Article partenaire Kyushu | Fukuoka Tourisme

Arpentez les ruelles d’Ojika et découvrez l’histoire et la culture de cette île paradisiaque


Article réalisé en partenariat avec la ville d’Ojika

Dans beaucoup de villes japonaises, il est parfois plus intéressant de laisser les grandes artères modernes pour arpenter des ruelles cachées, riches de culture et d’histoire. Durant mon séjour sur l’île d’Ojika, je pris le temps d’explorer les ruelles de la ville, découvrant ainsi son passé historique et la personnalité de ses habitants.

Entrée du Musée d’Histoire et d’Art populaire de l'île d'Ojika

Afin de pouvoir comprendre l’histoire de l’île d’Ojika, une visite au Musée d’Histoire et d’Art populaire peut s’avérer être un bon point de départ. Ce musée, idéalement situé dans le centre-ville, est également une bonne entrée en matière dans l’histoire de l’île à travers son bâtiment, lui-même chargé d’histoire.

Auparavant, grâce à sa position géographique, l’économie de l’île prospérait grâce au commerce entre la Chine et le Japon, permettant à Ojika de devenir un port de commerce incontournable pour les marchands et les navigateurs. Les Oda, l’une des familles les plus florissantes à cette époque, bâtirent une demeure témoignant de leur pouvoir et de leur influence sur la ville.

Aujourd’hui, cette maison familiale a été reconvertie en un musée : le Musée d’Histoire et d’Art populaire que je m’apprêtais à visiter. À peu près tout ce qui concerne l’histoire de la ville peut être trouvé dans ce musée. Qu’il s’agisse du passé lointain ou seulement du siècle passé, le musée offre des informations précieuses et expose de nombreuses reliques de la ville.

Ruelles de l'île d'Ojika, à Nagasaki

Détail d'un pavé dans les ruelles de l'île d'Ojika : image de cerf shika

Alors que je continuais ma visite des ruelles, une pluie battante s’abattit sur la ville, faisant apparaître les nuances chatoyantes des rues : du rouge, de l’orange et du noir. Le rouge des pavés me rappelait la couleur de la terre volcanique de l’île d’Ojika, me laissant croire qu’ils avaient été faits de cette même terre. L’agencement graphique des pavés était parfois rythmé d’éléments figuratifs tels que des animaux gravés dans la pierre.

Massif d'ajisai (hortensia) en fleurs sur l'île d'Ojika

J’admirais également la floraison de l’hortensia japonais ou ajisai, qui coïncide avec la saison des pluies, entre juin et juillet. Visitant Ojika en juin, la floraison de ces hortensias-là n’était pas prêt de s’arrêter.

Détails dans les ruelles de l'île d'Ojika : maisons et fleurs

Jizo devant lequel est disposé un arrangement floral dans les ruelles d'Ojika

Vous pourrez aussi remarquer dans les ruelles d’Ojika de magnifiques arrangements floraux que les habitants aiment disposer ici et là. Ces fleurs sont d’agréables surprises pour les promeneurs qui pourront également apercevoir les statues de Jizô s’ils ouvrent bien l’œil. Les statues de Jizô sont des statues qui sont censées protéger les voyageurs, les femmes et les plus vulnérables.

Ensemble de Jizo sur l'île d'Ojika, Nagasaki, Japon

Petites créations en coquillages représentant des personnages à Ojika

En plus des Jizô et des arrangements floraux, vous pourrez aussi voir des petites créations faites de coquillages, réalisées par certains locaux.

Ruelles de l'île d'Ojika, à Nagasaki

Ruelles de l'île d'Ojika, à Nagasaki

Il n’y a pas de meilleur moyen de découvrir l’esprit et l’histoire de la ville qu’en arpentant ses ruelles. Soyez seulement prudent pour ne pas vous y perdre, les ruelles peuvent devenir un véritable labyrinthe. Mais c’est aussi cela qui fait le charme de la ville.

Après toutes ces découvertes et explorations, je décidais de prendre une pause au Tan Tan, une boulangerie locale situé bien sûr dans l’une des ruelles d’Ojika. Tan Tan offre une variété de douceurs, du gâteaux mœlleux a un large choix de cookies et de biscuits.

Roulé à la crème dans la boulangerie Tan Tan à Ojika

La boulangerie Tan Tan à Ojika

Mais le véritable intérêt, c’est que tout y est local. Tan-Tan est une affaire familiale bien établie qui soutient non seulement l’activité locale mais aussi toutes les personnes qui y participent. Et la meilleure manière de les soutenir à notre tour est de goûter ces produits ! Beaucoup de desserts et de pâtisseries réalisés à base d’ingrédients d’Ojika peuvent être trouvés ici, tels que les cookies aux cacahuètes ou les petits pains à base de patate douce.

Gâteaux en forme d'animaux dans la boulangerie Tan Tan à Ojika

L’histoire d’Ojika ne se résume pas seulement aux témoignages de son passé que vous trouverez dans son musée ou ses rues. Elle est aussi vivante grâce à ses habitants, qui font d’Ojika un endroit si spécial. L’île d’Ojika continue d’écrire son histoire à travers une communauté locale active, dont les les membres accueillent les visiteurs à bras ouvert (leut permettant d’apprécier d’autant plus leur séjour).

 

Pour plus d’informations sur l’histoire d’Ojika et de son musée (en japonais) : http://ojikajima.jp/travel/miru/896.html
Pour plus d’informations sur le Café Tan Tan (en japonais) : http://ojikajima.jp/travel/taberu/9211.html

 

Se rendre sur l’île d’Ojika

Beaucoup de voyageurs peuvent s’inquiéter de l’accessibilité d’une île comme Ojika, assez éloignée des côtes de Kyushu. Cependant, malgré un trajet de 4 heures en ferry, Ojika est en réalité plus simple à rejoindre que d’autres destinations dans les terres.

Le terminal de ferry à Hakata, Fukuoka

L'intérieur du terminal, avec le guichet pour acheter les tickets de ferry pour Ojika

Le trajet que j’ai pris, depuis le port d’Hakata à Fukuoka, fut assez facile. Tout d’abord, allez jusqu’au port d’Hakata en bus ou par un autre moyen de transport, puis dirigez-vous vers le guichet, présenté sur la seconde image. Une fois votre billet pour Ojika acheté, le ferry n’est pas très loin. Le terminal n’a que deux entrées, celle de gauche est la porte d’entrée pour le ferry Taiko, à destination d’Ojika. Soyez-y à l’heure et tout se passera pour le mieux !

Le ferry, prêt à partir de Fukuoka en direction d'Ojika

Couloir luxueux à l'intérieur du ferry : moquette et décoration soignée

Salle de repos dans le ferry en partance pour Ojika

À bord du ferry, vous vous rendrez vite compte que vous êtes dans un ferry de luxe. Durant les 4 heures de traversée, le Taiko vous offre tout les services dont vous auriez besoin pour vous faire passer le temps. Un pont d’observation, de larges salles de repos ou encore des cabines privatives (en supplément), les 4 heures passent très vite.

Site de la ligne de ferry Taiko Ferry : www.nomo.co.jp/en/guide.html

 

 

Article original écrit par Luca Desner
Traduction par Aimée Moribayashi

 

    
Prénom
Catégorie
Adresse
Accès
Horaires
Prix
Mode de paiement

Commentaires