fbpx Skip to main content

Si vous êtes en pleine préparation d’un voyage au Japon, vous informer sur ce qu’il faudrait faire en cas d’urgence médicale, de catastrophe naturelle ou si vous vous retrouvez témoin d’un crime ou d’un délit est sans doute la dernière chose à laquelle vous avez envie de penser. Bien que nous espérions que vous n’aurez jamais besoin d’utiliser les informations que vous trouverez dans cet article, avoir quelques connaissances préalables sur la meilleure manière de réagir en cas d’événement inattendu est indispensable, surtout dans un pays étranger comme le Japon.

Notre guide passera en revue les points suivants :

Assistance médicale au Japon

Le Japon, qui bénéficie d’une espérance de vie parmi les plus longues et d’une couverture de santé universelle et abordable, est considéré comme ayant l’un des meilleurs systèmes de santé au monde. Pour un visiteur étranger, cela peut cependant être une expérience quelque peu perturbante et complexe que de se retrouver confronté à une multitude d’établissements dédiés à des spécialités médicales distinctes, au manque d’assistance en langues étrangères et aux frais élevés pour ceux qui ne bénéficient pas d’assurance voyage.

Que vous ayez besoin d’une intervention médicale d’urgence, d’une consultation ou tout simplement d’obtenir des médicaments, de nombreuses sortes d’hôpitaux, de cliniques et de pharmacies peuvent répondre à vos besoins spécifiques.

Trouver un établissement médical au Japon

Tout d’abord, il vous faudra comprendre dans quel type d’établissement médical vous devrez vous rendre en fonction de vos besoins. Contrairement à beaucoup de pays occidentaux, le système de santé japonais compte relativement peu de médecins généralistes : la majorité des professionnels de santé sont des spécialistes exerçant dans un champ médical particulier.

Par exemple, si vous avez les symptôme d’un rhume : fièvre, mal de gorge, toux et nez qui coule, vous devrez a priori vous rendre chez un spécialiste en médecine interne (内科). Pour une fracture ou une douleur aux articulations, ce sera sans doute dans le cabinet d’un spécialiste en chirurgie orthopédique (整形外科).

Si vous n’êtes pas sûr de savoir quel spécialiste vous devez consulter, nous vous conseillons de consulter le « Guide for When You are Feeling Ill » (« Guide pour quand vous vous sentez malade », en anglais) de l’office national du tourisme, qui liste les différents services de diagnostic et de traitement auxquels se rendre en fonction de ses symptômes. Le site de la JNTO (en anglais) met également à disposition une liste des institutions médicales qui acceptent les patients étrangers, classées par préfectures et indiquant les services médicaux proposés et les langues dans lesquelles ils sont accessibles.

Le Ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales a également établi une liste des hôpitaux et cliniques, par préfecture, consultable par les visiteurs étrangers comme par les résidents. Bien que certains sites Internet de cette liste soient accessibles en anglais et dans d’autres langues, la majorité de ces sites n’est disponible qu’en japonais et vous aurez besoin de Google translate (ou d’un ami parlant japonais) pour vous aider à en comprendre le contenu.

Urgences hospitalières, hôpitaux, cliniques, pharmacies et drugstores

Les hôpitaux japonais ne fonctionnent pas comme les hôpitaux de france ou de la plupart des pays occidentaux

Au Japon, les urgences hospitalières, ou kyūkyū byōin (救急病院), fonctionnent 24h/24 et sont destinées aux patients qui nécessitent une prise en charge médicale en urgence. Gardez à l’esprit qu’il est possible que ceux qui n’ont pas souscrit d’assurance voyage y soient refusés, dans ce cas ils seront réorientés vers un autre établissement médical. 

Quant aux hôpitaux (病院, byōin), leurs horaires d’ouverture varient d’une région à l’autre. Ils peuvent être ouverts en semaine de 8h30 à 17h, fermés les dimanches, avoir des horaires différents selon les services, ou avoir des horaires spécifiquement réservés aux patients sans rendez-vous. Les patients réguliers sont généralement prioritaires, donc si vous venez au débotté, il est probable que vous deviez attendre un certain temps avant de pouvoir voir un médecin.

Les cliniques (クリニック, kurinikku) sont généralement plus petites que les hôpitaux, bien que l’on en trouve de toutes tailles : certaines ne comptent qu’un médecin généraliste tandis que d’autres regroupent plusieurs spécialistes. Elles sont habituellement à destination d’une patientèle locale, ce qui signifie qu’un visiteur étranger est susceptible de ne pas être reçu dans une clinique japonaise. Nous vous conseillons donc de faire quelques recherches avant de vous y rendre. Beaucoup de cliniques possèdent leur propre pharmacie, ce qui permet d’obtenir les médicaments prescrits tout de suite après la consultation.

Si vous avez besoin de médicament, cherchez une pharmacie japonaise

S’il n’y a pas de pharmacie (薬局, yakkyoku) attachée à l’établissement médical que vous visitez, vous en trouverez généralement une juste à côté de la majorité des hôpitaux et des cliniques. Pour trouver la pharmacie la plus proche, cherchez une enseigne sur laquelle sont inscrits ces caractères : 処方せん (shohosen), 調剤薬局 (chouzaiyakkyoku) ou 薬 (kusuri, médicaments).

Dans les drugstores (ドラッグストア), vous pourrez trouver des médicaments sans prescription pour les maux communs comme les allergies, les maux de tête ou les coups de froid. Le caractère signifiant « médicament » 薬 (kusuri) peut être inscrit sur leur devanture comme pour les pharmacies. La différence entre drugstore et pharmacie est cependant assez facile à faire : les drugstores n’ont généralement pas de comptoir dédié pour les prescriptions médicales, et vendent des produits variés comme des magazines, des sucreries et d’autres produits divers. Les horaires d’ouverture sont variables mais la majorité des drugstores dans les grandes villes restent ouverts jusqu’à 21h. Quelques-unes des enseignes les plus connues sont Matsumoto Kiyoshi (マツモトキヨシ), Daikoku Drug (ダイコクドラック), Cocokarafine (ココカラファイン) ou encore Don Quijote (ドン・キホーテ).

Quel est le système de paiement pour les frais médicaux au Japon ?

Le moyen de paiement, comme le tarif, pour n’importe quel frais médical, dépend largement du fait que vous ayez souscrit ou non à une assurance voyage. Certaines assurances proposent une option de règlement sans avance de frais, ce qui évite les tracas au guichet. Vérifiez bien le détail des conditions offertes par votre formule d’assurance. Si vous n’avez pas souscrit d’assurance, ou si vos frais médicaux ne sont pas entièrement couverts par celle-ci, vous devrez régler vos frais directement auprès de l’établissement. Beaucoup de grands hôpitaux acceptent les cartes bancaires, mais certains plus petits, ainsi que de nombreuses cliniques, n’acceptent toujours que les règlements en liquide. Assurez-vous d’avoir une somme suffisante en liquide avant de vous rendre dans ces établissements.

Assurance voyage

Souscrire à une assurance voyage est une sage décision si l’on veut éviter d’avoir à faire face à la bureaucratie qui pèse parfois sur le système médical japonais. Les assurances peuvent réduire drastiquement, voire même couvrir entièrement les frais médicaux conséquents que vous pourriez être amenés à payer, sans compter l’assurance d’une prise en charge adaptée, au moment où vous pouvez en avoir besoin. Les cliniques et hôpitaux japonais n’acceptent pas les assurances santé étrangères qui ne couvrent pas les voyages au Japon, donc même un cas d’urgence médicale peut se voir opposer un refus de prise en charge si vous n’avez pas d’assurance adaptée.

Vérifiez avec votre assureur dans votre pays de résidence pour savoir si votre police couvre bien le Japon, et quels sont les détails de la couverture (durée, couverture et autres prestations complémentaires). Si vous êtes déjà au Japon, des compagnies d’assurance comme Sompo Japan Nipponkoa proposent des forfaits de 10, 20 ou 30 jours de couverture. Généralement, une liste d’établissements médicaux partenaires vous sera fournie, ainsi qu’un service d’interprétation par téléphone pour faciliter la communication entre vous et le médecin qui vous prendra en charge.

Fiches médicales personnelles

Une fiche médicale personnelle japonais-français (ou japonais-anglais) peut s’avérer utile pour communiquer avec un professionnel de la santé malgré la barrière de la langue. L’office national du tourisme japonais (JNTO) met à disposition une fiche téléchargeable (en anglais) que vous pouvez remplir en indiquant vos antécédents médicaux, les traitement que vous prenez ou d’éventuelles allergies. La JNTO met également à disposition une fiche de référence qu’il peut être utile de garder sur vous : elle liste différents symptômes et leur sévérité, en anglais et en japonais, pour vous aider à décrire vos symptômes et inquiétudes aux médecins en toute simplicité.

Appeler une ambulance : le 119

Si vous avez besoin d’appeler une ambulance (救急車, kyūkyūsha), composez le numéro d’urgence 119. Le 119 peut être appelé gratuitement depuis un téléphone portable ou public, et il n’y a pas de frais supplémentaire pour un trajet en ambulance. Gardez à l’esprit que vous ne pourrez pas choisir l’établissement médical dans lequel vous serez conduit, et que vous devrez pour acquitter des frais de soin dans l’hôpital de destination.

si vous avez besoin d'aide au Japon pour une urgence médicale ou un incendie appelez le 119

Le 119 est le numéro d’urgence aussi bien pour les urgences médicales que pour les incendies. On vous demandera donc d’indiquer la raison de votre appel. Pour expliquer qu’il s’agit d’une urgence médicale, dites : « Kyūkyūsha onegai shimasu » (« S’il vous plaît, faites venir une ambulance »), ou « medical emergency », en anglais. S’il s’agit d’un incendie, dites : « kaji desu » (« C’est un incendie »). Si vous n’avez pas de téléphone sur vous, et qu’il n’y a pas de téléphone public en vue, demandez à quelqu’un d’appeler pour vous en disant : « Kyūkyūsha o yonde kudasai » (« S’il vous plaît, appelez une ambulance »).

Pendant l’appel, on vous demandera de donner les informations suivantes :

  • S’agit-il d’une urgence médicale ou d’un incendie ? (« Kyūkyūsha onegai shimasu » (« S’il vous plaît, faites venir une ambulance »)
  • L’endroit où vous vous trouvez (adresse ou point de repère)
  • Votre nom et votre âge
  • Les symptômes de la personne concernée
  • Vos informations de contact pour savoir comment vous joindre

Essayez de répondre aux questions en parlant lentement et clairement. Si vous ne parlez pas japonais, répondez si possible en parlant lentement en anglais. Les centres d’appel d’urgence ont parfois des opérateurs pouvant parler anglais ou d’autres langues. Si vous avez des difficultés pour communiquer, ou n’arrivez pas à identifier clairement le lieu où vous vous trouvez, demander de l’aide aux personnes se trouvant près de vous. Si vous appelez depuis un poste fixe, l’opérateur pourra vous localiser et envoyer une ambulance à la bonne adresse.

Faites en sorte d’avoir sur vous votre passeport, votre portefeuille et, si vous en avez une, une fiche d’information médicale, et restez en ligne jusqu’à l’arrivée de l’ambulance.

Pour un guide détaillé concernant l’appel d’une ambulance au Japon, la Fire and Disaster Management Agency (FDMA) (Agence de gestion des incendies et des désastres) propose un guide pdf en anglais, chinois et coréen. Vous y trouverez des conseils supplémentaires concernant d’autres problèmes courants relatifs à la santé comme l’hyperthermie. Plusieurs villes offrent également des guides en langues étrangères sur leurs sites Internet, comme la ville de Takayama qui en propose un traduit en français, en italien, en thaïlandais et en chinois traditionnel et simplifié.

Signaler un crime ou un délit au Japon

Le Japon a l’un des taux de criminalité les plus faibles au monde, ce qui en fait l’un des pays les plus sûrs pour les voyageurs. Ceci étant dit, il y a tout de même une faible probabilité pour que vous ayez besoin de faire un rapport à la police. Si vous êtes impliqué dans un accident de voiture, témoin d’un crime ou d’un délit, ou que vous avez besoin de faire un rapport urgent, voici ce qu’il faut faire :

Contacter la police en cas d’urgence : le 110

Témoin ou victime de crime au Japon, vous trouverez de l'aide auprès de la police en composant le 110

Pour appeler la police si vous êtes victime d’un accident, d’un vol, ou témoin d’un crime ou d’un délit, composez le 110. Le 110, ligne de la police japonaise, est un numéro gratuit et certains téléphones publics ont même une touche d’appel dédiée. La police nationale japonaise (National Police Agency, NPA) compte parmi son personnel des agents capables de parler diverses langues qui peuvent aider les étrangers à faire un rapport à un officier via un appel téléphonique tripartite. Vous aurez besoin de fournir les informations suivantes pendant votre appel.

  • Vos noms, adresse et informations de contact
  • Quel est l’incident ou l’accident ?
  • Où et quand cela est-il arrivé ?
  • Informations concernant le coupable (s’il y en a un), ses caractéristiques, la direction qu’il a prise

La police japonaise conseille aux personnes appelant depuis un téléphone portable de rester sur place et en ligne jusqu’à l’arrivée d’un officier.

Contacter la police dans une situation ne présentant pas d’urgence : le 9110

Pour éviter de surcharger la ligne 110 avec des appels non-urgents, le numéro 9110 a été créé par la police japonaise pour traiter les signalements non-urgents comme de cas de délinquance, de sévices, de harcèlement ou de fraude commerciale. En appelant le 9110, vous serez mis en relation avec la préfecture de police du lieu où vous vous trouvez, ou serez redirigé vers le poste le plus approprié où vous pourrez faire votre déposition.  

Soutien complémentaire de votre ambassade

L’ambassade ou le consulat dont vous dépendez sera en mesure de vous fournir conseils et ressources supplémentaires pour vous aider à agir de la meilleure manière dans une situation complexe si vous n’en êtes pas capable par vous-même. Par exemple, rapprochez-vous de votre ambassade si vous êtes arrêté pour un délit ou cherchez à être indemnisé en tant que victime.

Le koban (交番) : le poste de police de proximité japonais

les koban sont de petits postes de police de proximité du Japon dans lesquels vous pourrez trouver de l'aide

Le présence de petit postes de police locaux appelés koban (交番) contribue à prévenir la délinquance urbaine depuis la fin des années 1880. On peut trouver des koban près des gares, des quartiers commerçants, des banques et des établissements publics. Identifiables à leurs lumières rouges et à leurs étoiles dorées à cinq branches, ils sont utilisés le plus souvent pour demander son chemin, déposer ou réclamer un objet trouvé, et sont gardés par seulement un ou deux officiers à la fois. Ils permettent également une intervention rapide dans le cas où un incident ou un accident se produit dans le secteur. Si jamais vous perdez quelque chose quelque part, cherchez le koban le plus proche car c’est généralement là que les personnes déposent les objets trouvés.

La plupart des officiers de koban ne parlent pas de langues étrangères, mais ils peuvent généralement contacter quelqu’un qui pourra servir d’interprète. L’émergence de la notion de « koban modèle » a permis d’augmenter petit à petit le nombre de policiers pouvant parler des langues étrangères à Tokyo, mais leur nombre reste encore limité.

Agir en cas de catastrophe naturelle au Japon

Le Japon se situe dans une zone hautement sismique et volcanique, connue sous le nom de « ceinture de feu du Pacifique », ce qui en fait un pays particulièrement exposé aux catastrophes naturelles. En plus des tremblements de terre, tsunami et éruptions volcaniques, les typhons saisonniers (cyclones tropicaux) peuvent aussi provoquer des inondations et des glissements de terrain. C’est pourquoi la plupart des foyers japonais possède des kits de survie, participe à des exercices de simulation de catastrophes naturelles et connait les zones d’évacuation les plus proches de leur lieu d’habitation.

Voici comment un visiteur étranger peut obtenir l’aide et les informations nécessaires pour agir en cas de catastrophe naturelle au Japon :

Accéder à des informations en langues étrangères concernant les catastrophes naturelles

Un des moyens d’anticiper les catastrophes naturelles est de se tenir au courant des dernières informations concernant celles-ci. Des conseils et informations peuvent être trouvés en ligne, à la télévision, à la radio, et sur votre téléphone mobile. Presque toutes les villes et villages japonais sont équipés de leur propre dispositif d’alerte sonore, permettant d’informer les résidents sur les phénomènes naturels et les précautions à prendre pour y faire face. Bien que tous les systèmes d’alerte japonais — via téléphone mobile, annonces sonores et informations radiophoniques et télévisées —soient exclusivement en japonais, il existe quelques alternatives multilingues mises à disposition des résidents et des visiteurs étrangers pour les aider à accéder aux dernières informations, aux conseils à suivre et à connaître la localisation des centres d’évacuation.

Sites Internet en anglais, français et autres langues étrangères

La Japan Meteorological Agency (Agence météorologique japonaise) est l’agence nationale qui donne rapidement l’alerte pour des tremblements de terre, des tsunamis et des éruptions volcaniques. Ces alertes sont relayées à la télévision, la radio, et sur les téléphones portables. Leur site Internet donne des informations concernant la météo et les catastrophes naturelles, consultables par région et dans plusieurs langues (le français n’est pas disponible, mais on trouve notamment des informations en anglais et en espagnol). Si un phénomène naturel nécessite de prendre des mesures de précaution, la Japan Meteorological Agency lance une alarme sonore stridente sur tous les téléphones mobiles ayant un numéro japonais. Même si vous n’en avez pas, vous pourrez entendre les alarmes provenant des téléphones des personnes autour de vous. Ne paniquez pas : le plus souvent cette alarme signale des phénomènes météorologiques comme des tempêtes, pour lesquels vous aurez le temps de prendre vos précautions et de vous réfugier dans un lieu sûr. Si vous l’entendez résonner, consultez le site de l’agence météorologique pour obtenir plus d’informations.

En cas d'urgence dans le cadre d'une catastrophe naturelle, une alarme retenti sur les téléphones japonais

La JNTO (office national du tourisme japonais) a mis en ligne une page intitulée « Japan Travel Safe » (voyager en sécurité au Japon) regroupant les informations principales et les hotlines utiles en cas d’urgence, et le compte Twitter @JapanSafeTravel relaie les dernières informations concernant les catastrophes naturelles et les conditions météorologiques en anglais. Le site de la JNTO propose également des fiches de communication téléchargeables, avec la traduction anglais-japonais des phrases utiles en cas de catastrophe naturelle.

NHK World publie des informations en plusieurs langues sur son site, permettant de rester informé sur l’évolution de la situation en cas de catastrophe naturelle, et de savoir quelles mesures doivent être prises.

Le Japan Times a également une page dédiée aux catastrophes naturelles avec un flux en direct qui permet de connaître les dernières informations, minute par minute (en anglais).

Pour une information en français, nous vous recommandons de suivre Infos locales au Japon sur Facebook et Twitter. C’est une source d’information fiable et très complète, amenée à la communauté française et aux voyageurs par des bénévoles qui traduisent les informations officielles japonaises rapidement après leur diffusion.

Pour les ressortissants français en voyage au Japon ou ailleurs, il est également recommandé de s’inscrire sur Ariane, afin d’informer les services compétents de votre voyage et pouvoir ainsi recevoir des informations et consignes de sécurité en cas de besoin.

Applications utiles en cas de catastrophe naturelle

Parmi les applications en langues étrangères dédiées à l’information en cas de catastrophe naturelle, une des plus utiles est Yurekuru Call (iOS/Android) qui envoie des alarmes en cas de tremblement de terre avec des conseils de sécurité en anglais.

Pocket Shelter (iOS/Android) est une autre application qui envoie des notifications en cas de tremblement de terre, de tsunami, ou de lancement de missile. Elle signale les sites d’évacuation les plus proches du lieu où vous vous trouvez, avec une assistance en japonais, chinois simplifié et traditionnel, coréen et anglais.

Voici quelques autres applications permettant de recevoir des alertes en cas de catastrophe naturelle dans plusieurs langues étrangères :

Le 171 : système de messagerie en cas de catastrophe

Le 171 est un numéro de téléphone qui a été mis en place pour servir en cas de catastrophe naturelle, afin d’aider les personnes à rester en contact entre elles si elles viennent à être séparées. Le service vous donne la possibilité d’enregistrer et d’écouter des messages, dans lesquels vous pouvez laisser des informations de votre choix, comme votre nom, l’endroit où vous vous trouvez et votre état de santé. Toutes les personnes connaissant votre numéro de téléphone pourront accéder à votre message et savoir ainsi dans quelle situation vous vous trouvez. Le service est accessible uniquement en japonais, mais le site de la NTT met à disposition un PDF explicatif en anglais (ainsi qu’en chinois simplifié et en coréen).

Refuges et zones d’évacuation

symbole d'un lieu de refuge au Japon en cas de catastrophe naturelle

Quand vous arrivez au Japon, repérez les panneaux d’évacuation proches de l’endroit où vous vous trouvez. Les visuels varient, mais ils montrent le plus souvent un pictogramme vert représentant une personne, à la manière des panneaux indiquant les sorties de secours. En plus du personnage, on y voit généralement d’autres pictogrammes indiquant le type de situation à laquelle le refuge est adapté : vagues d’un tsunami, immeubles subissant les secousses d’un tremblement de terre ou eau annonçant une inondation. Ces panneaux indiquent le refuge ou la zone d’évacuation la plus proche (避難所, hinanjō), qui sont le plus souvent des gymnases d’école, des centres communautaires, des parc ou l’enceinte de temples.

Si vous ne savez pas où se trouve la zone d’évacuation la plus proche, demandez à quelqu’un : « Hinanjō wa doko desu ka ? » (« où est la zone d’évacuation ? »). Si vous remarquez que les personnes autour de vous se dirigent toutes dans la même direction, il y a fort à parier qu’elles se dirigent vers un refuge, donc si vous avez un doute, suivez la foule jusqu’à ce que vous trouviez une indication ou que vous arriviez à la zone d’évacuation.

Si vous vous trouvez dans la région métropolitaine de Tokyo, la Tokyo Metropolitan Disaster Prevention Map (carte de prévention des catastrophes dans la région métropolitaine de Tokyo) vous permet de trouver facilement les refuges et zones d’évacuation les plus proches (en anglais).

Que faire en cas de tremblement de terre ou de tsunami

Avec une moyenne de 1500 tremblements de terre par an, le Japon subit à lui seul plus de 20% de l’activité sismique mondiale. Bien que la plupart de ces secousses soient légères et ne nécessitent aucune mesure d’urgence, si vous deviez vivre un tremblement de terre important, voici ce que vous devriez faire :

Si vous êtes à l’intérieur d’un bâtiment, restez éloigné des fenêtres et réfugiez-vous sous une table solide ou dans l’encadrement d’une porte. N’utilisez pas d’ascenseur, même si les secousses se sont arrêtées. Si vous êtes à l’extérieur, éloignez-vous des arbres, des distributeurs automatiques, ou de quoi que ce soit qui pourrait vous tomber dessus. Si vous êtes près d’une côte, éloignez-vous au plus vite pour rejoindre un point élevé et restez très attentif aux alertes de tsunami provenant des systèmes d’alerte sonore.

En cas de risque de tsunami on vous demandera de vous rendre sur des lieux en hauteur

Un tremblement de terre, tout comme une éruption volcanique ou un glissement de terrain, peut entraîner une série de vagues maritimes puissantes appelées tsunami. Si vous sentez un tremblement de terre et entendez des alarmes résonner, cherchez immédiatement à vous réfugier dans un endroit élevé, éloignez-vous de la côte et des cours d’eau, et rejoignez l’abri le plus proche. Même si vous ne comprenez pas les alertes en japonais, prenez les mesures nécessaires pour assurer votre sécurité. Une fois encore, si un groupe de personnes se dirige dans la même direction, il y a de fortes chances pour qu’elles se dirigent vers une zone d’évacuation. Suivez la foule si vous avez le moindre doute, jusqu’à voir un panneau ou arriver dans un refuge.

Que faire en cas d’éruption volcanique

Avec plus de 100 volcans actifs au total, le Japon est le pays du monde qui en compte le plus grand nombre. Comme pour les autres catastrophes naturelles, le niveau de risque en cas d’éruption est classé de 1 à 5, 5 étant le plus dangereux. Si vous êtes proches du lieu d’une éruption volcanique, protégez votre tête des débris tout en vous éloignant, et couvrez votre bouche avec un tissus pour éviter d’inhaler des cendres volcaniques ou du gaz. On trouve généralement des abris le long des sentiers à proximité des volcans actifs, ce sont les endroits les plus sûrs où se réfugier en cas d’éruption.

Que faire pendant un typhon ou une inondation

Un typhon est une tempête tropicale qui se produit généralement pendant les derniers mois d’été et le début de l’automne et s’accompagne de vents violents, de vagues puissantes sur les côtes, et de fortes précipitations pouvant entraîner des inondations. Les typhons ressemblent fortement aux ouragans qui se forment dans l’océan Atlantique, à la différence qu’ils naissent dans l’océan Pacifique. La majorité des typhons qui touchent le Japon sont relativement faibles et ne causent pas de dégâts majeurs, mais tous doivent être pris au sérieux. Prenez vos précautions en limitant ou en annulant vos activités en extérieur, c’est important car la trajectoire exacte d’un typhon peut varier rapidement et de manière imprévisible.

Le meilleur endroit où se trouver pendant le passage d’un typhon est à l’intérieur d’un bâtiment à la structure solide, loin des cours d’eaux qui peuvent déborder en cas de fortes pluies. Si vous êtes à l’extérieur, restez éloigné de tout ce qui pourrait tomber sur vous et trouvez un endroit sûr en intérieur aussi vite que possible. Rentrez tout ce que vous pouvez avoir laissé à l’extérieur car en cas de vent fort, même des objets courants peuvent devenir des projectiles dangereux. Tenez-vous informé sur le site de la Japan Meteorological Agency ou tout autre site ou application que vous avez choisi d’utiliser, et soyez prêt à évacuer si vous en recevez l’ordre.

Ce qu’il faut prendre avec vous en cas de catastrophe naturelle

Si vous n’habitez pas au Japon, il y a peu de chances pour que vous ayez un kit de secours prêt à être utilisé, et encore moins pour que vous en transportiez un avec vous pendant un voyage. Cependant, mieux vaut garder certaines choses avec vous en cas d’urgence :

  • Votre passeport (dans un sachet imperméable)
  • Un portefeuille avec de l’argent liquide
  • Une bouteille d’eau
  • Des barres énergétiques ou autres snacks
  • Votre fiche médicale personnelle
  • Vos médicaments si vous êtes sous prescription
  • Un chargeur pour votre téléphone portable
  • Un imperméable
Avoir quelques objets de secours vous sera d'une aide précieuse en cas de catastrophe naturelle au Japon

Pour plus d’informations sur la manière d’agir en cas de catastrophe naturelle, l’Okinawa International Exchange & Human Resources a mis en ligne un guide PDF en anglais qui ne donne pas uniquement des informations utiles en cas de catastrophe, mais liste également ce qu’il faut emporter avec vous, donne des conseils pour trouver un refuge, mentionne les phrases utiles à utiliser lorsque vous vous retrouvez dans un refuge, traduites en anglais, chinois traditionnel et simplifié, et coréen.

Le  ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme a quant à lui un portail dédié à la prévention des catastrophes naturelles — une liste de sites japonais et anglais qui offrent des informations sur les catastrophes naturelles, comment s’informer, et d’autres conseils utiles.

Recevoir de l’aide de votre ambassade

Il est possible que vous ayez besoin de joindre votre ambassade pour demander de l’aide ou des conseils en cas d’urgence, qu’elle soit médicale ou liée à un crime ou à une catastrophe naturelle. Par exemple, si vous avez besoin de joindre un avocat, que vous perdez un proche pendant votre voyage, que vous égarez votre passeport, ou que vous voulez être indemnisé après avoir été victime d’un crime, votre ambassade pourra vous fournir des ressources et des conseils pour faire face à la situation.

Informations de contact des ambassades

Le ministère des Affaires étrangères met à disposition une liste complète des ambassades et consulats étrangers au Japon. Vous pouvez également trouver les informations relatives aux consulats sur le site Internet des ambassades concernées.

AmbassadeContact
France4-11-44, Minami-Azabu, Minato-ku, Tokyo 106-8514, Japon
Horaires : de 8h à 19h, du lundi au vendredi
Téléphone : (03) 5798-6000
BelgiqueNibancho 5-4, Chiyoda-ku, 102-0084 Tokyo, Japon
Horaires : de 9h30 à 12h30 du lundi au vendredi et de 13h30 à 17h du lundi au mercredi
Téléphone : (03) 3262-0191
Suisse5-9-12 Minami-Azabu, Minato-ku, Tokyo 106-8589, Japan
Horaires : 9h – 12h, du lundi au vendredi
Téléphone : (03) 5449-8400
Canada7-3-38 Akasaka, Minato-ku, Tokyo 107-8503, Japan
Horaires : 9h – 16h, du lundi au vendredi
Téléphone : (03) 5412-6200

Voici qui conclut notre guide pratique pour savoir comment agir en cas d’urgence ou de catastrophe naturelle au Japon. Ce guide n’est pas exhaustif, mais nous espérons qu’il vous aura au moins donné quelques clefs pour aborder les éventuelles situations d’urgences auxquelles vous pourriez avoir à faire face pendant votre voyage. Préparez vous sérieusement à aborder tout type de situation, et consultez votre ambassade si vous avez des questions spécifiques. Être préparé à l’imprévu est le meilleur moyen de profiter en toute sécurité d’un voyage qui pourra combler vos attentes.

いってらっしゃい! (Itterasshai, bon voyage !)

Traduit de l’anglais par Clémentine Cintré

Mika Senda

Mika Senda

Mika is a writer for Voyapon.com and Lostin-Kyushu.com. In 2018, she made her way from her hometown in Canada to the countryside of Oita Prefecture. Since then, she's been exploring the tradition, art and culture of inaka life, and most likely sitting in an onsen right now.

lostin-kyushu.com

Laisser un commentaire


X