fbpx Skip to main content

Toute personne ayant vécu un tremblement de terre au Japon sait qu’ils sont, pour la plupart, à peine perceptibles et ne qu’ils ne durent que quelques secondes. Chaque année, près de 5000 tremblements de terre mineurs ont lieu au Japon, parmi lesquels plus de la moitié est d’une magnitude comprise entre 3,0 et 3,9. La plupart passent donc inaperçus pour la majorité des gens. Cependant, environ 160 tremblements de terre d’une magnitude égale ou supérieure à 5 secouent l’archipel japonais chaque année.

panneau japonais indiquant un centre d'évacuation
Panneau indiquant un centre d’évacuation | Photographie : Mika Senda

Dans cet article, nous aborderons les sujets suivants :

Quelle est la fréquence des tremblements de terre au Japon ?

La plupart des 5000 tremblements de terre du Japon passent inaperçus en raison de leur faible magnitude ou parce que l’hypocentre (le point de rupture souterrain à l’origine d’un tremblement de terre) se trouve loin des côtes japonaises. Environ 3800 tremblements de terre de magnitude 3,0 à 3,9 se produisent tous les ans, et environ 900 présentent une magnitude de 4,0 à 4,9.

nombre de tremblements de terre par an au Japon
Tableau indiquant la moyenne annuelle des tremblements de terre au Japon. Données de l’Agence météorologique japonaise

Pourquoi y a-t-il autant de tremblements de terre au Japon ?

Le nombre élevé de tremblements de terre au Japon est dû à la situation géographique de l’archipel qui se trouve le long de la Ceinture de feu du Pacifique (環太平洋火山帯, kantaiheiyoukazantai). Cette chaîne longue de 40 000 km est composée d’au moins 450 volcans. Rien qu’au Japon, on dénombre environ 265 volcans potentiellement actifs.

Le Japon chevauche les quatre plaques continentales — la plaque du Pacifique, des Philippines, de l’Eurasie et la plaque Nord-américaine. Ici, les plaques glissent sur la roche liquide et provoquent une tension interne qui finit par être évacuée et provoque alors des tremblements de terre.

En plus des plaques continentales qui s’entrechoquent, la fosse du Japon participe à l’émergence de tremblements de terre au Japon. La fosse du Japon est une fosse océanique profonde de 8410 mètres et longue de 800 mètres, qui se trouve au nord-ouest du Pacifique. En 2006, des volcans hauts de 50 mètres et actifs sur le plan sismique ont été découverts à 5000 mètres de profondeur dans la fosse du Japon et ont été considérés par la suite comme responsables du séisme du Tohoku en mars 2011.

Que faire en cas de tremblement de terre ?

Que faire si un tremblement de terre de grande intensité se produisait pendant votre séjour au Japon ?

Si vous êtes à l’intérieur, cherchez à vous abriter sous une table ou une dans l’encadrement d’une porte et éloignez-vous de tout ce qui pourrait vous tomber dessus. Si vous êtes à l’extérieur, trouvez un espace ouvert loin des arbres, des bâtiments, et des engins ou autres objets qui pourraient vous tomber dessus.

Pour savoir où obtenir des informations en anglais, trouver de l’aide et des conseils pratiques sur les situations d’urgence au Japon, consultez notre guide de survie en cas de catastrophes, de problèmes médicaux ou de crimes au Japon.

SMS d'alerte lors d'une catastrophe naturelle au Japon
Il existe plusieurs applications et sites Web pour obtenir des alertes dans votre langue maternelle.

Faites également attention aux annonces ou avertissements émis par les haut-parleurs dans la plupart des villes et villages du Japon. Si vous avez un téléphone avec un numéro de téléphone japonais, vous recevrez une notification sur votre smartphone. Cela concerne également les utilisateurs munis de cartes SIM de données uniquement. Si vous souhaitez en savoir plus sur les applications ou les sites Web proposant des informations sur les catastrophes naturelles en anglais, veuillez consulter notre guide de survie au Japon.

Les plus grands tremblements de terre de l’histoire du Japon

Dans l’histoire du Japon, plusieurs tremblements de terre d’une magnitude égale ou supérieure à 7 ont fait de grands ravages et ont causé de nombreuses victimes. Certains des tremblements de terre les plus destructeurs se sont produits il y a près d’un siècle, tandis que d’autres se sont produits très récemment.

Le grand tremblement de terre du Kanto en 1923

Le 1er septembre 1923, un tremblement de terre d’une magnitude de 7,9 a frappé la région du Kanto et détruit une bonne partie de Tokyo et Yokohama. Provoquant plus de 100 000 morts, le grand tremblement de terre du Kanto (関東大震災, kanto daishinsai) est devenu l’un des tremblements de terre les plus destructeurs de l’histoire du Japon. Il fut notamment à l’origine d’un grand incendie dans la ville et fit plus de 140 000 victimes.

jardin japonais et grands buildings à Tokyo
Le jardin Hamarikyu à Tokyo

Le tremblement de terre a non seulement provoqué des incendies majeurs dans l’espace urbain, mais a également provoqué un tsunami de 12 mètres de haut qui a frappé la baie de Sagami. Cette baie, située au sud de la préfecture de Kanagawa, était également l’hypocentre du séisme, et certaines parties de la baie se sont élevées de deux mètres de manière durable à l’occasion du séisme.

Le tremblement de terre de Kobe en 1995

Le 17 janvier 1995, un tremblement de terre d’une magnitude de 7,3 a frappé la ville de Kobe, également connu sous le nom de « grand tremblement de terre de Hanshin-Awaji » (阪神・淡路大震災, Hanshin Awaji daishinsai), il fit plus de 4500 victimes. L’hypocentre du séisme se trouvait à 20 km au sud-ouest du centre-ville de Kobe, à 16 km sous la surface de la Terre.

Port de Kobe
La ville portuaire de Kobe a été frappée par un violent tremblement de terre en 1995. | Photographie : Johanna Christoph

Tout comme lors du grand tremblement de terre du Kanto, la puissance du tremblement de terre de Kobe a eu des répercussions visibles à l’échelle géographique : le pont Akashi Kaikyo (明石海峡大橋), qui relie aujourd’hui l’île principale de Honshu à l’île d’Awaji (淡路島), était encore en construction en 1995. Après le tremblement de terre de Kobe, les piliers du pont s’étaient éloignés de plus d’un mètre.

Chaque année le 17 janvier, le Japon célèbre la Journée des interventions bénévoles lors des catastrophes (防災とボランティアの日, Bōsai to Borantia no Hi). De plus, le Kobe Luminarie (神戸ルミナリエ) qui a lieu en décembre dans la ville de Kobe (神戸市) commémore chaque année les victimes du tremblement de terre.

Le tremblement de terre du Tohoku en 2011

Le tremblement de terre du Tohoku (東日本大震災, Higashi-Nihon daishinsai, « Grande catastrophe sismique dans l’est du Japon ») s’est produit le 11 mars 2011. Avec une magnitude de 9.1, le tremblement de terre du Tohoku est le séisme de la plus forte intensité jamais enregistré au Japon. Cette catastrophe d’une violence extrême s’est produite au large de la côte de Sanriku, dans la préfecture de Miyagi, à environ 130 km à l’est de Sendai et à 370 km au nord-est de Tokyo.

Le tsunami de 23 mètres de haut provoquée par le séisme a immergé plus de 500 km² de la côte pacifique japonaise. La catastrophe nucléaire de la centrale de Fukushima qui vint s’ajouter au désastre valut au tremblement de terre de Tohoku le surnom de « triple catastrophe ».

Nagatoshi “Naga” Shiraishi en face de sa maison à Iwaki, dans la préfecture de Fukushima
Nagatoshi « Naga » Shiraishi devant son domicile dans la ville d’Iwaki, dans la préfecture de Fukushima

D’après les dernières statistiques datant de juin 2020, 15 899 personnes sont mortes dans cette triple catastrophe, et 2529 sont toujours portées disparues à ce jour. Les bâtiments détruits et la catastrophe nucléaire ont forcé près d’un demi-million de personnes à quitter leurs foyers.

Tout comme les tremblements de terre du Kanto et de Kobe, le tremblement de terre du Tohoku a modifié la tectonique des plaques. L’île principale de Honshu s’est déplacée de 2,4 mètres vers l’est et la péninsule d’Oshika dans la préfecture de Miyagi a est descendue de 120 cm.

Dans les jours et les semaines qui ont suivi la catastrophe, près de 500 tremblements de terre d’une magnitude comprise entre 5 et 7 ont été recensés.

Les tremblements de terre sont imprévisibles et peuvent arriver à tout moment de la journée et de la nuit au Japon, mais ne vous inquiétez pas. La plupart des bâtiments modernes du Japon ont été construits selon des normes antisismiques avec des piliers amortis ancrés dans des fondations massives en béton. Cela garantit de traverser un séisme tout en restant en sécurité. Pour plus de détails sur ce qu’il faut faire en cas d’urgence, comme lors d’un tremblement de terre, consultez notre guide de survie au Japon en cas de catastrophes, de problèmes médicaux ou de crimes. Armé de ces conseils, vous pourrez partir serein et passer un bon voyage au Japon !

Yvonne

Yvonne

I'm a German girl from Berlin, who found her second home in Japan. Since 2012, I travelled at least once a year to Japan, before I moved to Tokyo in 2017 as an exchange student. After just a few months back in Germany, I ended up in Tokyo again in 2019 - ready for telling you more about this amazing and traditional country! :)

Laisser un commentaire


X