Article partenaire Kyushu | Fukuoka Tourisme

Nagasaki, des racines de tous les horizons pour une ville multi-culturelle

La baie de Kujukushima de Nagasaki déborde de détails

La ville de Nagasaki, sur l’île de Kyushu, est tristement célèbre pour avoir subi les dégâts de la seconde bombe atomique qui s’abattit sur le Japon. On connaît malheureusement moins la riche histoire de cette ville qui fait figure d’exception au Japon. Sous l’impulsion du shogun Tokugawa, le pays connut une période isolationniste entre 1641 et 1853. Durant cette période, tout contact avec l’étranger était rompu, ou presque. Seuls quelques ports de la préfecture de Nagasaki étaient autorisés à accueillir quelques navires étrangers.

De cette exception historique naquit l’exception culturelle de Nagasaki qui s’imprégnât de la culture des marins de passage. La cuisine de Nagasaki mêle influences occidentales et chinoises, et on trouve dans la préfecture une importante communauté catholique. La culture traditionnelle japonaise reste fermement ancrée à Nagasaki mais se trouve au centre d’un melting-pot culturel unique dans l’archipel japonais.

L’église des vingt-six martyrs et l’histoire du catholicisme à Nagasaki

L’aspect le plus flagrant de l’influence de l’occident dans la culture de Nagasaki est probablement l’importance de la religion catholique dans la région. A Nagasaki comme partout au Japon, la religion catholique reste largement minoritaire. Mais à Nagasaki un peu plus de 4% de la population se déclare catholique, ce qui représente de très loin la concentration de population catholique la plus importante au Japon, où la moyenne nationale se situe autour des 0,3%.

L’église d’Oura, aussi connue sous le nom d’église des vingt-six martyrs est un magnifique symbole de l’importance du catholicisme à Nagasaki. Si l’église n’est pas particulièrement grande, sa conception n’en est pas moins impressionnante. De style gothique, elle est loin d’être une pâle copie des églises occidentales, bien au contraire. Chaque détail de la décoration intérieure est soigné et a été rénové avec attention. Les piliers s’ouvrent en branches en arrivant sur le plafond d’un blanc immaculé, créant un magnifique contraste à même de ravir les amateurs d’églises et de cathédrales du monde entier.

En parcourant les différentes pièces du musée qui se trouve à côté de l’église, vous découvrirez l’histoire de cette église et les racines de la religion catholique au Japon.

Les origines du catholicisme japonais remontent au XVIe siècle. Des missionnaires jésuites commencent à partir vers le Japon en 1549. Arrivant dans l’archipel japonais par le port de Kagoshima, au sud de Kyushu, le christianisme commence à se développer doucement à Kyushu. Mais très vite, Toyotomi Hideyoshi, le shogun régnant sur le Japon à l’époque, se sent menacé par cette nouvelle religion et décide de l’expulsion des missionnaires, dès 1587. Dix ans plus tard, en 1597, vingt-six catholiques, majoritairement japonais, sont crucifiés à Nagasaki et le christianisme est définitivement interdit en 1614. C’est le début d’une longue répression envers le christianisme au Japon qui durera durant toute la période d’isolationnisme de l’ère Edo.

Durant cette période, les chrétiens japonais doivent vivre leur foi dans la clandestinité. Beaucoup de communautés se cachent, notamment dans les nombreuses petites îles qui se trouvent aux alentours de Nagasaki, et développent leurs propres rites religieux.

Lorsque les frontières du Japon s’ouvrent à nouveau, deux prêtres français décident de partir à Nagasaki avec l’intention d’y construire une église en l’honneur des 26 martyrs crucifiés au début de la répression. Terminée en 1864, l’église est alors une simple construction en bois qui fait avant tout figure de symbole dans un Japon où le christianisme n’est toujours pas reconnu. Le père Petitjean, fondateur de l’église des vingt-six martyrs, découvre alors l’existence des nombreuses communautés de chrétiens qui se cachent dans la région. Des dizaines de milliers de chrétiens se rendent à l’église d’Oura, ce qui amènera le pape Pie IX à déclarer qu’il s’agit d’un “miracle de l’Orient“.

Quelques années plus tard, en 1873, le christianisme est réhabilité dans l’ensemble du pays, et en 1879 l’église est entièrement reconstruite, plus grande, pour prendre la forme que nous lui connaissons aujourd’hui.

Le jour avait finit par se coucher lorsque je suis ressorti de ces pièces chargées d’histoire qui me firent découvrir les racines du christianisme japonais. Une histoire dont je ne soupçonnais pas l’existence et qui donnait soudain une autre dimension à cette église qui se dressait fièrement dans la nuit. Mais l’église d’Oura n’est pas la seule église a porter les stigmates de l’histoire torturée de Nagasaki. C’est aussi le cas de la cathédrale d’Urakami, pour des raisons radicalement différentes.

La cathédrale d’Urakami

La cathédrale d’Urakami, ou cathédrale de l’Immaculée-Conception, fut construite en 1895. Tout comme l’église d’Oura, la cathédrale fut construite en l’honneur des martyrs persécutés au Japon. Il fut choisit de construire la cathédrale sur les terres que les ancêtres des chrétiens japonais avaient dû fuir durant cette période de répression.

De style néo-roman, cette cathédrale ressemble à peu de choses près aux églises et cathédrales romanes que l’on peut trouver dans le sud de la France. Lorsque sa construction fut achevée, la cathédrale d’Urakami était la plus grande cathédrale d’Asie.

Mais lorsque la bombe atomique est larguée sur Nagasaki en 1945, elle explose à proximité de la cathédrale, qui est alors intégralement détruite, entrainant la mort de nombreux fidèles qui assistaient à une messe. Seuls quelques piliers et quelques statues restèrent debout au milieu des décombres.

Lorsque la ville de Nagasaki commença à se remettre du profond traumatisme provoqué par la bombe et à reconstruire la ville, le gouvernement voulut reconstruire la cathédrale ailleurs pour préserver les ruines de la cathédrale et en faire un symbole des ravages de la bombe, à la manière du célèbre dôme d’Hiroshima. Mais pour les chrétiens de Nagasaki, ce lieu avait trop d’importance et ils demandèrent à ce que la cathédrale soit reconstruite au même endroit.

Le bâtiment actuel date donc de 1959. Mais il reste quelques vestiges de la construction d’origine qui témoignent de la violence de la bombe. Quelques statues d’époque se tiennent debout à l’entrée de la cathédrale. Le vestige le plus impressionnant se trouve en contrebas de la cathédrale, où le haut d’un des clochers de la cathédrale a été projeté par l’onde de choc de l’explosion. Ce bout de clocher n’a pas été touché depuis 1945.

Pour moi, le souvenir le plus marquant de cette visite se trouvait à l’intérieur de la cathédrale. La cathédrale est moderne et fonctionnelle, toujours utilisée par les chrétiens de Nagasaki. Mais quelques artefacts retrouvés dans les ruines de la cathédrale y sont exposés. Parmi ces artefacts, le buste d’une vierge marie, les orbites vides, semble pleurer devant le spectacle de désolation dont elle fut témoin.

Les vestiges des murs du bâtiment d’origine ont été déplacés non loin de là, dans le Parc de la paix. Pour en savoir plus sur l’histoire de la bombe qui détruisit Nagasaki et découvrir d’autres vestiges retrouvés dans les ruines de la cathédrale, vous pourrez visiter le Musée de la Bombe Atomique de Nagasaki.

La cuisine multi-culturelle de Nagasaki dans un restaurant historique

Heureusement, la bombe larguée sur Nagasaki n’a pas détruit l’intégralité de la ville. Certains lieux historiques se trouvaient suffisamment loin de l’épicentre pour être épargnés. Ce fut le cas du restaurant Kagetsu.

Ouvert en 1642, le restaurant Kagetsu est riche d’une histoire exceptionnelle. Parmi les clients du Kagetsu on retrouve des personnages historiques prestigieux qui laissèrent leurs empreintes dans les magnifiques salles du restaurant.

À peine entré dans le restaurant on est saisi par l’ambiance de ces vastes pièces séparées par de petits couloirs sinueux. J’eus réellement la sensation de pénétrer dans une époque différente, et de me retrouver dans un vieux film de samouraï.

Une sensation parfaitement justifiée, non seulement le bâtiment est d’époque, mais de nombreux samouraï vinrent ici se délecter de la cuisine de Nagasaki le temps d’une soirée. Ce fut notamment le cas de Ryoma Sakamoto, un célèbre samouraï qui eut une grande importance dans l’histoire du Japon. Lors d’une soirée au Kagetsu, un peu éméché, il abattit plusieurs coups de sabre sur l’un des piliers du restaurant. Le pilier est toujours en place et les marques laissées par le sabre de Sakamoto sont encore visibles.

Et il ne s’agit pas de la seule réminiscence du glorieux passé du Kagetsu. La pièce dans laquelle nous étions installés était la pièce préférée de Katsu Kaishu, figure japonaise du XIXe siècle connu pour son rôle de négociateur qui permit de mettre fin pacifiquement à plusieurs conflits à l’intérieur du Japon.

Il offrit au restaurant une calligraphie tracée de sa main qui est aujourd’hui encore accrochée aux murs de cette salle. Sa calligraphie veut dire à peu près “si l’on fait ce que l’on doit faire, notre avenir s’ouvre devant nous”.

Les pièces du restaurant, privatives, sont d’ailleurs absolument immenses. Ce soir là, de joyeux éclats de voix, des chansons et des musiques nous parvenaient d’une pièce voisine à la notre. Comme c’est régulièrement le cas au Kagetsu, ces personnes avaient engagés des geishas qui animaient la soirée de leurs multiples talents. Cela explique aussi la taille des salles du Kagetsu.

Au Kagetsu on vient manger une cuisine traditionnelle de Nagasaki appelée “shippoku“. Une cuisine haut de gamme qui fit rentrer le Kagetsu dans le célèbre guide Michelin.

Puisque le port de Nagasaki était autorisé à accueillir des navires étrangers même durant la période d’isolationnisme au cours de laquelle le Japon avait coupé tout contact avec l’étranger, la cuisine de Nagasaki fut influencée par des saveurs du monde entier. Et en particulier par la cuisine chinoise, hollandaise, et portugaise. La cuisine shippoku reflète parfaitement toutes ces influences qui se mélangent de manière surprenante.

Le repas se compose de 15 plats qui vous sont apportés les uns après les autres. 15 plats. Inutile de préciser que vous n’aurez plus faim à l’issue de ce dîner gargantuesque. Mais vous aurez goûté à Nagasaki, cette ville aux saveurs uniques et variées.

Honnêtement, il me serait très difficile de revenir en détail sur la multitude de plats du Kagetsu. Mais je retiens avant tout le raffinement de la cuisine shippoku qui régale les yeux autant que le palais. On devine aisément l’influence chinoise, comme dans ce plat de porc mijoté durant des jours, ou l’influence occidentale dans cette étrange soupe surmontée de pâte à tarte. Et la cuisine shippoku ne se contente pas de juxtaposer des spécialités venues d’un peu partout, elle les explore, les mélange, leur donne de nouvelles perspectives.

Certains plats varient selon les saisons, d’autres sont servis tout au long de l’année. Il n’est pas impossible que certains des plats du Kagetsu soient un peu trop étranges pour vous, mais si vous deviez laisser un ou deux plats de côté ce ne serait pas si grave, après tout votre repas se compose de 15 plats distincts !

Vous pourrez tout de même jeter un œil au menu (en japonais) sur le site internet du restaurant. Si certains plats vous rebutent, vous pourrez demander à ce qu’ils soient remplacés par autre chose lors de votre réservation.

Une nuit dans un hôtel de luxe à Nagasaki

Après s’être plongé dans le raffinement d’un Japon d’une autre époque, il est temps de découvrir le luxe moderne du Garden Terrace, un hôtel quatre étoiles dans les hauteurs de Nagasaki, inscrit lui aussi au guide Michelin.

Les chambres, spacieuses, sont munies de balcons qui offrent une vue imprenable sur la magnifique baie de Nagasaki. Un panorama qui scintille de mille lumières durant la nuit et qui ne perd rien de son charme au petit matin, lorsque les premiers rayons du soleil viennent dévoiler ce paysage surprenant où se mêlent nature et urbanisme.

Et vous aurez tout le loisir de profiter de cette vue, que cela soit depuis les grandes baies vitrées de votre chambre ou en prenant un bain, depuis votre baignoire collée à une immense vitre donnant directement sur cet incroyable panorama.

Les chambres sont si spacieuses qu’il ne manquerait qu’une cuisine pour en faire de magnifiques appartements. Sobres et modernes, elles offrent un confort proche de la perfection. Immense télévision, lecteur Blu-ray… la technologie vous suit jusque dans les toilettes qui s’ouvrent automatiquement lorsque vous vous approchez.

Après une nuit au calme, à récupérer dans les lits moelleux de votre chambre, vous pourrez commencer la journée par un magnifique petit déjeuner à la carte.

Au choix, vous pourrez prendre un petit déjeuner japonais, occidental, ou des œufs Bénédicte. Les œufs Bénédicte commandés par mon collègue étaient extrêmement appétissants, mais j’ai personnellement opté pour un petit déjeuner japonais. Une série de petits plats qui permettent d’ouvrir sa journée par une dégustation des saveurs typiquement japonaises. Tout en mangeant, vous pourrez profiter encore un peu de la baie de Nagasaki qui s’étend devant vous.

Un petit déjeuner copieux mais sans être lourd. Les plus gourmands pourront se laisser tenter par les nombreux plats supplémentaires que vous pourrez ajouter à votre menu gratuitement. Mini steaks, curry japonais, pâtisseries, fruits, glaces… Il y en a pour tous les goûts !

Les 208 îles de la baie de Kujukushima

Si vous avez aimé la vue de la baie de Nagasaki, vous allez adorer la baie de Kujukushima. En japonais, Kujukushima signifie “99 îles”, mais le nom de cette baie est bien en deçà de la réalité puisqu’elle compte en réalité 208 îles de diverses tailles. Un paysage époustouflant qui apparait dans le film Le Dernier Samouraï. La scène d’ouverture du film a été filmée depuis l’un des observatoires qui offrent une vue à 180° sur ce paysage de rêve.

La vue est réellement à couper le souffle. Cette myriade d’îles qui parsèment les eaux de la mer de Chine crée de véritables tableaux desquels il est difficile de détacher son regard.

Un regard qui se perd dans une infinité de détails. Des bateaux qui se fraient un chemin entre les îles aux cultures d’huitres en passant par la végétation qui se développe sur ces îlots rocheux, le spectacle de la baie de Kujukushima est profondément apaisant.

La baie de Kujukushima est sans conteste l’une des plus belles baies du monde. Et je n’use pas ici d’une figure de style. En 2016 cette baie a rejoint le club très fermé des “plus belles baies du monde” qui ne compte que 41 baies réparties sur l’ensemble du globe.

Vous pourrez même monter à bord d’un grand bateau aux allures occidentales pour visiter cette baie de l’intérieur.

Les ramen aux fruits de mer de Toride

La baie de Kujukushima est spectaculaire, mais aussi très représentative de la préfecture de Nagasaki qui est entourée par les littoraux. Les poissons et fruits de mer de Nagasaki sont donc particulièrement réputés. Le restaurant de ramen Toride a eu la bonne idée de faire des ramen aux fruits de mer sa spécialité.

On appelle ramen un plat de nouilles plongées dans un bouillon riche, généralement préparé à partir de viande. Les recettes du Toride subliment les saveurs de Nagasaki en préparant le bouillon de ses ramen à base de fruits de mer. De nombreuses combinaisons sont disponibles, des légumes pouvant également entrer dans la composition du bouillon leur donnant un aspect proche du potage.

En toute sincérité, ces ramen sont directement venus se placer parmi les meilleurs ramen auxquels j’ai pu goûter. Le bouillon est crémeux et les saveurs de la mer se marient à la perfection avec les oignons grillés et les autres ingrédients harmonieusement disposés à la surface du bol. Cette petite enseigne de Nagasaki possède un restaurant à Tokyo, et si j’en avais entendu parler du temps où j’y habitais le Toride serait probablement devenu l’un de mes restaurants préférés !

Et pour nous permettre de profiter encore un peu de cet excellent bouillon, le Toride a eu l’idée de simple et géniale de proposer un bol de riz à mélanger au bouillon une fois que l’on a terminé les nouilles.

Le bol de riz peut être surmonté d’algues, de fromage, de pesto… Selon votre choix vous transformerez subtilement les saveurs de votre bouillon qui devient une sorte de porridge une fois mélangé à votre bol de riz. Un véritable délice.

Les couleurs oniriques de l’automne japonais au Misojien Garden

Ceux qui connaissent la culture japonaise savent que l’automne, qui donne des couleurs flamboyantes aux érables, est ici attendu avec autant d’impatience que le printemps et ses cerisiers en fleur. Et il y a de quoi, en automne les paysages du Japon se transforment en de véritables tableaux.

J’ai eu l’occasion d’admirer l’automne japonais dans des régions très différentes du Japon, et mes yeux étaient toujours ébahis par la beauté de ces délicates feuilles d’érable aux couleurs vives. Mais jamais ce spectacle ne m’avait semblé aussi spectaculaire qu’au Misojien Garden.

Cet immense parc est en réalité un jardin privé, et on ne peut qu’être extrêmement reconnaissant à ses propriétaires d’en ouvrir les portes durant l’automne.

Quelle que soit la direction vers laquelle je tournais ma tête, je me retrouvais face à des paysages oniriques qui semblaient tout droit sortis d’une toile de maître. À chaque pas que je faisais, je voulais sortir mon appareil photo pour tenter de saisir l’ambiance féérique du lieu. J’aurais facilement pu rester des heures à me perdre dans ces dédales d’arbres multicolores, ou même à rester assis sur un banc à laisser mon regard se délecter de la beauté de ces milliers de feuilles se balançant au gré du vent.

Si vous visitez la préfecture de Nagasaki durant l’automne, je vous conseille vivement de faire un tour dans ce jardin, vous ne serez pas déçus. Et pour l’occasion, quelques stands d’artisanat fleurissent à l’entrée du jardin, vous pourrez ramener chez vous un petit souvenir qui vous fera immanquablement penser à la beauté de cette balade entre les milles couleurs de ces érables japonais.

Yamanotera Yukyo, une cuisine pleine d’authenticité au cœur des montagnes de Nagasaki

Non loin du Misojien Garden, perché dans les montagnes, le Yamanotera Yukyo est un restaurant qui sert une cuisine saine et variée à base de produits locaux.

Lorsqu’on entre au Yamanotera Yukyo, on pénètre dans un cocon réconfortant d’où on ne veut plus sortir. La salle à manger, chauffée par un poêle à bois, est bordée d’une grande baie vitrée littéralement aux pieds de la forêt. Les grandes tables rondes du restaurants sont équipées d’un foyer en leur centre qui accueille des braises chaudes pour faire mijoter devant vous les plats du Yamanotera. L’ambiance était déjà si accueillante en cette journée d’automne qui n’était pas particulièrement fraiche, je ne peux qu’imaginer le plaisir que l’on doit éprouver lorsqu’on arrive au Yamanotera par une froide journée d’hiver.

L’un des plats phares du restaurant est une sorte de pot-au-feu qui mijote tranquillement au milieu de la table, dans une grande marmite posée au dessus des braises. A l’intérieur, un peu de viande et surtout une multitude de légumes de saison récoltés dans la région, voire même cueillis dans la nature comme ces magnifiques grappes de cresson qui se trouvaient dans notre plat.

Autre spécialité du Yamanotera, les somen. Ces fines nouilles de blé tendre qui sont plongées dans le bouillon de la marmite sont tendres et légères. Elles complètent parfaitement ce délicieux plat de légumes.

Les plats du Yamanotera sont faits pour être partagés. C’est à mon sens un restaurant idéal pour un moment de convivialité en famille ou entre amis.

Nous avons commandé une assiette de tempura et du poisson grillé. Les tempura étaient tous préparés à partir de légumes de saison des environs et le poisson était également pêché dans les rivières de la région.

J’ai vraiment adoré les tempura. On reconnaissait distinctement le goût de chacun des légumes, qui étaient cuits à point, croquants juste ce qu’il fallait. La préparation des beignets venait simplement sublimer ces légumes d’une petite touche de sophistication qui ne dénaturait en rien les ingrédients de base.

La cuisine de ce restaurant est fidèle à l’esprit de la cuisine japonaise. Elle met en valeur la saveur des ingrédients locaux en toute simplicité. Une cuisine authentique, proche de la nature, dans un décors à la fois rustique et chaleureux. Réconfortant, je ne pourrais vraiment pas trouver de meilleur terme pour décrire un repas au Yamanotera.

Informations pratiques

L’église d’Oura (l’église des vingt-six martyrs)

Adresse : 5-3 Minamiyamatemachi, Nagasaki, 850-0931, Japon
Téléphone : +81 95-823-2628
Site internet (en japonais) : https://nagasaki-oura-church.jp/
Horaires d’ouverture : Tous les jours de 8h à 18h
Tarif : 1000 yens (adultes) / 400 yens (adolescents) / 300 yens (enfants)

La cathédrale d’Urakami (la cathédrale de l’Immaculée-Conception)

Adresse : 1-79 Motoomachi, Nagasaki, 852-8112, Japon
Téléphone : +81 95-844-1777

Kagetsu

Adresse : 2-1 Maruyama-machi Nagasaki, 850-0902, Japon
Téléphone : +81-95-822-0191
Site internet : http://www.ryoutei-kagetsu.co.jp/en/publics/index/
Horaires d’ouverture : 12h-15h / 18h-22h (fermeture irrégulière, le plus souvent fermé le mardi)

Garden Terrace

Adresse : 2-3 Akizukimachi, Nagasaki, 850-0064, Japon
Téléphone : +81 95-864-7777
Site internet : http://languages.gt-nagasaki.jp/?lang=en

Ramen Toride

Adresse : 7-11 Yorozucho, Sasebo, Nagasaki 857-0877, Japon
Site internet (en japonais) : http://kaipaitan.com/
Horaires d’ouverture : 11h30 – 15h / 17h – 20h30 (fermeture irrégulière)

Misojien Garden

Adresse : 1870-4 Obamacho Minamikisashi, Unzen, Nagasaki 854-0511, Japon
Téléphone : +81 90-3607-3852
Horaires d’ouverture : 9h – 21h30, de mi-novembre à début décembre, en fonction de la coloration des feuillages
Tarif : 500 yens

Yamanotera Yukyo

Adresse : Bo-3988-22 Fukaecho, Minamishimabara, Nagasaki 859-1505, Japon
Téléphone : +81 957-65-1550
Site internet (en japonais) : http://www.shimabara.jp/yuukyo/
Horaires d’ouverture : 11h – 14h30 (fermeture irrégulière, le plus souvent fermé le mercredi)

Article écrit en partenariat avec le Bureau des Transports de la Région de Kyushu