Article partenaire Culture Tohoku | Sendai

Culture à Yuzawa : trois festivals pour trois saisons hautes en couleur


Au Japon, les traditions ancestrales sont encore très présentes, et, où que vous soyez, les nombreux festivals qui se tiennent dans tout le pays vous permettront d’enrichir votre connaissance de la culture nippone. 

La ville de Yuzawa, au cœur des montagnes du nord du Japon, le Tohoku, est connue pour la richesse de sa nature et ses onsen, mais aussi pour sa richesse culturelle. La région organise de nombreux festivals, et ce, en toute saison. 

En été, lors de Tanabata, le « Festival des étoiles », les rues sont illuminées par d’énormes lanternes de papier, décorées de peintures représentant des femmes ; à l’automne, le Daimyo Gyoretsu est l’occasion d’une défilé en costumes historiques, qui a lieu en marge du festival du sanctuaire d’Atago, et enfin, en hiver, depuis plus de 400 ans, se tient l’Inukko Matsuri, pour protéger la ville des catastrophes et des maladies — un événement qui donne également l’occasion à la tenue d’un festival complémentaire, qui rend hommage à nos meilleurs amis, les chiens.

Le Inukko Matsuri : un festival pour protéger la ville

S’il y a bien un festival surprenant, c’est le Inukko Matsuri. Cet événement folklorique local de la région de Yuzawa serait organisé tous les ans depuis l’ère de Genna (1615-1624), soit plus de quatre siècles.

À cette époque, les habitants souffraient à cause de bandits appelés “hakuto”, qui s’attaquaient aux maisons, même en plein jour. Heureusement, le seigneur féodal de Yuzawa avait réussi à se débarrasser d’eux. Le festival est né pour prier afin que la ville n’aie plus à subir une telle insécurité et que la vie puisse continuer paisiblement. Dans ce but, les habitants ont commencé à façonner des figurines en poudre de riz à l’effigie de chiens et de grues et à les placer en offrande à l’entrée et aux fenêtres de toutes les maisons, le soir du nouvel an lunaire (le 15 janvier).

Ces dernières années, un festival dédié aux chiens domestiques, et surtout de la race de la préfecture d’Akita, l’Akita inu, s’est développé. Il s’agit alors de remercier les chiens pour les loyaux services qu’ils rendent à leurs maîtres. Le second week-end de février, les villageois de Yuzawa sculptent dans la neige de magnifiques temples, gardés par des chiens qui rappellent les figurines en poudre de riz du festival traditionnel.

Cet événement attire beaucoup de touristes, accompagnés de leurs fidèles chiens. Ils déambulent au milieu des sculptures dont la qualité d’exécution est incontestable, tout en pouvant profiter des courses de chiens, cafés pour chiens et autres animations organisées pour amuser les visiteurs.

Au soleil couchant, une lumière dorée entre dans les temples de neige et le site se transforme en un vrai monde de conte de fées. En bon amateur de nourriture japonaise, vous trouverez bien entendu de nombreux stands pour goûter aux spécialités locales, dont les Inaniwa Udon.

Le festival de Tanabata : faire un vœu entouré par de somptueux dessins traditionnels illuminés

Si les habitants de Yuzawa ont de vrais talents en sculpture, ils ont également un don pour le dessin qu’ils expriment avec brio à l’occasion du festival de Tanabata. Le festival se déroule généralement le 7 juillet, à Yuzawa il a cependant lieu début août.

Tanabata, aussi connu sous le nom de « Festival des étoiles », est une tradition à l’origine venue de Chine, qui célèbre l’histoire romantique de deux amants célestes au sort maudit. Séparés par la Voie lactée, ils ne peuvent se retrouver qu’une fois par an : la septième nuit du septième mois, le 7 juillet.

De nos jours au Japon, Tanabata est l’occasion d’écrire ses vœux sur des banderoles colorées, pour qu’ils soient exaucés par le couple légendaire que forment Véga et Altaïr, appelés Orihime et Hikoboshi en japonais.

À Yuzawa, l’histoire de cette tradition s’est quelque peu transformée, de sorte que le festival a sa propre spécificité. On raconte qu’à l’époque d’Edo, une princesse de Kyoto — alors capitale du Japon — se maria à un seigneur de Yuzawa et fut contrainte de quitter Kyoto pour s’y installer. Loin de l’effervescence de sa ville natale, la princesse s’ennuyait, et, par compassion, les habitant décidèrent de créer des dessins et des décorations qu’ils affichèrent dans la ville pour lui rappeler Kyoto.

Depuis, chaque année, en plus des nombreuses banderoles qui colorent les rues, les habitants décorent la ville de Yuzawa de dessins de femmes, peintes sur de grandes lanternes de papier. Réalisées à la main, ces véritables œuvres d’art sont différentes tous les ans et l’on trouve tous types de dessins : nombreux sont de type traditionnel, mais certains sont aussi plus modernes, évoquant le style des mangas.

On se promène ainsi dans les rues animées au milieu de somptueux dessins éclairés en l’honneur de la beauté des femmes, dans une ambiance chaleureuse.

Le Daimyo Gyoretsu de Yuzawa, un défilé en marge du festival du sanctuaire d’Atago

Pour finir en beauté avec les événements culturels de la ville de Yuzawa, on ne peut omettre le Daimyo Gyoretsu. Ce festival traditionnel a lieu tous les ans en automne, le 4e dimanche de septembre, depuis plus de 300 ans !

Né en 1714, lors de la période d’Edo, le Daimyo Gyoretsu de Yuzawa est un défilé organisé en marge du festival du sanctuaire d’Atago. À cette époque, les Daimyo, ou seigneurs féodaux, devaient se rendre chaque année à Edo (l’actuelle Tokyo) en organisant un voyage appelé Daimyo Gyoretsu, et nombre d’entre eux passaient par Yuzawa. Le seigneur d’Akita, en particulier, ne manquait jamais de se recueillir au sanctuaire d’Atago lors de son déplacement.

On pense que ce festival a commencé quand les habitants de Yuzawa, voyant le Daimyo Gyorestu passer, eurent l’idée de le récréer le temps d’un défilé pendant le festival du sanctuaire d’Atago.

De nos jours, le Daimyo Gyoretsu se compose d‘un défilé de plus de 400 participants vêtus de magnifiques costumes des temps ancients, et qui incarnent différents rôles, autour d’un seigneur à cheval. Ils portent des sanctuaires finement décorés, et défilent dans toute la ville. La procession comprend aussi des chars de fête et une série de pousse-pousse ornés de lanternes, qui transportent des danseurs et des enfants.

Ils forment ainsi une procession d’environ 2 km de long, qui part du sanctuaire d’Atago pour se promener dans la ville de Yuzawa. Le défilé commence généralement à 9h30 et dure environ cinq heures, avec une pause de deux heures à midi. 

Trois saisons, et trois thématiques différentes pour découvrir la richesse culturelle du Japon. À vous de choisir !

Accès et informations pratiques

Vous pourrez trouver plus d’informations sur la région de Yuzawa sur le site Internet de l’Office du tourisme de Yuzawa ainsi que sur celui de l’Office du tourisme de la préfecture d’Akita (en anglais).

Si vous prévoyez de venir à Yuzawa pour participer à ses festivals, sachez qu’il y a d’autres choses à découvrir dans la région. J’ai pour ma part pu admirer les feuilles d’automne dans les gorges d’Oyasukyo, découvrir l’art des cerfs-volants traditionnels de Yuzawa auprès de M. Ono et séjourner dans un ryokan luxueux, au cœur de paysages époustouflants.

Pour vous rendre à Yuzawa depuis Tokyo, comptez en tout 4 heures via la ligne de Shinkansen Komachi jusqu’à Omagari puis la ligne JR locale jusqu’à Yuzawa. (Attention, la réservation est obligatoire pour ces Shinkansen).

Vous pouvez également prendre l’avion jusqu’à Akita et de là rejoindre Yuzawa en transports en commun (bus jusqu’à la gare d’Akita ou taxi jusqu’à la gare de Wada, puis train), ou bien louer une voiture pour explorer la région en toute liberté.

Commentaires