Activités Culture Kanto | Tokyo

Cérémonie du thé : initiation authentique dans une école certifiée à Tokyo

La cérémonie du thé japonaise : Mika s’apprête à verser de l’eau chaude : MIka présente les ustensiles

Art traditionnel japonais, dégustation de thé vert, méditation, éveil ; autant de termes employés pour définir la cérémonie du thé japonaise ou le chadō (茶道 « chemin ou voie du thé »). Mais on n’en comprend l’essence que par l’expérience. Et, pour ma part, seule la pratique dans des conditions authentiques, m’a permis d’en saisir la nature

Si vous passez à Tokyo, ne vous trompez pas : il peut être tentant d’opter pour une rapide initiation de 30 minutes proposée par de nombreux établissements touristiques. Malheureusement, ces expériences sont très souvent dénuées de sens, car aucune explication n’est donnée ; et vous risquez de repartir déçu, vous demandant pourquoi on donne tant d’importance à la cérémonie du thé.

C’est à l’école certifiée Shizu-Kokoro, à Asakusa, que j’ai eu la chance d’assister à un atelier de 90 minutes idéal pour une initiation complète au chado.

Une école certifiée, un cadre authentique

Située à Asakusa, mais en retrait de l’agitation touristique, en descendant à la station Tawaramachi vous traverserez de charmantes rues à l’approche de la maison traditionnelle japonaise dans laquelle Shizu-Kokoro a élu domicile.

Dès l’entrée vous êtes accueilli par la lumineuse Mika, ou plutôt Soka, son nom d’instructrice de la cérémonie du thé, vêtue d’un kimono. Il vous faudra traverser un petit jardin japonais intérieur avant de vous installer autour d’une grande table en bois.  

Shizu-Kokoro est une école certifiée par lUrasenke de Kyoto, l’une des plus grandes écoles de la cérémonie du thé japonaise au monde. Qui dit école, dit pédagogie, et l’atelier débute par une explication des fondamentaux du chado en sirotant une tasse de thé à la fleur de cerisier.

Plus de 20 ans de savoir-faire dans la cérémonie du thé 

Lumière, intensité, beauté, et sagesse, sont les mots qui me viennent à l’esprit pour qualifier ma rencontre avec Mika. Et pour cause, Mika, a plus de vingt ans d’expérience dans le chado et a obtenu la certification d’instructeur de 1er rang.

Après plusieurs années dans de travail harassant dans l’industrie de la production de film à Los Angeles, Mika a découvert les bienfaits apaisants de ” la Voie du thé ” auprès de Mme Sosei Matsumoto, l’un des maîtres de thé les plus reconnus et les plus influents des États-Unis.

En plus d’être experte de la cérémonie du thé, Mika parle couramment Anglais et s’adapte à merveille à ses invités venus du monde entier.

Les étapes d’une véritable cérémonie du thé 

Une fois les bases théoriques acquises, Mika vous mène à l’étage dans une salle de thé traditionnelle avec tatamis.  Elle vous guide alors durant chacune des étapes de la cérémonie du thé, et donne les explications et les références historiques nécessaires à votre bonne compréhension.

Le Tokonoma

D’abord, vous observez le Tokonoma, une petite alcôve au plancher surélevé dans laquelle se trouvent 3 éléments : une calligraphie (évoquant un poème, un dicton, ou un mot, qui exprime l’objectif de la cérémonie), un arrangement floral de saison pour rappeler notre lien avec la nature, et de l’encens pour purifier l’atmosphère.

Comprendre le choix des ustensiles

Puis vous observez les ustensiles nécessaires à la cérémonie ainsi que leur disposition. Le choix des ustensiles a en effet toute son importance et sa signification.

Par exemple, la bouilloire utilisée lors de l’atelier est unique et sa forme évoque le Mont Fuji, qui porte une symbolique forte du Japon. Ou encore, le premier et principal thé, le koicha (濃茶, « thé fort » ou « thé épais ») doit être servi dans un bol plein fait main ; tandis que le second thé, l’usucha (薄茶, « thé léger » et mousseux) peut être servi dans un bol transparent. Notez que le service de ce dernier n’est pas automatique, il constitue surtout une adaptation pour permettre à chacun de développer son goût, car on est parfois surpris par l’amertume du koicha.

Comprendre la disposition des ustensiles

La disposition des ustensiles et les gâteaux traditionnels japonais servis lors de la cérémonie changent au gré des saisons

En été, la bouilloire se trouve dans un coin de la pièce, éloigné des invités, et Mika dispose un grand récipient d’eau froide ouvert pour rafraîchir visuellement la pièce. Comme elle le précise, il faut imaginer qu’à l’époque la climatisation n’existait pas et tous les moyens étaient bons !

Tant de détails font partie des nombreux enseignements du chado inspiré par la philosophie Zen : la beauté se trouve dans les détails des objets du quotidien. Assister à ce type de cérémonie permet sans aucun doute de développer son sens de l’observation.

La cérémonie du thé : un moment privilégié pour se relaxer

Enfin, la préparation et le service du thé débutent. On observe Mika effectuer une série bien précise de mouvements lents et minutieux, le moindre geste effectué compte et renferme une signification précise. Lorsqu’elle prépare le thé, Mika bouge avec une légèreté et une élégance rare, pareille à une danseuse.

D’abord interpellé par ces gestes ritualisés, on se demande : “Pourquoi effectue-t-elle trois fois de suite le même exact geste avec le fouet en bambou ? Pourquoi répète-t-elle une succession de pliages et dépliages du fukusa, le tissu de soie rouge ? Quel sens cela a-t-il ?”. Puis comme hypnotisé, on apprécie simplement la grâce du moment.

Mika est incollable sur la signification de ces gestes, qui ont tous une signification issue du bouddhisme et ont leur importance à chaque étape de la préparation.

Pour clôturer la cérémonie, votre hôte vous explique pour quelle raison elle a choisi le bol dans lequel le thé vous a été servi et comment recevoir le thé en respectant quelques règles. Ce sera ensuite à votre tour de vous exercer à préparer le thé pour votre invité !

Les bienfaits de la cérémonie du thé : méditation active 

Après cet atelier, je me suis sentie si apaisée que j’ai voulu en savoir davantage sur les bénéfices de la cérémonie du thé. Par chance, Mika étudie les neurosciences et la psychologie. Elle m’a expliquée qu’en observant les ustensiles, leur emplacement et leurs détails, puis en regardant les gestes minutieux de son instructeur, et en les réalisant soi-même, on fait de la méditation active

On est si concentré, que le cerveau gauche, associé au raisonnement logique et rationnel, est actif, tandis que le cerveau droit (intuitif et émotionnel) est au repos.

Par ailleurs, le cortex préfrontal (associé à l’apprentissage) est stimulé par cet art mystérieux, et il est gratifiant d’apprendre ou de progresser.

Informations pratiques

En bref, la cérémonie du thé japonaise offre un bel aperçu de la culture traditionnelle japonaise et de son raffinement, et permet de se déconnecter de la frénésie du quotidien le temps d’un atelier.

C’est aussi une rencontre avec un maître en devenir, empreint de sagesse. Si vous passez par Tokyo, je vous recommande vivement de faire l’expérience à l’école Shizu-Korkoro. Vous trouverez toutes les informations sur les atelier sur le site internet officiel.

Adresse : 1-9-8 Nishi Asakusa, Taito-Ku, Tokyo 111-0035 Japon
Horaires d’ouverture : 10h – 18h
Prix : 4100 yens pour un atelier de 90 minutes