Vous devez vous demander pourquoi la ville d’Izumi. Pourquoi ces oiseaux choisissent ce lieu précis pour leurs vacances d’hiver ?

Pour ce que l’on en sait, les grues se sentent en sécurité dans les zones marécageuses car durant la nuit elles peuvent dormir debout dans l’eau, protégées des prédateurs. Il y a longtemps on construisit ces champs de riz à même l’océan, et les grues doivent s’y sentir en sécurité.

Protéger les grues des humains

Les grues commencèrent à migrer vers Izumi durant l’ère Edo (au début du XVIIème siècle) et ce cycle ne fut pas interrompu jusqu’au milieu du XIXème siècle. A ce moment là les grues étaient victimes d’une chasse intensive, si bien que leur population se mit à décroître très fortement. Depuis 1921, une loi interdit la chasse à la grue. Leur situation s’est peu à peu améliorée jusqu’à 1952, date à laquelle cette zone fut désignée Monument Naturel Spécial. Plus tard, en 1962, le Comité de Conservation de la Grue de Kagoshima fut créé. Il s’agit d’une association qui se bat pour la protection conservation de l’environnement de cette espèce protégée.

Coexistence entre grues et humains

En 1962, le gouvernement décida de désigner 50 hectares de champs de riz comme espace protégé entre Novembre et Mars. Ces champs sont la propriété d’agriculteurs, le gouvernement indemnise donc ces agriculteur en échange de quoi ils laissent leurs champs en friche durant les mois d’hiver. On compte donc deux espaces protégés : Arasaki, dans lequel se trouve le Centre d’Observation, et Higashi Kantaku, un kilomètre plus loin.

Le gouvernement d’Izumi prend soin de tous ses habitants, y compris de ses grues. Le Comité de Conservation de la Grue de Kagoshima s’occupe chaque jours de certaines taches, comme la distribution de nourriture.

Tous les matins à 7h, heure de pointe, un groupe transporte 1,5 tonnes de graines et les distribue aux grues. En les nourrissant, ils empêchent les oiseaux d’envahir les champs voisins où ils feraient des dégâts.

Mon expérience au Centre d’Observation

Par cette froide matinée de Février, je n’avais pas très envie de quitter le confort de mon futon. Mais les grues m’attendaient, alors… bonjour !

Nous sommes arrivés au Centre d’Observation à 7h. En sortant de la voiture, j’ai entendu un son étrange, comme quelqu’un entrain de crier durant un concert. Nous sommes grimpés au niveau supérieur de l’observatoire et… Magnifique ! Il y avait tellement d’oiseaux sauvages, de plus de 300 espèces différentes, certains au sol, d’autres entrain de voler, et la plupart étaient des grues.

Le Centre d’Observation des Grues un observatoire qui possède une exposition expliquant l’écosystème des grues. A notre arrivée, il était trop tôt pour accéder à l’exposition qui ouvre ses portes à 9h. Mais nous avons eu la chance d’assister à la distribution de nourriture depuis le balcon.

Après notre visite, Katsuhiko-san m’emmena à la seconde zone de protection pour voir les grues d’un peu plus près. Nous sommes tombés par hasard sur un groupe de touristes anglais qui visitaient cette région spécialement pour voir les grues.

Plus tard dans la journée, après avoir fait une expérience très authentique à Izumi, je suis retournée au Centre d’Observation durant les heures d’ouverture de l’exposition. Un petit conseil : ils ont un audioguide en anglais, gratuit et accessible grâce à un QR code. Le musée était décoré de nombreux origamis de grues et ils vous apprennent même à les faire !

J’aime beaucoup les animaux et j’étais heureuse de pouvoir découvrir leurs habitudes. C’est une véritable opportunité que de pouvoir découvrir ces zones protégées pour les grues, et d’écouter les habitants qui vivent tous les jours avec ces oiseaux si bruyants les défendre avec fierté m’a emplie d’une joie très profonde. Alors pour moi, je retiendrai de cette expérience à la fois la beauté majestueuse des grues et l’amour que leur porte les habitants d’Izumi.

Informations pratiques

Le Centre d’Observation des Grues

Tarif : 220 yen (adultes) 110 yen (collège et lycée) 80 yen (enfants de l’école primaire). Des réductions sont possibles pour les groupes de plus de 20 personnes

Horaires d’ouverture : de 9h à 17h, du premier Novembre au quatrième dimanche de Mars.

Izumi Crane Park Museum

Tarif : 330 yen (adultes) 220 yen (étudiants). Des réductions sont possibles pour les groupes de plus de 20 personnes

Horaires d’ouverture : de 9h à 17h. Ouvert tous les jours de Novembre à Mars, puis tous les lundis d’Avril à Octobre (si le lundi est un jour férié, l’ouverture se fait le jour suivant).

Comment se rendre dans es zones protégées

Le meilleur moyen de se rendre dans les zones protégées d’Izumi est de louer une voiture (à la gare de Shinkansen d’Izumi) ou de prendre un taxi.

De Décembre à Février vous pourrez également prendre un bus. Un ticket de bus pour une journée coûte 1000 yen et vous pourrez l’acheter directement à bord du bus. Le ticket comprend également l’entrée dans le Centre d’Observation.

Pour plus d’informations vous pouvez faire un tour sur le site officiel d’Izumi. Pour en apprendre plus sur les grues vous pouvez visiter cette page. Si vous voulez en savoir plus sur Izumi, je vous invite à lire mes autres articles sur mon voyage, comme mon séjour dans une ferme d’Izumi ou mon expérience de la cérémonie du thé dans le quartier des samouraïs de la ville.

Article écrit en partenariat avec la ville d’Izumi

Traduit par Joachim Ducos

Maria Peñascal

Maria Peñascal

Je m'appelle Maria et je viens de la petite ville de Lleida, en Espagne. Je suis passionnée par la culture japonaise et les médias audiovisuels. Après un premier voyage au Japon en 2018, je suis revenue en 2019 pour y vivre pendant un an, munie d'un visa vacances-travail. Aujourd'hui, je vis entre l'Europe et le Japon, et mon plus grand désir est d'explorer lieux méconnus, pour ensuite partager mes découvertes avec vous tous !

Laisser un commentaire


X