fbpx Skip to main content

Il y a quelques années, j’ai pu vivre une expérience inoubliable lors d’un séjour à Semboku (仙北市), dans la préfecture d’Akita : alors que les cerisiers qui bordent les résidences de samouraïs de Kakunodate étaient en fleurs, une impressionnante couche de neige recouvrait encore les onsen de Nyuto. Avoir vécu le meilleur du printemps et de l’hiver japonais au cours d’une seule journée reste l’un de mes plus beaux souvenirs de voyage au Japon, j’avais donc hâte de redécouvrir cette région en été. J’ai été conquise, car si la région est réputée pour être l’une des meilleures destinations pour profiter de la poudreuse japonaise ou se plonger dans un onsen brûlant entouré de paysages enneigés, elle se prête aussi merveilleusement aux activités de plein air estivales, notamment aux abords du lac de Tazawako.

Une famille se baigne dans un lac au Japon
Une famille se baigne dans le lac Tazawa, à Semboku.

Activités de plein air autour du lac de Tazawako

Le lac Tazawa (Tazawako, 田沢湖), avec 423 mètres de profondeur, est le plus profond du Japon. Mais c’est surtout un endroit idéal pour profiter de l’été et pratiquer toutes sortes d’activités, que l’on souhaite se détendre sur la plage, faire le tour du lac à vélo, pratiquer des activités nautiques comme le stand-up paddle ou le canoë-kayak, ou encore se lancer dans l’ascension du mont Akita-Komagatake.

Balade à vélo autour du lac Tazawa

Faire le tour du lac à vélo est une activité populaire à Tazawako, et le circuit fait seulement un peu plus de 20 kilomètres sans grand dénivelé. À Tazawako Rent-A-Cycle (田沢湖レンタサイクル), on peut louer différents types de vélos, y compris des vélos à assistance électrique, et même, depuis peu, des trottinettes électriques — attention cependant, un permis de conduire valide est nécessaire pour en conduire une au Japon.

La statue dorée de Tatsuko au bord du lac Tazawa à Tazawako, Semboku
La statue de Tatsuko commémore une légende locale.

Cette page (en japonais) propose quelques idées pour profiter au mieux de ce tour du lac, en passant par le torii du sanctuaire Gozanoishi et la célèbre statue de Tatsuko.

Visite guidée à vélo dans la campagne de Tazawako

Il existe une autre manière de découvrir Tazawako à vélo : Makito Kochihira propose des visites guidées lors desquelles il partage sa passion pour Semboku avec un enthousiasme communicatif, aussi bien en japonais qu’en anglais. Il guide les participants des bords du lac vers la campagne environnante, largement recouverte de rizières.

Personnes à vélo dans la campagne japonaise : rizières et montagnes
Le mont Akita-Komagatake, vu depuis la campagne de Tazawako pendant la visite guidée à vélo.

Makito ne se contente pas de partager ses connaissances sur l’histoire et la culture locale ; cette visite guidée est aussi un moment de partage avec les habitants du quartier d’Ishigami. Des arrêts sont prévus dans des fermes pour cueillir les légumes qui serviront à préparer le barbecue qui clôt la visite.

Plus d’informations et réservations sur cette page.

Stand-up paddle sur le lac Tazawa

Passée l’étape un peu délicate qui consiste à se mettre debout sur la planche, j’ai rapidement compris que — surtout sur les eaux calmes du lac Tazawa — le stand-up paddle est une activité accessible même aux débutants et aux personnes qui, comme moi, manquent d’activité physique.

Deux personnes faisant du stand-up paddle sur le lac de Tazawako à Semboku
Les eaux calmes et transparentes du lac Tazawa sont idéales pour s’initier au stand-up paddle.

Notre instructeur nous a appris à manœuvrer la planche de stand-up paddle, a veillé à notre sécurité et nous a prodigué des conseils, tout en respectant le rythme et les envies de chacun pour que nous puissions profiter de ces instants suspendus au-dessus du lac aux eaux limpides, bleu turquoise ou outremer selon la profondeur.

Plus d’informations et réservations sur cette page, et sur la page Instagram de Tazawako SUP House (田沢湖サップハウス).

Détente sur la plage au camping Tazawako Campground

On trouve différents campings à Semboku, mais Tazawako Campground (田沢湖キャンプ場) est sans doute celui qui propose les options les plus originales. On y trouve depuis peu des tentes suspendues aux arbres de la plage… et une tente flottante. Si on peut louer les premières pour la nuit ou juste pour quelques heures, la tente flottante est quant à elle une sorte de salon flottant où on peut prendre l’apéro au milieu du lac, ou se reposer à l’ombre après avoir nagé loin de la côte.

Monter dans la tente de deux étages suspendue dans les arbres grâce à une échelle de corde relève un peu de l’acrobatie, mais entre le panorama sur le lac et le côté cabane rêvée de l’enfance, cela donne envie d’y observer le coucher du soleil avant d’y passer la nuit.

Plus d’informations et réservations sur cette page (en japonais).

Sauna sur la plage et la brasserie-restaurant Orae

À quelques minutes à pied ou à vélo de Tazawako Campground, on trouve encore une autre sorte de tente surprenante : une « tente-sauna« . Un passionné de sauna l’a installée là pour reproduire une expérience proche de celle du véritable sauna finlandais : pouvoir plonger se rafraîchir dans le lac en sortant du sauna. Si l’ambiance en été n’a pas l’air très finlandaise, il ne faut pas oublier que la région est recouverte d’une épaisse couche de neige tout l’hiver.

Informations et réservations sur le site officiel de Tazawako Sauna (タザワコサウナ) (en japonais).

Le sauna se trouve juste à côté de la brasserie-restaurant Orae, réputée entre autres pour ses bières et saucisses maison, qu’il est possible d’acheter à emporter pour les déguster au sauna. Le restaurant offre par ailleurs une belle vue sur le lac et propose des plats cuisinés à base de produits locaux.

Une alternative au camping au bord du lac Tazawa : That Sounds Good!

Pour ma part, je n’ai pas séjourné au camping mais à That Sounds Good! (サウンズグッド!). J’ai été accueillie avec beaucoup de bienveillance dans cette auberge familiale nichée dans un écrin de verdure tout près du lac par Tatsuya et Yuli Sasaki, et leur fille Megumi. Leur passion pour le jazz est omniprésente dans cette auberge qui se transforme en club de jazz un samedi soir par mois.

L'auberge, café et club de jazz That Sounds Good! à Tazawako, Semboku

En plus des hébergements, comprenant des chambres adaptées aux familles, That Sounds Good! est aussi un café, et propose des ateliers pour faire des pizza maison. On peut également y louer des vélos et du matériel pour barbecue.

Plus d’informations et réservations sur cette page (en japonais).

Randonnée sur le mont Akita-Komagatake

Tazawako compte plusieurs sommets, mais les plus emblématiques sont ceux du mont Akita-Komagatake (秋田駒ヶ岳), les plus hauts de la préfecture d’Akita. En plus des paysages époustouflants, on peut observer plus de cent espèces de plantes alpines sur les pentes de ce volcan actif.

le mont Akita-Komagatake à semboku durant l'été
Le mont Akita-Komagatake en été | Photo : ville de Semboku

Différents chemins de randonnées, adaptés à tous les niveaux, sillonnent le mont Akita-Komagatake et les montagnes voisines.

Plus d’informations sur cette page.

L’endroit parfait où séjourner pour les amateurs de randonnée : Pension Climber

Si je n’ai pas eu l’occasion de randonner sur le mont Akita-Komagatake, j’ai eu la chance de séjourner dans des chambres d’hôte idéales pour les passionnés de montagne : Pension Climber (ペンションクライマー). Toshiaki et Emiko Sugawara, mes hôtes d’un soir, sont deux passionnés de randonnée, qui accueillent des visiteurs à Tazawako depuis 1989.

Je me suis sentie accueillie comme si j’étais un membre de la famille : Emiko m’a préparé un repas avec de bons produits locaux et des plantes sauvages cueillies dans les montagnes, tandis que Toshiaki m’a montré des photos de plantes alpines prises lors de ses randonnées, et m’a raconté la fois où il a été attaqué par une ourse — une histoire qui prouve que les précautions à prendre lors des randonnées ne sont pas à prendre à la légère.

Après le dîner, Toshiaki m’a fait découvrir un artisanat local de Semboku : l’Itaya Zaiku (イタヤ細工), un type de vannerie, réalisée traditionnellement par les habitants pendant les longs mois d’hiver. J’étais surprise de découvrir que mon hôte-randonneur était aussi un artisan aguerri, et ce moment partagé, à réaliser un petit cheval en bois d’itaya (une espèce d’érable) restera sans doute un de mes plus beaux souvenirs de ce séjour à Semboku.

Plus d’informations et réservations sur cette page.

Visites culturelles à Tazawako

Si la nature de Tazawako invite à pratiquer des activités de plein air, il est aussi possible d’y faire quelques visites culturelles qui offrent une alternative en cas de mauvais temps, mais méritent qu’on s’y arrête même lorsqu’il fait beau, par exemple lors d’un tour du lac Tazawa à vélo.

Omoide no Katabunko, une ancienne école rurale japonaise

Omoide no Katabunko (思い出の潟分校) est une école a ouvert ses portes en 1882, et les a refermées en 1974. Presque cent ans pendant lesquels des générations d’écoliers de Tazawako ont usé ses bancs. On comprend pourquoi les habitants ont voulu la préserver de la destruction, en en faisant une sorte de musée qui a ouvert ses portes en 2004. On peut y visiter des salles de classes où le temps semble s’être arrêté, et découvrir de nombreux objets et photographies liés à la vie de l’école.

Salle de classe d'une ancienne école japonaise à la campagne, avec des pupitre des bois et un harmonium
Avec leurs grandes fenêtres qui donnent sur la nature environnante, les salles de classe de cette ancienne école japonaise font rêver, bien qu’elles donnent plus envie de regarder dehors que de me concentrer sur les leçons.
Plus d’informations sur cette page (en japonais).

Le Kunimasu Miraikan, musée de la truite kunimasu du lac Tazawa

Visiter le musée de la truite kunimasu (田沢湖クニマス未来館, Kunimasu Miraikan, Lake Tazawa Kunimasu Trout Museum en anglais) ne me semblait pas ce qu’il y a de plus palpitant à faire à Tazawako. Pourtant, j’ai pu y découvrir, grâce à une vidéo et un audioguide en anglais, l’histoire passionnante de ce poisson, qui est aussi celle du lac et des habitants de la région.

truite kunimasu dans le musée de Tazawako à Semboku
La truite kunimasu est de retour à Tazawako, pour le moment dans un aquarium.

Avant les années 1940, lac Tazawa abritait plus de 20 espèces de poissons, dont des espèces endémiques comme le kunimasu. Cependant, pour assurer les stocks de nourriture lors de la Seconde Guerre mondiale, la décision a été prise de créer un canal passant par le lac pour désacidifier l’eau de la rivière Tama, impropre pour l’irrigation des cultures… avec pour résultat une acidification du lac et la disparition de la majorité des espèces de poissons. Le kunimasu a alors été considéré comme éteint, jusqu’à ce qu’il soit retrouvé en 2010 dans un des cinq lacs du mont Fuji. Des œufs avaient été vendus au début du 20e siècle pour tenter d’y introduire ce précieux poisson, et cela avait fonctionné ! Depuis, d’importants efforts sont déployés pour préserver et étudier l’espèce.

Plus d’informations sur cette page (en japonais).

Détente dans les 7 onsen de Nyuto

Niché dans les montagnes de Semboku, Nyuto Onsen (乳頭温泉) est réputé pour ses 7 établissements de bains, célèbres pour la qualité de leurs eaux, mais aussi pour leur cadre exceptionnel et pour leurs bains extérieurs mixtes, devenus rares au Japon. Mais rassurez-vous si l’idée d’un onsen mixte ne vous tente pas, tous les établissements proposent également des bains séparés par genre, et même des bains privatifs dans certains cas.

L’été n’est pas forcément la saison où l’on est particulièrement tenté par un bain à plus de 40 degrés, mais il suffit d’essayer une fois pour se rendre compte que les onsen s’apprécient en toute saison. Et à Nyuto il est possible d’aller d’un onsen à l’autre à pied ou à vélo (comptez une moyenne d’une heure et demie de marche entre les différents établissements), et de combiner le séjour dans un des ryokan avec des randonnées sur les monts Nyuto et Akita-Komagatake… donc rien de mieux qu’un bon bain brûlant après une journée de randonnée !

Carnet Yumeguri de Nyuto Onsen
Des informations sur les randonnées sont disponibles à Nyuto Onsen, ainsi qu’un carnet qui permet de prendre un bain dans chaque établissement dans un délai d’un an, et comprend l’accès au bus qui relie les 7 onsen de Nyuto (1800 yens). Il est par ailleurs possible de faire livrer les bagages d’un établissement où l’on séjourne à un autre.

Si je garde l’idée de faire la tournée des 7 onsen à pied ou à vélo une prochaine fois, j’ai pu déjà en découvrir deux lors de ce voyage estival : Tsurunoyu Onsen et Kyukamura Nyuto Onsen-kyo.

Tsurunoyu Onsen, une expérience authentique et hors du temps

À Tsurunoyu Onsen (鶴の湯温泉), le temps semble s’être arrêté. Les clients flânent entre deux bains, vêtus de leur yukata blanc et bleu, ou prennent simplement l’air devant les bâtiments au toit de chaume en s’éventant avec un uchiwa, un éventail plat fait de bambou et de papier. Fort d’une histoire qui remonte au 17e siècle, c’est le plus ancien des 7 onsen de Nyuto ; c’est aussi un des plus iconiques, grâce à ses bâtiments anciens et ses bains d’un bleu turquoise laiteux, nichés au cœur de la forêt.

Japonais qui se baignent dans un onsen en plein air à Tsurunoyu, Nyuto Onsen
Moment de détente dans l’onsen mixte du Tsurunoyu.

Différents types de chambres sont proposés aux clients qui séjournent sur place, toutes de style japonais traditionnel, avec sol en tatami et couchage sur des futons, et parfois même un foyer irori. J’ai pour ma part logé dans une chambre avec vue sur la forêt, où l’on m’a servi un repas gargantuesque qui faisait la part belle aux sansai (plantes sauvages cueillies dans les montagnes) au yamanoimo (igname du Japon).

La chambre n’était pas équipée de climatisation, ni de télévision, et j’ai presque regretté que la connexion Wifi y soit si bonne, car un tel cadre donne vraiment envie de se déconnecter pour profiter pleinement de l’instant.

Plus d’informations et réservations sur cette page.

Kyukamura, tout le confort moderne au cœur de Nyuto Onsen

Tsurunoyu est le plus ancien des onsen de Nyuto, et Kyukamura Nyuto Onsen-kyo (休暇村乳頭温泉郷周辺) est le plus récent : il a ouvert ses portes en 1965, et a été rénové récemment, offrant donc une expérience plus moderne. Les clients ont le choix entre des chambres avec couchage à la japonaise ou à l’occidentale, et peuvent profiter d’un restaurant et d’une boutique de souvenirs, ainsi qu’un camping, pour ceux qui préfèrent profiter du grand air en été.

Mais là aussi, le cœur de l’établissement est son onsen. Pas de bain mixte, mais des bassins spacieux, identiques côté hommes et côté femmes : deux intérieurs et un extérieur, où l’on peut se baigner en admirant la forêt de hêtres qui entoure le ryokan.

Bassins intérieurs et douches dans un onsen au Japon
Les bains intérieurs de Kyukamura Nyuto Onsen-kyo.

Il est également possible de louer des vélos à assistance électrique au Kyukamura Nyuto Onsen-kyo, et de les déposer dans n’importe lequel des 6 autres onsen.

Plus d’informations et réservations sur cette page.

Visite guidée de la forêt de hêtres

Le Kyukamura propose également une visite guidée dans la forêt de hêtres qui entoure l’établissement. Par manque de chance, il pleuvait à verses lors de ma visite, mais nous avons tout de même enfilé des bottes et suivi notre guide, Sekiguchi Hiroki, dans la forêt. Cette visite s’est avérée passionnante, nous permettant de prêter attention à des détails que nous n’aurions pas remarqué seuls, et de découvrir la végétation de cette forêt, ainsi que des aspects de la culture locale. J’ai par exemple appris que la feuille qui sert de parapluie à Totoro dans le film d’Hayao Miyazaki est une feuille de フキ (fuki, pétasite du Japon), qu’on peut aussi s’en servir pour créer une louche, mais aussi en cuisiner les tiges.

Guide dans une forêt de hêtres au Japon
Certains hêtres poussent en dessinant des formes surprenantes.

La visite guidée a lieu tous les jours à 7h pour les personnes qui séjournent au ryokan (gratuit) et à 9h30 pour tous (700 yens). Il est nécessaire de réserver la veille à l’accueil.

Découverte de Kakunodate et de ses résidences de samouraïs

La ville de Semboku ne se limite pas à Tazawako, avec son lac et les 7 onsen de Nyuto, elle comprend aussi Kakunodate (角館町), célèbre pour ses demeures de samouraïs et les cerisiers pleureurs plantés dans leurs jardins, ainsi que le long de la rivière Hinokinai. Pour en savoir plus, je vous invite à lire l’article de Todd, où il explique en détail l’histoire de Kakunodate et de ses samouraïs, et raconte sa visite des résidences Ishiguro et Aoyagi.

Marchand de kakigori au milieu des résidences de samouraïs de Kakunodate à Semboku
Un marchand de glaces, au cœur du quartier des samouraïs de Kakunodate.

Visite de la résidence de la famille Kawarada

Pour ma part, j’ai eu l’opportunité de visiter la résidence de la famille Kawarada (河原田家), la dernière du quartier à avoir ouvert ses portes au public. Elle a été construite en 1884, dans le respect scrupuleux du style architectural des résidences de samouraïs de la période d’Edo (1603–1868). Même après la fin du temps des samouraïs, ces familles ont gardé pouvoir et influence ; Jiju Kawarada (河原田 次重) a par exemple activement participé à la modernisation de Kakunodate en y important à grands frais le premier générateur électrique en 1910, un pari alors considéré comme fou.

Vue sur le jardin depuis l'intérieur d'une résidence de samouraï
Le jardin de la résidence est délicatement arrangé et planté d’arbres magnifique dont, bien entendu, un cerisier pleureur.

On peut découvrir d’intéressants éléments architecturaux, qui permettent d’imaginer à quoi pouvait ressembler la vie quotidienne dans ces maisons luxueuses. En admirant le jardin depuis l’engawa, nous pouvions sentir une légère brise malgré la chaleur étouffante de cette journée d’été, preuve de la virtuosité des architectes de maisons traditionnelles, et de leur attention aux détails et aux saisons.

La maison renferme par ailleurs de nombreuses œuvres d’art, comme les portes coulissantes fusama peintes par l’artiste local Sansei Mitsumori (三森山静) ; une exposition, comprenant une armure de samouraï, est également accessible dans l’une des kura de la résidence.

Plus d’informations sur cette page.

Kakunodate hors des sentiers battus : découverte de quelques restaurants et boutiques locales

Avant de repartir, mes guides m’ont proposé de me faire découvrir une autre facette de Kakunodate, celle de la vie quotidienne des habitants, que l’on peut entrapercevoir à seulement quelques pas des demeures de samouraïs et des cerisiers, dans des ruelles au charme bien différent.

Rue dans un quartier résidentiel d'une petite ville du nord du Japon
Tout près des résidences de samouraïs de Kakunodate, une autre ambiance, qui a elle aussi son charme.

Nous avons déjeuné dans un restaurant de soba qui concocte d’excellents menus de saison, pris notre dessert dans une boutique de kakigori on ne peut plus rétro, acheté des omiyage dans une pâtisserie traditionnelle où l’on peut trouver de délicieux kinkan manju (manju au kumquat), et fini par un peu de shopping dans une boutique d’artisanat local, traditionnel et moderne.

Les adresses sont à retrouver sur la carte à la fin de cet article.

Le sanctuaire de Kinpo, un joyau caché à mi-chemin entre Kakunodate et Tazawako

Après avoir laissé la voiture sur le parking désert du sanctuaire de Kinpo (金峰神社), et passé un premier torii recouvert de mousse, je me suis trouvée face à une porte Niomon renfermant d’impressionnantes statues ; un élément architectural qui indiquerait plutôt un temple bouddhiste, et témoigne du syncrétisme religieux qui a longtemps prévalu au Japon. Au-delà de cette porte, je pouvais apercevoir le chemin pavé, bordé de cèdres multi-centenaires, qui mène au bâtiment principal. Le temps s’est suspendu le temps de ma visite, comme si un charme m’était tombé dessus en passant sous le torii.

Pendant tout le temps de notre visite, nous n’aurons croisé personne. Il y a pour moi une part de mystère dans le fait que le sanctuaire Kinpo reste si méconnu, même s’il y a un début de réponse dans le fait qu’il ne soit accessible qu’en voiture.

Plus d’informations sur cette page (en japonais).

Comment se rendre à Semboku pour visiter Tazawako, Nyuto Onsen et Kakunodate ?

En train : depuis Tokyo, le train à grande vitesse Akita Shinkansen permet de rejoindre directement la gare de Tazawako en 2h50, et celle de Kakunodate en 3h, trajet couvert par le Japan Rail Pass.

En avion : l’aéroport le plus proche est celui d’Akita. Des navettes (sur réservation) permettent de rejoindre directement Kakunodate, ainsi que la gare d’Akita, depuis laquelle il est possible de prendre soit un shinkansen soit un train local pour se rendre à Kakunodate (45 min / 1h30) et Tazawako (1h / 2h).

Depuis la gare de Tazawako, des bus permettent de rejoindre le lac et les 7 onsen de Nyuto.

Tous les lieux évoqués dans cet articles sont répertoriés dans la carte ci-dessous :

Si la ville de Semboku, dans la préfecture d’Akita, est réputée pour ses paysages enneigés et pour ses cerisiers en fleurs, c’est aussi une destination idéale en été tant il y a à faire entre les activités de plein air autour du lac Tazawa, les onsen de Nyuto, les randonnées dans les montagnes de Tazawako, et la visite des résidences de samouraïs de Kakunodate.

Article écrit en partenariat avec la ville de Semboku

Clémentine Cintré

Clémentine Cintré

En septembre 2017, je quittai la France et mon travail dans un centre de danse contemporaine pour m'installer au Japon. Quelques jours plus tard, je séjournais dans une ferme à Oita pour écrire mon premier article pour Voyapon — dont j'allais devenir rédactrice en chef deux ans plus tard. Si vous visitez Kyoto en août, il est probable que vous me croisiez lors des fêtes de Bon Odori. Deux autres de mes passions sont les îles et les chats, et ça tombe bien : le Japon a de quoi me combler dans ces deux domaines. 

Laisser un commentaire


X