fbpx Skip to main content

Si vous êtes déjà venus au Japon, vous avez surement déjà remarqué de petits rideaux accrochés sur les devantures qui rappellent les rideaux bistrot de chez nous. Il s’agit de noren, des décorations à la fois intérieures et extérieures qui habillent les rues nipponnes. Des rideaux typiques et indissociables du paysages urbain japonais. Découvrons ensemble l’histoire et les faits qui gravitent autour de ce rideau traditionnel japonais.

Qu’est-ce qu’un noren ?

Il s’agit d’un court rideau fendu que l’on accroche à l’entrée des commerces et des restaurants en guise d’enseigne. Le tissu est divisé en deux ou plusieurs pans rectangulaires afin qu’il soit plus facile de passer dessous. Il semble être utilisés depuis plus de 1000 ans ! En effet, on en retrouve sur des dessins datant de la fin de l’ère Heian (794-1192). C’est incroyable que ce rideau ait ainsi traversé les siècles. Autrefois, il était surtout utilisé à l’entrée des maisons japonaises pour les protéger du froid, du soleil, du vent et de la poussière. Quand il s’agit d’une maison d’habitation, il porte généralement les armoiries de la famille. De nos jours, c’est principalement un objet de décoration ; il en existe dans tout les styles et de diverses tailles, couleurs et matières. D’ailleurs, en observant bien, on peut aussi y trouver des spécificités régionales qui datent de la période où Kyoto était la capitale du Japon. En effet, en raison de leurs différences culturelles, la région du Kansai cache la barre qui soutient le noren, alors qu’elle reste visible dans la région du Kanto.

Noren d’un restaurant de soba (nouilles de sarrasin), fixé de façon à ce que la barre reste visible. | Photographie : Clémentine Cintré

Une taille différente selon son utilisation

Il existe quatre modèles de tailles qui varient selon l’utilisation du noren.

D’abord, le mizuhiki noren, qui est très court, est purement décoratif et n’est pas lié au type de lieu auquel il est accroché.

Puis le hiyoke-noren, qui mesure entre 1,60 et 3 mètres, sert à la fois de pare-soleil et d’affiche.

Ensuite, le han-noren (“han” signifiant moitié) mesure environ 56,7 centimètres. Il s’agit du modèle le plus courant. Son but est de permettre aux gens de passer facilement et de voir un peu l’intérieur à travers l’ouverture. Il se trouve notamment sur les devantures de sento, de magasins de pâtisseries, de restaurants de sushi, soba ou ramen.

Une devanture de restaurant avec un han-noren pour indiquer l’entrée et un hiyoke-noren en guise de panneau.

Enfin, le naga-noren (“nagai” signifiant long) mesure 1,6 mètre. Son but est principalement de cacher ce qu’il y a derrière ou de cacher la lumière du soleil.

Noren d’une devanture de magasin à Omihachiman, préfecture de Shiga | Photographie : Clémentine Cintré

Le code couleur des noren

Depuis toujours, la signification des couleurs varie selon les pays et les cultures, ainsi les noren disposaient aussi d’un code de couleur spécifique. Le bleu indigo était réservé aux restaurants et aux magasins de vêtement, car la teinture ai-zome est connue pour être un répulsif naturel contre les insectes. Le rouge se trouvait dans les hanamachi, littéralement “quartiers des fleurs”, qui désignait les quartiers des geishas. Le blanc était utilisé par les épiceries, les pharmacies et les confiseries en référence à la couleur du sucre. Le brun orangé était quant à lui la couleur des tabac, des pharmacies et des fleuristes. Cependant, de nos jours, ce code couleur n’est plus d’actualité.

Où peut-on voir des noren  ?

Le quotidien offre de nombreuses occasions d’apercevoir des noren au Japon. Ils fleurissent dans les rues au rythme des heures d’ouvertures des commerces et des restaurants. Le noren d’une boutique portera le nom de celle-ci. Sur celui d’un restaurant, en général, il y est écrit soit le nom du lieu soit ce qu’on y mange.

Noren d'un magasin de thé qui sert des soba au matcha. Notez le détail du kanji qui signifie "thé" et qui est dessiné avec des feuilles de thé.
Kobe, Kansai — Noren d’un magasin de thé qui sert des soba au matcha. Notez le détail du kanji qui signifie “thé” et qui est dessiné avec des feuilles de thé.

Les noren des sento sont vite reconnaissables car ils portent l’hiragana ゆ “yu” qui signifie “eau chaude” et à l’intérieur, d’autres noren indiquent le bain des femmes 女 et des hommes 男. De plus, les sento arborent généralement des noren saisonniers qu’ils alternent tout au long de l’année. Vous verrez aussi ce type de noren dans les hôtels qui annoncent l’entrée des bains et dans les onsen.

À Naoshima, l’île dite artistique en raison de ses musées et des nombreuses œuvres qui s’y installent au fil des éditions de la Triennale de Setouchi, on peut aussi admirer des noren aussi beaux qu’originaux.

noren à naoshima
Noren à Naoshima | Photographie : Clémentine Cintré

Où acheter ces rideaux japonais ?

Au Japon il existe des magasins spécialisés où il est possible d’acheter des noren, si vous êtes de passage sur l’archipel cela peut être un excellent souvenir original qui vous permettra de décorer votre intérieur avec une touche japonaise. En général les commerces et restaurants font faire leurs noren sur mesure. Un moyen simple de trouver un magasin de noren est de taper “暖簾” (noren) dans une application comme Google Maps.

Si vous êtes en France il existe divers sites qui proposent plusieurs modèles à la vente. C’est par exemple le cas de NipponandCo qui propose des noren à la fois traditionnels et modernes ou de Shogun-Japon qui en vend des noren inspirés de la pop culture japonaise.

Vous l’aurez compris, malgré la modernité du Japon, le noren est inscrit dans la culture de l’archipel et a su conserver sa place dans la vie quotidienne des Japonais car il a évolué avec son temps. Dans les grands centre-ville il n’est pas rare de voir des noren à l’entrée de grands buildings, témoignant ainsi de la cohabitation si typiquement japonaise des traditions et de la modernité.

Eva C

Eva C

Amoureuse des langues étrangères, l'apprentissage du japonais me fit m'installer au pays du soleil levant en mai 2011. Résidant près de Kobe, j'aime parcourir l'archipel pour découvrir de nouveaux endroits qui réveillent mon âme de touriste en me rappelant ce pourquoi j'aime le Japon. Toujours munie de mon appareil photo j'explore continuellement et faire des sorties vêtue de mes propres kimono fait partie de mes hobbys. Ainsi c'est toujours avec plaisir que je partage un peu de mon Japon sur mon blog et maintenant sur Voyapon.

www.frenchynippon.com/

Laisser un commentaire


X