Ah le printemps ! Cette saison tant attendue les touristes du monde entier, guettant les premiers signes du printemps japonais quand les cerisiers jusqu’alors nus se couvrent entièrement d’épais bouquets de fleurs roses et blanches. Les fleurs de cerisier sont sans aucun doute les fleurs les plus représentatives du printemps au Japon, mais sont-elles pour autant les plus belles ? Je n’en suis pas si sûr. À vrai dire, si vous préférez les couleurs flashy des années 1980 aux tons pastel des années 2000, les magnifiques pêchers en fleur seront peut-être plus à votre goût.

S’il est aisé de trouver des cerisiers en fleur partout au Japon, il vous faudra faire des recherches un peu plus approfondies pour trouver un lieu où profiter des pêchers en fleur lors du hanami (花見), cette coutume japonaise consistant à pique-niquer entre amis tout en appréciant la beauté de la nature et de ses parfums. Heureusement, nul besoin de trop s’éloigner de Tokyo pour trouver ces fameux pêchers en fleur. Dans la préfecture de Yamanashi, à l’ouest de Tokyo, Fuefuki est une ville où les exploitations de pêchers s’étendent sur plusieurs hectares. Une destination idéale pour une escapade d’une journée depuis Tokyo.

Où profiter des pêchers en fleur au Japon ?

J’ai eu la chance de visiter Marukita Hanamomo-en (まるきたはなもも園), une exploitation de pêchers à Fuefuki proposant des visites guidées et un espace où profiter du hanami pendant la saison des pêchers en fleur. Les pêchers commencent à fleurir 2 à 3 semaines avant les cerisiers, généralement début Mars, et atteignent leur pic de floraison en 2 semaines environ. Plutôt que de s’agglutiner en épais bouquets de petites fleurs roses et blanches, les pêchers ont tendance à arborer des fleurs plus grosses, poussant le long des branches principales de l’arbre, et plus éclatantes, dans des tons rouges et roses, pouvant même aller du rose pâle au blanc. Les branches de certaines variétés de pêchers retombent vers le bas, créant ainsi des tunnels de fleurs, tandis que d’autres s’étirent loin dans l’immense ciel bleu de Yamanashi.

Le jour de notre venue, nous avions la chance d’avoir pour guide le propriétaire de l’exploitation, Aruga-san, qui fait lui même visiter les lieux dès qu’il le peut, lorsque des touristes passent par là. S’il n’est pas disponible, on vous fournira une carte du verger et vous pourrez vous promener tout en profitant des fleurs à votre rythme. Aruga-san a sélectionné personnellement 50 variétés spécifiques de pêchers, certaines importés du monde entier. Son exploitation possède la plus grande diversité de variétés de pêchers de toutes les exploitations de pêches du Japon. Chaque arbre, entretenu avec beaucoup de soin, produit de belles pêches, grosses, sucrées et sans imperfections. Si les pêches coûtent ici plus cher que dans la plupart des autres pays, c’est qu’elles sont destinées à être offertes en cadeau plutôt que d’être consommées à la maison. Les pêches ne répondant pas aux critères rigoureux de l’exploitation pourront être vendues à un prix plus bas ou utilisées dans des préparations pour lesquelles leur esthétique n’a aucune importance.

Malheureusement, si vous vous rendez sur place pour profiter des pêchers en fleur, aucun fruit frais ne sera disponible à la vente. Les fruits ne sont pas récoltés avant l’été, lorsque les fleurs sont tombées depuis longtemps. Néanmoins, plusieurs produits de l’exploitation sont en vente sur place, tels qu’un thé aux chrysanthèmes et quelques pâtisseries, des branches de pêcher fraîchement coupées recouvertes de fleurs, de la confiture de pêche ou encore des bocaux de pêches de la récolte précédente.

Des tables de pique-nique sont à disposition dans le verger pour profiter d’un déjeuner sous les fleurs (il vous faudra amener votre propre repas, l’exploitation ne disposant pas de restaurant). L’un des meilleurs emplacements surplombe un ensemble d’arbres colorés formant, durant le pic de floraison, des tunnels de pêchers en fleur au-dessus d’un sol recouvert d’une herbe bien verte.

Cette année (2020), le hanami a été célébré à Marukita Hanamomo-en entre le 10 Mars et le 10 Avril. N’hésitez donc pas à faire un peu de place dans votre emploi du temps pour visiter ce lieu plein de charme et profiter de ces petits bonheurs du printemps si vous voyagez à cette saison.

Yamanashi, terre viticole japonaise

Après votre hanami sous les arbres, vous ne serez peut être pas tout de suite prêt à retrouver Tokyo et sa foule. Yamanashi s’illustre également dans la production de vin, du fait de son expertise dans la culture des vignes.

À 5 minutes en voiture autour de Kitamaru Hinamomo-en, on trouve plus d’une douzaine de vignobles, en contrebas de Fuefuki. Ce jour là, nous assistions à un concert de jazz dans le charmant vignoble de Marufuji, un style d’évènement régulièrement organisé sur place.

J’ai grandi dans le Nord de la Californie, à environ une heure d’une région alors connue comme les terres viticoles de la Californie. Quand les vallées de Napa et de Sonoma restaient relativement confidentielles, la majorité des vignobles étaient des entreprises familiales, proposant des dégustations de vin pour quelques dollars seulement ou même gratuitement. Les vignobles de Yamanashi me rappellent cet état d’esprit : aucune prétention, seulement de délicieux vins.

Se rendre à l’exploitation de pêchers de Fuefuki

La manière la plus simple de se rendre à Fuefuki depuis Tokyo est d’emprunter l’autoroute Chuo Expressway en direction de l’ouest, vers Nagoya. Fuefuki se trouve juste à la sortie de l’autoroute, à environ une heure de Tokyo.

Si en Mars vous êtes attendez avec impatience l’arrivée du printemps, une excursion à Yamanashi pour profiter des pêchers en fleur vous aidera à patienter jusqu’à la saison des sakura un peu plus tard dans le mois. Et qui sait, peut être tomberez-vous sous le charme des somptueuses couleurs des fleurs de pêchers.

Article traduit de l’anglais par Marion Pont

Todd Fong

Todd Fong

Photographer, mentor, story teller. Tokyo-based, Oaktown (Oakland, California) born. Recently published "Sheila Kimono Style" photo book (Tokai Educational, 2018). Freelance writing and photography work includes Voyapon , 365 Japan, and PeraPeraPera.net.

www.peraperapera.net/


X