fbpx Skip to main content

Avertissement : À Voyapon, nous faisons de notre mieux pour vous offrir des informations à jour sur les règlementations concernant les voyages au Japon en nous basant sur des sources d’information fiables et sur les annonces publiées sur le site du ministère des Affaires étrangères du Japon. Cela étant dit, la situation change constamment et notre article ne prétend pas offrir des conseils juridiques vis à vis de l’entrée sur le territoire japonais. Veuillez contacter votre ambassade ou consulat pour des informations récentes et adaptées à votre situation.

Depuis début mars, les mesures de restrictions aux frontières concernant les résidents étrangers ont été levées pour ceux qui se rendent au Japon pour les études, le travail, et pour les voyages d’affaire de courte durée. Cette annonce a eu lieu après des mois de protestation de différents lobbies et des établissements universitaires qui dénonçaient les effets dévastateurs de la fermeture des frontières sur l’économie et la réputation du pays, qui maintient à ce niveau là la politique la plus sévère des pays du G7, rendant très difficile à justifier de laisser dans l’attente les quelques 400 000 étrangers à avoir déjà obtenu un certificat d’éligibilité. Il s’agit de la deuxième tentative d’assouplissement de ces restrictions, après leur levée partielle en novembre dernier qui ne fut que de courte durée, puisque les frontières furent à nouveau totalement fermées plus tard le même mois après la découverte du variant Omicron. Maintenant que ce variant est devenu majoritaire également au Japon, maintenir le maintient de la fermeture des frontière n’a plus de sens.

Avant cela, les frontières sont restées totalement fermées depuis avril 2020, après le début de la pandémie de COVID-19, et seulement partiellement rouvertes durant deux mois en octobre 2020 avant de fermer à nouveau en janvier 2021 après la découverte du variant delta. Depuis le début des restrictions, les touristes n’ont jamais eu la possibilité d’entrer sur le territoire japonais. Bien que les touristes ne puissent toujours pas se rendre au Japon, le récent assouplissement de ces mesures devrait être une première étape vers un retour à la normale. La levée de ces restrictions a également été accompagnée d’une évolution sur le nombre de personnes autorisées à entrer au Japon quotidiennement, qui était déjà passé de 3500 à 5000 le premier mars, puis à 7000 le 14 mars, avant d’atteindre les 10 000 personnes en avril. En ce qui concerne la durée de la quarantaine à l’arrivée au Japon, elle a été réduite à 3 jours ou totalement supprimée dans la majorité des cas. Vous trouverez plus de précisions à ce sujet dans la suite de l’article.

Devant la mutation du virus responsable de la COVID-19, le gouvernement japonais a durcit les conditions d’entrée sur le territoire à partir du 26 décembre 2020, mais commence à assouplir ces règles depuis mars 2022. Ces règles concernent les catégories suivantes :

Dans le cas des résidents étrangers, leur retour sur le territoire japonais a toujours été autorisé, à l’exception d’une période de fermeture des frontières plus drastique encore entre avril et août 2020, durant laquelle ils ne pouvaient rentrer au Japon que dans des cas spécifiques. Une mesure qui fut levée après des mois de protestation des mois de protestations de la part de nombreuses personnes concernées. Les résidents actuels peuvent rentrer à condition de fournir un test PCR négatif au coronavirus (COVID-19). Le test doit avoir été effectué dans les 72 heures précédant le départ, et les résultats doivent être présentés avec un document signé par une institution médicale assermentée. Une fois au Japon, jusqu’à récemment les voyageurs devaient se soumettre à une quarantaine de 14 jours. Depuis le 29 janvier, cette période de quarantaine a été ramenée à 7 jours, mais uniquement pour les voyageurs en provenance de pays où le variant Omicron est dominant. Les dernières mesures permettent de réduire la durée de la quarantaine à 3 jours à partir du mois de mars pour ces voyageurs, à condition qu’ils puissent justifier d’avoir reçus une dose de rappel du vaccin. Bien que l’utilisation des transports en commun n’est pas autorisée durant la période de quarantaine, une exception est faite pour permettre aux voyageurs de rejoindre leur logement depuis l’aéroport, à condition que ce trajet soit effectué dans les 24h suivant l’atterrissage de leur vol sur le sol japonais.

Y-a-il des exceptions aux règles pour le retour au pays des étrangers vivant au Japon ?

Depuis la découverte du variant Omicron, particulièrement contagieux, qui s’est d’abord développé dans certains pays africains, les étrangers vivant au Japon en provenance de ces pays se virent interdits d’accès au sol japonais dès le 2 décembre 2021. Mais cette mesure fut levée le 14 janvier 2022.

Aéroport du Kansai, très peu fréquenté depuis la pandémie de coronavirus
Aéroport international du Kansai. Les effets de la chute brutale du tourisme au Japon se sont fait ressentir à travers toutes les régions, au cours d’une année au cours laquelle on attendait des résultats exceptionnels.  | © Coniferconifer

Nouvelles règles pour les demandes de visas à partir de novembre 2021

Mis à part une courte période entre octobre 2020 et janvier 2021, puis en novembre 2021, les frontières du pays sont restées totalement closes aux nouveaux arrivants depuis le début de la pandémie, si ce n’est pour de rares visas familiaux délivrés si des circonstances exceptionnelles pouvaient être établies. Depuis le début du mois de mars 2022, l’entrée sur le territoire pour des voyages d’affaire ou pour des visas longs est à nouveau autorisée. Dans tous les cas, veuillez vérifier les dernières informations auprès du ministère japonais des affaires étrangères et des consulats et ambassades japonais dans votre pays.

port du masque dans un aéroport durant l'épidémie de coronavirus
Le port du masque, phénomène majoritairement asiatique, est devenu une obligation mondiale dans l’espace public à cause de la pandémie de COVID-19. | © Chad Davis

Les « Business Track » et « Resident Track » qui permettaient à certains voyageurs de se rendre dans le pays depuis juillet 2021 ont été suspendus en janvier 2021. Ces deux programmes étaient disponibles pour les ressortissants de certains pays asiatiques à partir de l’été 2020, puis à partir du 1er octobre 2020 les programme du « Resident Track » fut peu à peu ouvert aux citoyens d’autres pays dans le monde, leur permettant de se rendre au Japon à condition de remplir certaines conditions. Mais depuis le 14 janvier 2021 ces deux programmes ont été suspendus jusqu’à nouvel ordre.

Les conditions d’entrée pour les voyages d’affaire et les visas longue durée

Depuis le 1er mars 2022, tous les nouveaux arrivants sur le territoire japonais, qu’ils viennent en voyage d’affaire (de moins de 90 jours) ou qu’ils souhaitent postuler pour un visa de travail ou un visa étudiant, doivent suivre ces différentes étapes pour faire leur demande de visa :

  • L’entreprise qui sponsorise leur visa doit soumettre sa demande via le nouveau Etrants Returnees Follow-up System (ERFS). Après l’envoie de cette demande, un « certificat de finalisation de l’enregistrement » est émis. Une copie de ce document doit être joint aux documents envoyés lors de la demande de visa.
  • Avant le départ, une copie signée de la « Written Pledge » (en anglais ou en japonais) sera demandée.

En ce qui concerne les résidents étrangers bénéficiant d’un certificat d’éligibilité (CoE) émis après le 1er janvier 2020, la validité de ce document est prolongée au-delà de mars 2022 en fonction des critères suivants, à condition que l’entreprise soit toujours en capacité de sponsoriser la demande de visa :

  • Les certificats émis entre le 1er janvier 2020 et le 31 janvier 2022 sont valables jusqu’au 31 juillet 2022.
  • Les certificats émis entre le 1er février 2022 et le 31 juillet 2022 sont valables 6 mois à partir de leur date d’émission.

Les étudiants et travailleurs étrangers peuvent-ils entrer au Japan en 2022 ?

Jusqu’à nouvel ordre, les programmes « Resident Track » et « Business Track » restent suspendus, mais les demandes de visa étudiants et de visas de travail pourraient être ouvertes prochainement, ce qui inclue les catégories suivantes :

  • Professeur d’université
  • Artiste
  • Activités religieuses
  • Journaliste
  • Profession hautement qualifiée
  • Directeur commercial
  • Services juridiques et de comptabilité
  • Services médicaux
  • Chercheur
  • Instructeur
  • Ingénieur / Spécialiste en sciences humaines / Services internationaux
  • Mobilité interne
  • Soins infirmiers
  • Comédien
  • Main-d’œuvre qualifiée
  • Ouvrier qualifié
  • Stage de formation technique
  • Activités culturelles 
  • Étudiant
  • Stagiaire
  • Rapprochement familial pour conjoints mariés (visa « Dependent »)
  • « Activités désignées »
Un avion en transit dans un aéroport japonais
Passagers regardant un avion de Korean Air en zone de transit à l’aéroport de Narita. Les restrictions sur le trafic aérien sont en train d’être progressivement levées alors que des cas de COVID-19 sont rapportés.  | © Jorge Díaz

Exceptions aux règles

Toutefois, ceux qui peuvent bénéficier de visas “Épouse / époux ou enfant de ressortissant japonais” et “Épouse / époux ou enfant de résident permanent” seront exemptés de déclaration sur l’honneur. À la place, ils doivent soumettre, au moment de la demande de visa, une copie du livret de famille (certificat de mariage, de naissance, etc.), en plus du COE. Il en est de même pour les voyageurs dépendant du Japan-EU Economic Partnership Credentials (EPA), le Certificat d’éligibilité n’est pas requis pour le moment. Enfin, les titulaires de passeports diplomatiques ou officiels voyageant au Japon pour des raisons officielles ne seront pas soumis à cette série de procédures.

zone des départs de l'aéroport de Narita
Zone des départs à l’aéroport international de Narita. Le gouvernement garde les yeux rivés sur le retour progressif du tourisme au Japon. | © i nao

Les membres de la famille proche peuvent désormais se rendre au Japon, dans des circonstances spécifiques

L’évolution la plus récente de la lente réouverture des frontières japonaises concerne les proches parents de résidents étrangers. Les cas suivants sont des exemples de ce que le gouvernement japonais considère comme des cas humanitaires particuliers :

  • Un ressortissant étranger qui entre au Japon pour rendre visite à un membre de sa famille, lorsque le ressortissant étranger est au deuxième degré de parenté d’un ressortissant ou résident permanent japonais, ou au premier degré de parenté d’un « résident de longue durée ». 
  • Un parent qui vient au Japon pour aider ou prendre soin d’un résident qui est malade ou enceinte. 
  • Un parent qui entre au Japon car un résident est décédé ou se trouve dans un état critique. 
  • Un parent qui entre au Japon pour accompagner un mineur ou une personne qui n’est pas en mesure d’entrer au Japon par elle-même en raison d’une maladie ou d’autres raisons.

La délivrance de ces visas pour des raisons humanitaires particulières était déjà possible depuis la fermeture des frontières, mais a été accordée au cas par cas et à la discrétion des fonctionnaires de l’immigration. La nouveauté, cette fois-ci, est qu’avec l’augmentation de la limite quotidienne d’entrée sur le territoire à 10 000 personnes, la délivrance ces visas spéciaux semble avoir également augmenté.

Compagnies aériennes voyageant actuellement au Japon

Aujourd’hui, la plupart des grandes compagnies aériennes voyagent vers le Japon. Une brève interdiction de tous les vols à destination du Japon fut décrétée début décembre avant d’être levée face à de vives réactions sur l’ensemble du pays. Mais la situation actuelle reste versatile et de nombreuses compagnies aériennes doivent annuler des vols ou opérer des changements importants dans les routes empruntées à cause de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Par conséquent, pour minimiser d’éventuels problèmes, il est recommandé de prendre toutes les précautions possibles au moment de la réservation des vols, et de vérifier les conditions d’annulation.

Le port du masque n’est pas obligatoire au Japon mais est fortement recommandé | © Jérémy Stenuit

Règles à suivre avant un départ vers le Japon et après l’arrivée sur le territoire

Les nouvelles règlementations stipulent qu‘un test PCR négatif à la COVID-19 doit être présenté dans les 72h précédent son départ vers le Japon, sans quoi les compagnies aériennes n’accepteront pas les passagers à bord. En plus du certificat délivré par une institution médicale, un certificat japonais conforme aux directives du gouvernement doit être présenté après l’atterrissage.

Il est hautement recommandé de remplir le questionnaire en ligne du ministère japonais de la santé, du travail et du bien-être, avant d’embarquer car il devra être présenté au personnel de l’aéroport après atterrissage.

Une fois arrivé sur le territoire japonais, un test salivaire sera effectué à l’aéroport dans des zones de quarantaine. Si le test s’avère négatif, les voyageurs pourront se soumettre à une quarantaine de 7 ou 3 jours, voire aucune quarantaine, en fonction de différents critères :

  • Pour les voyageurs en provenance d’un pays dans lequel le variant omicron est majoritaire :
    • Si aucun certificat d’une dose de rappel de vaccination ne peut être présenté, il sera nécessaire d’effectuer une quarantaine de 3 jours dans un un établissement désigné par les autorités. Ils pourront quitter l’établissement si un test négatif est obtenu au bout de trois jours.
    • Avec le certificat d’une dose de rappel de vaccin, il est possible d’effectuer sa quarantaine de 7 jours chez soi ou dans l’établissement de son choix. Si un test négatif peut être présenté au bout de trois jours de quarantaine, il n’est pas nécessaire de la poursuivre.
  • Pour les voyageurs venant d’autres pays :
    • Si aucun certificat d’une dose de rappel de vaccination ne peut être présenté, il est possible d’effectuer sa quarantaine de 7 jours chez soi ou dans l’établissement de son choix. Si un test PCR négatif peut être présenté au bout de trois jours de quarantaine, il n’est pas nécessaire de la poursuivre.
    • Avec un certificat de dose de rappel de vaccination, aucune quarantaine n’est nécessaire.

Veuillez noter que ces conditions concernent les personnes ayant reçus une troisième dose de vaccin Pfizer ou Moderna. Veuillez vous consulter ce lien pour connaître la marche à suivre afin d’obtenir un certificat de votre dose de rappel qui soit pris en compte par le gouvernement japonais.

En raison de l’assouplissement des restrictions concernant l’accès aux transports publics à son arrivée au Japon, les bus dédiés qui opéraient à Narita et Haneda ne sont plus en service. Il est désormais possible d’emprunter d’Airport Limousine ou les lignes de trains normales. Si les services d’un taxi privé sont nécessaires, il est possible de faire appel à des entreptises comme Diolabs ou Rakurakutaxi.

Un test PCR de moins de 72 heures avant le départ est obligatoire pour tous les voyageurs. | © Delta News Hub

Durant la période de quarantaine, il n’est possible de quitter son établissement que pour des raisons de première nécessité, comme l’achat de nourriture par exemple, et seulement dans un rayon de 15 minutes à pieds environ.

Configuration du smartphone et applications obligatoires pour tous les voyageurs

Depuis le 18 mars 2021, les voyageurs doivent installer les applications suivants sur leur smartphone avant leur arrivée au Japon. S’il est possible de les installer après avoir atterri, l’attente dans l’aéroport peut s’en retrouver prolongée, il est donc conseillé de le faire avant son départ.

  1. Cocoa (iOS et Android), l’application du gouvernement japonais pour tracer la circulation du virus.
  2. MySOS (iOS et Android), une application servant à vérifier la santé et la localisation de l’utilisateur afin de créer un rapport de santé quotidien, de suivre la localisation de l’utilisateur en temps réel et qui permet de répondre à des appels vidéos pour vérifier que la quarantaine est bien respectée.
  3. Google Maps (iOS et Android), pour conserver une trace de l’historique de déplacement dans le cas d’une infection après son arrivée au Japon.

Veuillez suivre le guide officiel du gouvernement pour savoir en détail comment configurer son smartphone et les applications. Les voyageurs n’étant pas en possession d’un smartphone doivent en louer un à leurs frais à l’aéroport.

Le statut de l’état d’urgence sanitaire au Japon

Depuis le 30 novembre 2021, aucun état d’urgence n’est en vigueur au Japon. Cependant, en raison d’une nouvelle vague de contamination au variant Omicron qui débuta dans les bases militaires États-uniennes des préfectures d’Okinawa, de Yamaguchi, et d’Hiroshima, le gouvernement a déclaré le 7 janvier placer ces préfectures dans un quasi état d’urgence, raccourcissant les horaires d’ouvertures des commerces et apposant des restrictions à la vente d’alcool. Quand le nombre de cas d’infection était à la hausse dans le pays, 34 des 47 préfecture japonaises sont passées sous ce régime. Mais depuis que le nombre de cas repart à la baisse, ce quasi état d’urgence a été levé sur un grand nombre de préfectures à la fin du mois de février, avant d’être complètement levé sur l’ensemble du territoire le 21 mars 2022.

Cependant, la possibilité du retour d’un état d’urgence total ou partiel n’est pas à écarter si le nombre d’infections repart à la hausse. C’est pourquoi les mesures de prévention, comme le port du masque ou le respect de la distanciation sociale, restent nécessaires, et la plupart des commerces continuent à prendre la température des clients avant de les laisser entrer.

Taux de vaccination du Japon et mise en place d’un passeport vaccinal

Le 15 avril, le Japon avait administré plus de 265 millions de doses, 81,2% de la population (102,8 millions de personnes) ayant reçu au moins une dose de vaccin, et 79,8% (101 millions de personnes) ayant terminé leur cycle vaccinal, dépassant ainsi le taux de vaccination du Canada, et prenant la tête des pays du G7 en taux de population vaccinée. Plus de 92% des personnes âgées sont complètement vaccinées, et l’administration de la troisième dose dépasse le million de doses quotidiennes, avec 47,1% de la population (59,7 millions de personnes) totalement immunisée. L’administration d’une quatrième dose est déjà en cours d’examen par le ministère japonais de la Santé, et son déploiement pourrait commencer vers la fin du mois de mai.

Depuis la fin du mois de juillet, le gouvernement émet des certificats de vaccination, connus sous le nom de « passeport vaccinal », dans le but de permettre aux japonais vaccinés de se rendre à l’étranger, bien que la réciprocité ne soit pour l’instant pas de mise. Le 20 décembre, une application officielle fut lancée pour permettre de disposer d’une preuve de vaccination sur son smartphone. Le certificat vaccinal japonais est aujourd’hui reconnu par 46 pays, mais les conditions d’entrée sur le territoire dépendent varient entre chaque pays. Veuillez consulter le site internet du Ministère des Affaires Étrangères pour avoir accès à la liste détaillée de ces pays et des conditions d’entrée qui leurs sont spécifiques.

Le Japon pourrait rouvrir ses frontières avant la fin de 2022

Après des Jeux olympiques qui se sont tenus en l’absence de spectateurs, les espoirs de la réouverture des frontières du Japon se sont ravivés lors de la levée de l’état d’urgence, le 30 novembre 2021. Mais l’explosion des cas due à l’apparition du variant Omicron repoussé à une date ultérieure les prévisions d’une possible ouverture du pays aux touristes. L’assouplissement des mesures de mars 2022 est une première étape qui pourrait permettre une réouverture progressive des frontières du pays aux touristes. Toutefois, le Premier ministre Kishida reste prudent quant à l’établissement d’un éventuel calendrier de reprise des arrivées de touristes, dans la crainte d’un nouveau pic d’infection. En attendant, le ministère des Affaires étrangères met continuellement à jour les conditions d’entrée sur le territoire qui dépendent de l’évolution de l’épidémie à la fois dans le monde et au Japon.

Article original publié le 07/10/2020, dernière mise à jour le 26/04/2022

Toshiko Sakurai

Toshiko Sakurai

Je divague dans les rues japonaises (accompagnée de mon appareil photo !), puis je capture chaque moment. Je joue avec la lumière afin de prendre les meilleurs photos et j'assemble des lettres du mieux que je le peux pour vous écrire mes articles. Je suis arrivé à Tokyo en provenance de Barcelone à l'automne 2017 et depuis, j'essaye de partager les meilleurs coins de la ville grâce à mes balades en vélo. Lorsque je n'ai pas mon appareil photo avec moi, j'ai l'habitude de défier l'orthodoxie culinaire en mélangeant les styles de nourriture de tous les endroits où j'ai vécu.

Laisser un commentaire


X