Article partenaire Tohoku | Sendai Tourisme

Voyage au cœur des montagnes sacrées de Tsuruoka : du Kamo Aquarium au shugendo

Entrée du logis Saikai à Tsuruoka

Traditions culturelles et culinaires, authenticité, nature préservée. C’est ce que vous promet Tsuruoka. Cette ville côtière de la mer du Japon située à Yamagata, au nord du pays, mêle richesses marines, culture de légumes de montagne et spiritualité au cœur des montagnes sacrées Dewa Sanzan. Avec plus de 200 plats locaux dont 150 inspirés de la culture bouddhiste, un voyage gourmand et spirituel vous attend dans cette ville créative dont la gastronomie est inscrite au patrimoine culturel de l’UNESCO.

Explorer les fonds marins au Kamo Aquarium

Situé sur les côtes de la mer du Japon, la visite du complexe du Kamo Aquarium débute tout naturellement par la découverte des poissons, crustacés et mammifères locaux. Saumon argenté, morue japonaise, truite cerise ou anémone pompon, le coup de cœur du directeur, ces espèces n’auront plus de secret pour vous.

C’est surtout pour ses méduses que nous venons au Kamo Aquarium. Exposant le plus grand nombre de méduses de la planète, vous observerez plus de 50 espèces. Méduses papillon, bioluminescentes ou encore beroe cucumis, le “bar à méduses” permet de voir en temps réel la croissance de ces animaux marins. Bassins, images issues d’un microscope retransmises à l’écran ou encore loupes, la visite est aussi plaisante que pédagogique. Le théâtre où vous prenez place pour admirer la danse des méduses accueille un bassin de 5 mètres de diamètres. Entre piano et plaids, tout est mis en œuvre pour observer paisiblement le magnifique ballet qui se déroule sous vos yeux.

Au Kamo Aquarium, vous ne trouverez ni spectacles d’otaries ni dauphins. Plutôt qu’un spectacle d’otaries, depuis 2020 l’aquarium a introduit une animation autour de l’écosystème de l’otarie. Car la structure a à cœur d’informer, d’instruire mais surtout de sensibiliser la population. L’exposition sur les dégâts du micro-plastique dans les fonds marins, les recettes de cuisine locale ou encore les nombreuses activités ludiques permettent d’approfondir vos connaissances sur les espèces marines. La prévention est bien le but de la visite.

Le Kamo Aquarium s’astreint lui aussi à réduire son impact environnemental. Bassins utilisant l’eau de la Mer du Japon, espèces exposées nées en captivité pour limiter la surpêche, toit végétal, laboratoire accueillant universitaires et enfants pour l’étude des méduses et de la bioluminescence… L’aquarium veille à ne rien prendre à la mer, et surtout à développer une vie harmonieuse entre l’homme et la nature.

En revenant à l’accueil ne manquez pas les dernières expériences qui s’offrent à vous. Après avoir dégusté une glace à la méduse, le restaurant de l’aquarium permet de prolonger la découverte des produits marins locaux.

L’histoire de Tsuruoka contée par le chef Suda

Un restaurant seulement pour nous avec vue panoramique sur la mer du Japon, n’est-ce pas le lieu rêvé pour passer son vendredi soir ? C’est au restaurant de l’aquarium que le chef Suda exerce son art. Maître dans la découpe du poisson, c’est sous vos yeux admiratifs et avec une maîtrise parfaite de ses gestes qu’il utilise son couteau japonais pour découper le fugu ou poisson-globe.

L’un après l’autre, les différents plats proposés émerveillent vos sens. Dorade, sériole, crabe des neiges, noix de saint-jacques, tellines, murène japonaise ou encore fugu défilent devant vous. Le chef propose une cuisine de saison, locale, raffinée et délicate.

Le chef Suda découpant du fugu quotidiennement depuis 18 ans, l’Okimizuki est une excellente adresse pour qui veut gouter ce poisson pour la première fois. Croquant au début puis tendre à l’intérieur, vous pourrez tester la texture délicate du fugu aussi bien pour votre pause déjeuner pour un prix modeste, que lors d’un dîner plus chic.

Le chef Suda au restaurant Okimizuki à Tsuruoka

Plus qu’un simple cuisiner, le chef Suda est également un artiste. A travers ses plats, il raconte l’histoire de sa ville. En servant le fugu sous forme de grue, il rend hommage à Tsuruoka qui littéralement signifie “la colline aux grues”.

Depuis le 10 février 2020 découvrez une part de l’histoire japonaise et la savoureuse cuisine du chef dans un kitamaebune, ces bateaux du nord empruntant la route commerciale jusqu’à Kyoto. Le chef Suda contera avec passion l’histoire de son plat. Au-delà d’une découverte culinaire, s’asseoir à la table du chef Suda est une invitation à plonger dans l’histoire de Tsuruoka.

Découvrir le shugendô des trois montagnes sacrées de Dewa

Dewa Sanzan (出羽三山) est le nom japonais donné aux trois montagnes sacrées de Dewa regroupant le Mont Haguro, le Mont Gassan et le Mont Yudono. C’est au cœur de Tsuruoka, à Yamagata, Japon, qu’il est possible de découvrir la religion shugendô et une partie de l’histoire de la ville.

Mélange des principes de non-violence bouddhistes et des préceptes d’adoration de la nature shintoïstes, ne soyez donc pas surpris de croiser des statues shintoïstes dans un temple bouddhiste, ou des bâtiments bouddhistes dans un sanctuaire.

C’est sous un mètre de neige que nous découvrons la beauté de ces montagnes sacrées et les rites des yumabushi. C’est ici que les pèlerins japonais se réunissent tous les ans pour renouer avec leur vrai “moi” et reformer le lien originel entre l’Homme et la Nature.

Afin de comprendre l’histoire du lieu, mais surtout les différents aspects de cette religion et de la culture locale, il est possible d’être accompagné d’un guide interprète local. Pour cela vous retrouverez un formulaire de contact sur le site officiel de Tsuruoka. Ils proposent de nombreux services dont vous pourrez faire la réservation

Les momies de Tsuruoka : les Bouddhas éternels du Mont Yudono

L’Égypte n’est pas le seul pays à avoir des momies. Le Japon abrite également des Sokushinbutsu, littéralement “Bouddha dans son propre corps”. Contrairement aux pharaons embaumés après leur mort, ce sont ici les moines bouddhistes eux-mêmes qui décident de momifier leur propre corps en fin de vie dans le but de devenir un Bouddha. Ce long et douloureux processus de momification permettait au moine de ressentir la souffrance du monde et de comprendre la misère de la population.

C’est au Mont Yudono, abritant les 4 momies de Tsuruoka, que le guide propose un premier arrêt. Le temple Dainichibô est un lieu de pratique conjointe du shintoïsme et du bouddhisme. Après une bénédiction pour chasser les démons, le prêtre en chef nous fait découvrir l’histoire et les trésors de son temple.

C’est bien entendu la momie Shinnyokai qui attire toute notre attention. Magnifiquement mise en valeur dans sa robe rouge changée tous les 6 ans, la momie veille sur vous pendant que le prêtre conte son histoire. Il est possible d’acquérir un morceau de l’ancienne robe conservée dans une amulette réputée offrir le bonheur.

A savoir également que tous les 6 ans, lors des années de la vache et du mouton, il est possible de découvrir tout au long de l’année la statue de bouddha sculptée par Kukai.

Après de riches explications et de longs échanges, nous reprenons la route enneigée pour admirer la momie Tetsumonkai. Exposée dans le temple Chûren-ji, le bouddha momifié se dévoile de suite à vos yeux. Après l’histoire de ce moine adulé de son vivant, vous êtes invités à lever les yeux au ciel.

C’est au plafond que se cache une partie des trésors de ce lieu se. Entre dragon aux yeux veillant sur vous, princesse à la couronne changeant de couleurs ou chevaux symbolisant l’union d’un homme et d’une femme donnant la vie, c’est le toit pop art qui vous surprend. Plus de 100 dessins de visages de célébrités du monde entier sont représentés. Au-delà d’égayer le lieu, cette peinture dépeint la paix dans le monde, symbole du bouddhisme.

C’est sur cette découverte originale et contemporaine que nous quittons le Mont Yudono pour rejoindre une deuxième montagne sacrée, le Mont Haguro.

Le mont Haguro, relier son corps et son esprit à la montagne

Le mont Haguro (羽黒山), littéralement “la montagne des ailes noires” est la montagne dédiée à la vie. Dans cet endroit le bouddhisme, le shintoisme et le shugendô cohabitent. En pénétrant dans la forêt sacrée de la montagne, vous trouverez un sanctuaire shintoïste représenté notamment par son grand torii, une pagode bouddhiste à cinq étages, ainsi que des yamabushi, les pratiquants du shugendô.

Après être passé sous la grande porte shintoïste, une immense forêt de cèdres se dévoile. Vous descendez tout d’abord un long escalier en direction des enfers. Ici des dieux très puissants enfermés dans les nombreux sanctuaires disposés le long du chemin vous nettoient de vos pêchés. Très vite, vous traversez le pont vermillon des dieux et arrivez dans le monde divin. Sur la droite se trouve l’étang miroir où se reflète une magnifique cascade. Un peu plus loin c’est grand-père cèdre qui se dresse avant de laisser place à une magnifique pagode à 5 étages.

Bâtiment simple en harmonie parfaite avec la nature, c’est l’une des 7 pagodes déclarée Trésor National. Son architecture est unique. Un toit moins courbé adapté aux conditions climatiques de la région, aucune peinture mais surtout aucun clou. Une pagode symbolisant la pureté du lieu et la pureté de l’âme. C’est après l’avoir contemplé que l’ascension des 2446 marches pour atteindre l’illumination au mont Haguro débute.

Malheureusement pour nous, l’épaisse couche de poudreuse rend l’ascension trop dangereuse. C’est donc en voiture et au travers d’un décor féerique que nous rejoignons le sommet de la montagne. Routes d’un blanc immaculé, grands sapins verts recouverts de neige, vue dégagée sur l’horizon. Comme nous, vous serez émerveillés et reconnaissants de vivre ce moment magique.

Après avoir pris soin de votre esprit, c’est à votre corps que la cuisine végétarienne bouddhiste shôjin ryôri ou “nourriture de la dévotion” s’adresse. La cuisine ascétique préparée par les moines de Dewa Sanzan a un fort pouvoir de santé. Composée de produits locaux, elle met en avant les légumes de la montagne.

C’est dans l’ancienne salle de thé du logis Saikan que nous purifions notre corps avec une diversité d’aliments délicieux. Laissez vous séduire par la spécialité du lieu, le gomatofu, du tofu au sésame. Pour goûter à ces plats d’une grande richesse, il est nécessaire de réserver.

Vous pouvez réserver en appelant directement le Saikan au +81-235-62-2357 (uniquement en japonais). Si vous ne parlez pas japonais vous pouvais aussi réserver via le formulaire du site officiel de Tsuruoka.

Ne manquez pas la salle de repos Senbutsudô. Vous pouvez y admirer gratuitement toutes les statues bouddhistes volées il y a plus de 100 ans avant d’être retrouvées. Un vrai trésor caché.

Suiden Terrasse, une nuit dans un hôtel ouvert sur la nature

Pour prolonger cet état d’apaisement conféré par la ville, vous pouvez, comme nous, réserver une chambre à l’hôtel Suiden Terrasse. Au-delà de son architecture épurée et sobre, le lieu ne fait qu’un avec la nature. De grandes fenêtres permettent d’observer la nature à chaque instant, de l’aube au crépuscule jusqu’à la contemplation des étoiles.

Une invitation à la tranquillité, à prendre son temps mais surtout à prendre soin de soi. Onsen, salle de sport, bibliothèque, fauteuils et canapés, plantes vertes, musique d’ambiance, lumières tamisées, odeur agréable, structure en bois. Tout est réuni pour un séjour mémorable. Mention spéciale pour le petit déjeuner avec vue sur les rizières et les montagnes ensoleillées. Comme nous, vous voudrez déménager dans ce petit paradis.

C’est au cœur des montagnes sacrées que les hommes et la nature vivent en harmonie. Riche de son patrimoine culturel et traditionnel, mais surtout de sa gastronomie préservée, un séjour à Tsuruoka vous promet un voyage au milieu d’une nature abondante à la découverte de votre propre “moi”.

Se rendre à Tsuruoka

Le plus pratique pour se rendre à Tsuruoka depuis Tokyo est soit la ligne JR avec le Shinkansen soit l’avion.

Par train : prendre le Joetsu Shinkansen en direction de Niigata puis prendre le transfert vers l’Uetsu Main Line à Niigata pour un trajet de 3 heures et 50 minutes. Le JR pass est utilisable sur ce trajet.

Par avion : départ de l’aéroport de Haneda ou de Narita pour l’aéroport de Shonai. Prendre ensuite le bus pour Tsuruoka pour un trajet de 30 minutes

Il est aussi possible de partir de l’aéroport Osaka Itamai pour Haneda puis de Haneda à Shonai. Le trajet est d’environ 3 heures.

https://www.world.jal.co.jp/world/en/japan_explorer_pass/lp/
https://www.ana.co.jp/en/us/promotions/share/experience_jp/

Des bus de nuit bon marché sont également disponibles depuis Tokyo, Osaka et Kyoto. Pour plus d’informations :

http://www.shonaikotsu.jp/english/

Informations pratiques

  • Site de la ville de Tsuruoka

https://www.tsuruokacity.com/?lang=fr

  • Kamo Aquarium

https://kamo-kurage.jp/english/

entrée 1000 yens

Horaires : de 9h à 17h tout les jours

  • Okimizuki

Le site HiddenJapan permet de réserver la dégustation de Fugu auprès du chef Suda.

Tarif : 10000 yens par personne pour environ 2 heures

  • Temple Dainichibo

entrée 500 yens

http://dainichibou.or.jp/fr

  • Temple Chûren-ji

entrée 500 yens

http://www2.plala.or.jp/sansuirijuku/ (en japonais)

  • Hôtel Suiden Terasse

https://suiden-terrasse.yamagata-design.com/ (en japonais)

  • Repas shôjin ryôri du logis Saikan

https://www.tsuruokacity.com/reservations?lang=fr

Tarif : 3000 yens hors taxe par personne

Article réalisé en partenariat avec la ville de Tsuruoka