On dit parfois que la beauté du Japon vient de l’équilibre que la société japonaise tente de préserver entre ses racines traditionnelles et la modernité de notre époque. Un contraste que l’on remarque immédiatement au Japon entre les immenses panneaux publicitaires placardés dans les gares, les japonaises vêtues de kimonos absorbées par leurs smartphones, et les campagnes japonaises où les traditions ancestrales sont conservées par des habitants qui attachent une grande importance au passé.

En observant les mouvements synchronisés des danseuses du Yamaga Toro (lanternes) sur la scène du théâtre Yachiyoza, je ne pus m’empêcher de penser à cet équilibre entre le passé et le présent que l’on trouve au Japon. J’admirais dans ce théâtre une danse ancestrale trouvant ses origines plus de cent ans auparavant. La danse aussi bien que le théâtre reflètent l’histoire de Yamaga, que les habitants de nos temps modernes s’appliquent à préserver.

L’essor, le déclin et la renaissance du théâtre Yachiyoza

Yamaga est une petite ville de la préfecture de Kumamoto, qui se développa il y a plus de cent ans en devenant un lieu de commerce et une station thermale d’onsen. C’est à cette époque, alors que les arts gagnaient en popularité auprès de la population japonaise, que le théâtre Yachiyoza fut construit. La première représentation y fut un spectacle de kabuki, mais au cours des cinquante années qui suivirent des spectacles des plus variés y prirent place, en passant par des concerts ou des projections de films.

Mais la population développant des intérêts différents, le théâtre perdit en popularité. Il fut fermé temporairement dans les années 1970 avant d’être secouru et rénové par quelques habitants. Ils finirent par réussir à faire inscrire le théâtre au patrimoine culturel national en 1988, assurant ainsi sa protection pour les années à venir. Aujourd’hui, des représentations très variées ont lieux dans le théâtre, parmi lesquelles le spectacle de danse auquel j’ai eu la chance d’assister.

J’ai visité le théâtre non seulement pour y découvrir la danse des lanternes de Yamaga, mais aussi à cause de l’importance historique qu’il revêt pour la ville. Lorsqu’il n’y a pas de représentation au programme, il est toujours possible de visiter le théâtre, seul ou en visite guidée en japonais, et avec un fascicule en anglais. Ce que vous découvrirez alors du bâtiment pourrait bien vous surprendre.

Si le théâtre fut construit en 1910, son architecture est inspirée d’une maison de kabuki datant de l’ère Edo, et l’atmosphère qui se dégage du théâtre rappelle immanquablement cette époque. Des panneaux publicitaires peints à la main ornent les plafonds et les places assises face à la scène sont constituées de tatamis séparés par de petites rampes en bois. Sur le côté, dans les balcons, on trouve de petits bancs en bois et bien qu’il s’agisse de places “bon marché”, elles offrent une vue imprenable sur la scène.

Un théâtre de 109 ans avant-gardiste

Même s’il ne s’agissait que d’un petit théâtre, les architectes du Yachiyoza l’ont doté d’une technologie de pointe pour l’époque. En vous rendant sous la scène, vous découvrirez les rails qui permettent de faire tourner le plateau pour préparer les décors de la scène suivante sans interrompre le spectacle.

Toujours sous la scène, un ascenseur faisait monter les les acteurs depuis des trappes. Un artifice couramment utilisé pour faire apparaître soudainement des personnages sur scène, dans des spectacles qui mettaient en scène des esprits ou des ninjas.

La conception de ce théâtre mélange le meilleur du design japonais traditionnel et les avancées occidentales de l’époque en arts du spectacle. Kametaro Kimura, l’architecte amateur en charge de la construction du Yachiyoza, avait étudié de nombreux théâtres japonais et s’était rendu à Shanghai pour y apprendre comment les théâtres de style occidentaux étaient construits.

À proximité du théâtre, le musée Yumekogura expose de nombreux objets qui retracent l’histoire du théâtre, comme des affiches et des flyers de spectacles, des costumes ou encore des accessoires. Il s’agit en fait d’un entrepôt construit en 1887 qui fut plus tard transformé en musée. Avoir la possibilité de voir ces objets témoignant de cette histoire m’a fit prendre conscience de l’importance culturelle du théâtre Yachiyoza.

La danse des lanternes Yamaga Toro

Sur fond d’ombrelles aux couleurs vives, deux danseuses en kimono interprètent les pas de la danse traditionnelle Yamaga Tourou. Le public, conquis, bat des mains en rythme avec la musique, un rythme aussi ancien que le festival lui-même, et qui inspira cette danse durant l’ère Meiji.

Traditionnellement, la danse est exécutée durant le festival d’été de Yamaga qui se tient les 15 et le 16 août de chaque année. Une célébration des lumières qui voit fleurir des centaines de lanternes, un feu d’artifice spectaculaire, et une danse exécutée par un millier de danseuses.

Mais puisque tout le monde n’a pas l’occasion de se rendre à Yamaga pour son festival, des représentations de cette danse traditionnelle sont programmées plusieurs jours par semaine et pour une à deux représentations quotidiennes, entre les mois d’octobre et de mars.

Les photos qui illustrent cet article ont été prises par Danny et par l’équipe de Voyapon.

À propos du Théâtre Yachiyoza

Adresse : 1499 Yamaga Yamaga city Kumamoto prefecture 861-0501
Heures d’ouverture : 9h – 18h
Fermé le second mercredi du mois, le 29 décembre et le 1er janvier

Prix : Pour la visite du théâtre Yachiyoza et du musée Yumekogura : 530 yens
Pour le musée Yumekogura uniquement : 220 yens
Pour le théâtre Yachiyoza, le musée Yumekogura et le musée des lanternes : 730 yens

Se Rendre à Yamaga

Pour se rendre à Yamaga, le plus simple est d’y aller en voiture. Si vous êtes véhiculé vous pourrez aisément visiter les destinations les plus populaires comme le théâtre, les plantations de thé, d’anciens temples et les innombrables onsen de la région. On trouve des voitures de location autour des grandes villes comme Fukuoka ou Kumamoto, ou encore à proximité des aéroports et des gares de Shinkansen. Voici la durée des trajets depuis les plus grandes villes :

Depuis la ville de Fukuoka : environ 1h10
Depuis la ville de Kumamoto : environ 1h

Si vous n’avez pas de voiture, il existe une navette de bus gratuite mise à disposition par la préfecture de Kumamoto. Cette navette dessert quatre villes de la partie nord de Kumamoto : Tamana, Nagomi, Yamaga, et Kikuchi. Vous trouverez plus de détails sur leur site internet ou sur ce pdf.

Il existe également un bus express, le Yamaga sight-seeing express, qui relie la ville de Kurume, la préfecture de Fukuoka et la ville de Yamaga. Vous trouverez tous les détails sur ce site.

Article original écrit par Todd Fong
Traduction par Joachim Ducos

Article réalisé en partenariat avec le siège administratif de la région Nord de Kumamoto.

Voyapon

Voyapon

Hi We are Voyapon's desk to introduce more suggestions or a unique Event / Exhibition / Restaurant / Services for suggesting your travel plan! Our passion is to bridge the traditional tour highlights with a deeper exploration of lesser known cities and sights in Japan!

Laisser un commentaire


X