fbpx Skip to main content

Koyasan (高野山), est l’un des sites des plus sacrés du bouddhisme japonais. Autrefois appelées Takano, l’empereur Saga fit don de ces terres au moine Kukai (aussi connu sous le nom de « Kobo Daishi »), qui les renomma « Koyasan » lorsqu’il en fit le centre spirituel de l’école bouddhiste Shingon dont il est le fondateur. Région montagneuse de la péninsule de Kii, dans la préfecture de Wakayama, Koyasan attire de nombreux pèlerins depuis le XIe siècle, et abrite aujourd’hui 117 temples.

Statue bouddhiste dans un cimetière japonais à Koyasan
Koyasan est l’un des sites les plus sacrés du bouddhisme japonais. Photographie : Ichiban Japan.

Koyasan étant inévitablement associé à Kobo Daishi, de nombreux pèlerins partant à la conquête des 1200 kilomètres du pèlerinage de Shikoku y font étape. Les pèlerins de Shikoku voyagent en compagnie d’un bâton de pèlerinage considéré comme une incarnation de Kobo Daishi, qui veille sur eux durant leur marche. Avant d’entamer leur périple, certains pèlerins visitent le temple Okuno-in à Koyasan pour demander à Kobo Daishi de faire en sorte que leur voyage se passe bien, ou s’y rendent après pour le remercier d’avoir permis de terminer le pèlerinage sans encombre. Certains pèlerins visitent même le temple Ouno-in au début et à la fin de leur pèlerinage.

Une visite à Koyasan, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2004, s’impose pour tous les voyageurs voulant découvrir le bouddhisme japonais de l’intérieur. Au programme : séjour dans un temple, méditation en compagnie de moines bouddhiste, et bien sûr visite d’innombrables sites sacrés. Que l’on soit en quête de spiritualité ou simplement fasciné par la beauté des temples et de la nature sauvage de Wakayama, Koyasan laisse un souvenir impérissable à ceux qui s’y aventurent.

Kudoyama et le temple de Jison-in : le début du pèlerinage de Koyasan

Avant de découvrir Koyasan à proprement parler, arrêtons-nous un moment à Kudoyama, charmante petite ville située à une vingtaine de kilomètres de là. Ses ruelles très photogéniques, bordées de maisons traditionnelles et de plaqueminiers croulant sous les kakis, nous plongent directement dans l’agréable atmosphère rurale de la région.

On trouve, au détour des ruelles de Kudoyama, le temple de Zenmyosho-in, aussi connu sous le nom de Sanada-an. Construit en 1741, il possède une histoire bien moins longue que celle de Koyasan, mais profondément liée à l’histoire du Japon et du célèbre clan Sanada. Une histoire que l’on peut explorer dans le musée de Kudoyama Sanada qui se trouve à une centaine de mètres du temple.

Jison-in : le temple dédié à la mère de Kodo Daishi

À 1,3 km de là, le temple de Jison-in (慈尊院) marque le véritable début d’un voyage à Koyasan. Il s’agit du seul temple à faire partie de Koyasan tout en en étant géographiquement éloigné. Jusqu’en 1872, les femmes n’étaient pas admises dans l’enceinte de Koyasan et c’est ici, à une vingtaine de kilomètres de la région sacrée, que la mère de Kobo Daishi a passé les dernières années de sa vie. À sa mort, son fils a dédié un mausolée à l’esprit de sa mère, qui est aujourd’hui vénéré dans ce temple sous la forme du bodhisattva Maitreya.

Le temple de Jison-in, temple le plus éloigné de Koyasan
La mère de Kobo Daishi passa les dernières années de sa vie au temple de Jison-in. Photographie : Ichiban Japan.

Magnifique temple auquel on accède via une porte impressionnante qui donne sur sa pagode à deux étages, Jison-in est donc avant tout dédié aux femmes. Elles peuvent par exemple venir y prier pour leur fertilité ou pour un accouchement sans complications, en inscrivant leurs vœux sur des tablettes de bois ornées de seins.

Mais Jison-in, c’est aussi le lieu d’accueil des pèlerins désirant se rendre à Koyasan à pied via un chemin débutant au pied du temple. Un court pèlerinage que de nombreux voyageurs choisissent de faire en complément de celui de Shikoku, faisant de cette ascension la dernière étape de leur voyage.

Le Choishimichi : marcher sur un chemin de pèlerinage vieux de plus d’un millénaire

Le chemin de pèlerinage qui relie Jison-in à Koyasan s’appelle le Choishimichi (町石道). Inscrit, tout comme l’ensemble de Koyasan, au patrimoine mondial de l’UNESCO, on dit que Kobo Daishi lui-même aurait participé à sa création. Le nom de cette route fait référence à la présence de stupas de pierre que l’on retrouve sur le bord du chemin tous les 109 mètres, soit la distance d’un cho, l’ancienne unité de mesure japonaise. Autrefois, les pèlerins se prosternaient devant chaque stupa durant leur ascension, car le caractère sanscrit représentant Bouddha y est gravé.

Marcher le long des 24 kilomètres du Choishimichi nous plonge inexorablement dans une atmosphère mystique. Plongeant dans des bambouseraies et des forêts aux cèdres immenses, on croise parfois un torii qui nous rappelle que nous nous rendons sur des terres sacrées.

Niutsu Hime : un sanctuaire témoin des liens entre shintoïsme et bouddhisme

Au bout de deux heures de marche, le chemin passe par le sanctuaire de Niutsu Hime (丹生都比賣神社). Contrairement aux temples qui sont des lieux religieux bouddhistes, les sanctuaires sont dédiés à des divinités shintoïstes. Il peut donc paraître surprenant de retrouver un sanctuaire sur le chemin menant à un haut lieu du bouddhisme comme Koyasan. Mais pendant bien longtemps la distinction entre ces deux pratiques religieuses pouvait être difficile à faire tant bouddhisme et shintoïsme fonctionnaient en symbiose.

Le sanctuaire de Niutsu Hime à Koyasan
La présence d’un sanctuaire shintoïste le long d’une route menant à un lieu bouddhiste sacré témoigne des liens étroits entre ces deux religions. Photographie : Ichiban Japan.

Le sanctuaire de Niustsu Hime est très représentatif des passerelles qui existent entre les deux religions, puisqu’on y vénère la divinité shintoïste qui aurait guidé Kobo Daishi à Koyasan. Durant des siècles, on trouvait dans ce sanctuaire des prêtres shintoïstes comme des moine bouddhistes, jusqu’à ce que les moines bouddhistes soient obligés de regagner les temples de Koyasan lorsque la séparation des deux religions fut décrétée durant l’ère Meiji. De nos jours, les moines bouddhistes de Koyasan viennent volontiers se recueillir au sanctuaire de Niutsu Hime.

Auparavant, le sanctuaire était uniquement accessible à pied. Aujourd’hui, il est possible de s’y rendre en bus, ce qui permet à tous de découvrir la magnifique architecture de Niutsu Hime. Vous serez émerveillé par les sculptures de dragons et d’éléphants, autant que par son magnifique pont en arc de cercle et ses impressionnants torii à six montants.

Okuno-in et le mausolée de Kobo Daishi : l’un des sites les plus sacrés du Japon

Une fois passé le sanctuaire de Niutsu Hime, le chemin de pèlerinage du Choishimichi se poursuit sur plus de dix kilomètres pour arriver à la porte Daimon, qui marque l’entrée dans le territoire sacré de Koyasan. Le chemin se poursuit encore sur 4 kilomètres pour se terminer à Okuno-in, un lieu d’une grande importance puisqu’il abrite le mausolée de Kobo Daishi.

D'anciennes tombes japonaises dans l'enceinte de Koyasan
Okuno-in abrite le mausolée de Kobo Daishi. Photographie : Ichiban Japan.

Si les pèlerins du pèlerinage de Shikoku se rendent à Koyasan au début ou à la fin de leur périple, c’est en grande partie pour se rendre devant ce mausolée. Kobo Daishi est la figure la plus importante du pèlerinage de Shikoku : on dit qu’il veille sur les pèlerins et qu’il voyage auprès d’eux. Il est donc naturel que les marcheurs dévoués qui entreprennent ce périple de 1200 kilomètres aient le désir de se présenter face à leur protecteur.

Car pour beaucoup, Kobo Daishi est toujours en train de méditer dans l’enceinte de son mausolée. Il est donc interdit d’y pénétrer afin de ne pas le déranger. C’est aussi la raison pour laquelle, depuis plus de mille ans, qu’il pleuve ou qu’il neige, des moines bouddhistes apportent un repas à Kobo Daishi deux fois par jour au cours d’un rituel nommé Shoujingu. Une cuisine variée qui n’a pour règle que d’être végétarienne, conformément aux préceptes bouddhistes, et d’être préparée par les moines avec amour et dévotion.

Il est possible de faire une visite guidée en d’Okuno-in en compagnie d’un moine parlant anglais. Car Okuno-in ne se limite pas à ce mausolée, plus de 200 000 stèles funéraires sont alignées sur deux kilomètres à l’approche du mausolée.

Danjo Garan : le complexe de temples le plus important du mont Koya

Danjo Garan (壇上伽藍) est un autre lieu absolument incontournable à Koyasan. Ce vaste complexe de temples fut le premier édifié par Kobo Daishi sur les lieux. De nos jours il compte une vingtaine de bâtiments.

Une pagode japonaise entourée d'arbres à Koyasan
Danjo Garan fut le premier complexe de temples édifié par Kobo Daishi à Koyasan. Photographie : Ichiban Japan.

La pagode du Konpon Daito est certainement le bâtiment le plus iconique de Danjo Garan. L’emplacement de la pagode ne doit rien au hasard puisqu’elle devait se trouver au centre d’un immense mandala naturel en forme de lotus, composé des huit montagnes entourant Koyasan.

konpon daito, pagode iconique du mont Koya dans la préfecture de Wakayama
Il fallut plus de 70 ans pour terminer le Konpon Daito. Photographie : Ichiban Japan.

Et les symboles se multiplient à l’extérieur comme à l’intérieur de la pagode : l’intérieur est agencé de manière à former un mandala et les seize piliers de l’édifice sont ornés de seize représentations différentes de bodhisattvas.

Il s’agit d’une véritable œuvre d’art que Kobo Daishi ne put admirer dans son ensemble de son vivant, puisqu’il fallut plus de 70 ans pour que la pagode soit terminée. Malheureusement, les bâtiments en bois sont souvent victimes des flammes au Japon. Ce qui est particulièrement vrai à Koyasan, qui se trouve au somment d’une montagne, et donc souvent frappé par la foudre. L’histoire écrite fait état de cinq incendies qui ravagèrent le Konpon Daito, mais il fut systématiquement reconstruit. Le bâtiment actuel date de 1937.

S’initier aux pratiques bouddhistes dans le temple de Kongobu-ji

Kongobu-ji (金剛峯寺) est le véritable centre religieux du bouddhisme Shingon de Koyasan. C’est depuis ce temple que sont gérés les 3600 temples Shingon répartis au Japon. Le jardin de pierres du temple, représentant deux dragons se faisant face, est particulièrement marquant. S’étendant sur 2340 m2, il s’agit du plus vaste jardin sec du Japon.

Si vous souhaitez vous initier aux pratiques bouddhistes, difficile de rêver d’un cadre plus idéal que ce temple au centre de la doctrine Shingon de Koyasan. Kongobu-ji propose justement des ateliers d’initiation qui vous permettront de vivre par vous-même les pratiques spirituelles qui sont au centre de l’enseignement de Kobo Daishi.

Faire l’expérience du shakyo : recopier un sutra pour faire le vide

Parmi ces ateliers d’initiation, il est possible de s’essayer au shakyo (写経). Cette pratique consiste à recopier à la main des écritures bouddhistes : les sutras. Au premier abord, on pourrait penser qu’un étranger ne parlant pas japonais ne trouverait que peu d’intérêt à recopier des lignes de caractères dont il ne comprend pas le sens. Mais nul besoin de comprendre le sens des sutras pour vivre pleinement l’expérience du shakyo.

Des sutras recopiés au pinceau dans un temple japonais de Koyasan
Recopier des sutras permet d’oublier tout le reste et de trouver une forme de paix intérieure. Photographie : Thomas Siebert.

Si vous ne savez pas écrire le japonais, vous pourrez positionner le modèle sous votre feuille, laissant apparaître par transparence les caractères que vous devrez tracer. L’important est de focaliser toute son attention sur ce simple exercice au point d’en oublier tout le reste et de trouver une forme de paix intérieure.

L’initiation au shakyo dure entre une et deux heures et coûte 1500 yens.

Séjourner au temple de Rengejo-in et découvrir le mode de vie des moines bouddhistes

Pour vivre cette immersion en terres sacrées jusqu’au bout, certains temples de Koyasan proposent des chambres dans lesquelles les voyageurs et les pèlerins peuvent passer la nuit. C’est le cas du temple de Rengejo-in (蓮華定院), qui offre des prestations parfaitement adaptées aux visiteurs ne parlant pas japonais.

Un temple trace des lignes dans le gravier d'un jardin sec au Japon
Un moine prend soin du jardin sec du temple de Rengejo-in. Photographie : Ichiban Japan.

Les chambres, aux portes coulissantes et au sol en tatamis, ne font pas l’impasse sur le confort. Magnifiquement ornées de décorations traditionnelles, les suites possèdent même leur propre salle de bain et une superbe véranda donnant sur le jardin du temple.

Mais si l’on fait le choix de séjourner dans un temple, c’est surtout pour découvrir le mode de vie des moines bouddhiste qui y vivent.

Découvrir des méthodes de méditation ancestrales

À 17h, il vous sera possible de vous initier aux techniques de méditation ésotériques du bouddhisme Shingon. Il s’agit d’un ensemble de méthodes de méditation introduites au Japon par Kobo Daishi et toujours pratiquées de nos jours par les adeptes du bouddhisme Shingon. Les moines du Rengejo-in vous proposent de vous faire découvrir la première de ces méthodes : le susokukan.

Après les explications du moine, en japonais et en anglais, on se retrouve assis sur une chaise ou à même le sol en position zazen pour une méditation de 40 minutes à la lueur des bougies, en se concentrant sur sa respiration. Il s’agit de compter ses inspirations sans laisser aucune autre pensée venir parasiter notre concentration. Une merveilleuse expérience extrèmement relaxante !

Goûter à la shojin ryori, la cuisine bouddhiste japonaise

Le dîner est servi à 18h, juste après la méditation. Vous pourrez y découvrir la cuisine bouddhiste traditionnelle : la shojin ryori. Cuisinée selon les préceptes bouddhistes, il s’agit d’une cuisine végétalienne dans laquelle on ne retrouve aucun produit d’origine animale. Mais la shojin ryori se doit de suivre d’autres règles, comme la présence de cinq couleurs et de cinq saveurs qui doivent se retrouver dans chaque repas. Un repas délicieux qui change des classiques de la cuisine japonaise !

Un plat de shokin ryori, cuisine végan des temples bouddhistes japonais
La cuisine bouddhiste traditionnelle, appelée shojin ryori est préparée sans aucun produit d’origine animale. Photographie : Thomas Siebert.

Après le dîner, vous pourrez faire un dernier tour dans le temple de Kongobu-ji ou au Danjo Garan, qui sont illuminés durant la nuit. Ou bien simplement profiter du jardin du Rengejo-in qui reste éclairé jusqu’à 21h. Mais il est raisonnable de ne pas se coucher trop tard, car le lendemain matin le Rengejo-in vous propose une dernière immersion dans la vie religieuse du temple : assister à l’office religieux du matin.

Débuter sa journée à Koyasan par un office religieux

Il faudra se lever tôt : l’office commence à 6h du matin. Mais ce réveil aux aurores vous permettra de vivre une expérience inoubliable au plus près de la vie quotidienne des moines bouddhistes de Koyasan Pendant une heure, les moines lisent des sutras au son des cloches et des hachi (instruments traditionnels japonais ressemblant à des cymbales). Suivent un sermon et ses commentaires, à la fois en japonais et en anglais.

Une occasion rare de découvrir le bouddhisme japonais de l’intérieur et d’en comprendre la teneur pour ceux qui parlent anglais !

Comment se rendre à Koyasan en train

Si les pèlerins du pèlerinage de Shikoku voudront certainement se rendre à Koyasan à pied, il reste tout à fait possible de s’y rendre en train. Koyasan est facilement accessible depuis Osaka :

  • Il vous faudra monter à bord d’un train de la Nankai Koya Line jusqu’à la gare de Gokurakubashi (1h20 en train limited express ou 1h40 en train express ou rapide express, ces derniers nécessitant parfois un changement de train en gare de Hashimoto).
  • À Gokurakubashi un petit téléphérique qui vous conduira au sommet de Koyasan en cinq minutes.
  • La gare de Koyasan, où arrive le téléphérique, se trouve à une dizaine de minutes de bus du centre de Koyasan. Notez que la route entre la gare et le centre de Koyasan est réservée aux bus, il n’est pas possible d’y circuler à bord d’un véhicule privé ni d’y marcher.

Entre le train, le téléphérique, et le bus, se rendre à Koyasan depuis Osaka coûte entre 2480 et 1690 yens (selon le train choisi). Si vous comptez faire l’aller-retour en train, il est plus intéressant d’acheter le pass « Koyasan Wolrd Heritage Ticket » : pour 3080 yens dans sa version classique (voyage en trains express ou rapide express, le prix dépend de la gare de départ) ou 3630 yens pour la version comprenant un trajet à bord d’un train limited express (pour l’aller seulement, le prix dépend de la gare de départ), vous pourrez faire l’aller-retour entre Koyasan n’importe quelle gare se trouvant sur la Nankai Line, mais aussi profiter des trajets à bord des bus de Koyasan de manière illimitée pendant deux jours, et de diverses réduction dans les musées, les temples, et les boutiques de souvenirs.

Voyager à bord du train Tenku pour profiter au mieux des paysages de Wakayama

Entre la gare d’Hashimoto et la gare de Gokurakubashi (où l’on peut prendre le téléphérique menant à Koyasan), il est possible de faire le voyage à bord d’un train un peu différent. Le Tenku a été spécialement conçu pour permettre aux passagers d’admirer le paysage. Les sièges tournés vers les grandes fenêtres des wagons offrent un superbe panorama surplombant les montagnes de la préfecture de Wakayama. Il est même possible de faire un tour dans la plateforme d’observation du train pour sentir sur sa peau le vent qui passe à travers les fenêtres ouvertes.

Il est nécessaire de réserver sa place, par téléphone uniquement. La réservation doit être effectuée dans les dix jours précédant le voyage en train. Il vous en coûtera 520 yens supplémentaires en plus du coût normal du trajet (le trajet à bord du train Tenku ne concerne que la portion entre la gare de Hashimoto et la gare de Gokurakubashi). Retrouvez toutes les informations sur le site internet du train Tenku (en japonais).

Goûter aux spécialités culinaires de Wakayama

Lorsqu’on voyage au Japon, on n’a pas véritablement découvert une destination tant qu’on n’a pas goûté à ses spécialités locales. Un séjour à Koyasan vous permettra de goûter à la fameuse shojin ryori des moines bouddhistes, mais la préfecture de Wakayama possède d’autres délices que vous voudrez très certainement essayer !

Dégustation de goma tofu à Koyasan

Le goma tofu est une spécialité culinaire de Koyasan qui a toute sa place dans la cuisine bouddhiste. Si son nom laisse supposer qu’il s’agit de tofu au sésame (goma voulant dire sésame), son nom est aussi trompeur que sa consistance, qui fait effectivement penser à du tofu. Car il n’y a point de soja dans le goma tofu ! Ce plat est en réalité préparé à partir de farine de kuzu, le fécule d’une plante sauvage. Mélangée à de l’eau et de sésame moulu, elle donne sa consistance fondante au succulent goma tofu.

Assortiment de goma tofu dans un restaurant de Koyasan
Le goma tofu est une spécialité culinaire de Koyasan que l’on retrouve dans la cuisine des temples bouddhistes. Photographie : Thomas Siebert.

Le restaurant Kadohama Gomatofu Sohonpo de Koyasan sert un goma tofu de première qualité, préparé à partir de kuzu sauvage de Yoshino, de sésame blanc, et d’eau puisée dans les montagnes. Ce restaurant est très prisé et il faut généralement s’armer de patience en attendant qu’une table se libère à l’intérieur. Les assortiments sont arrangés en forme de mandala et permettent de goûter à des tofus aux saveurs et aux textures différentes. Il est également possible d’y acheter du goma tofu pour en ramener chez soi, un souvenir très populaire à Koyasan.

Découverte d’un plat à base de saké dans une brasserie de Wakayama

Si vous désirez poursuivre votre périple sur les traces de Kobo Daishi en partant à la découverte du pèlerinage des 88 temples de Shikoku, vous pourrez prendre un ferry à Wakayama qui vous mènera à Tokushima. Mais avant de quitter la région, profitez de votre passage dans la ville de Wakayama pour vous arrêter à Sandaime. Cette petite brasserie située à 20 minutes de marche (ou 10 minutes de bus) de la gare de Wakayama propose des bières artisanales produites sur place. Des bières que vous pourrez accompagner de quelques spécialités japonaises.

Véritable plongée dans le bouddhisme japonais, Koyasan est l’un des territoires les plus sacrés de l’archipel japonais. La beauté des temples se mêle à celle de la nature pour créer une atmosphère mystique propice aux pratiques spirituelles. L’occasion de découvrir le mode de vie des moines bouddhistes, de séjourner dans un temple, et d’apprendre à connaître Kobo Daishi, le moine fondateur du bouddhisme Shingon. Et peut-être cette visite vous donnera-t-elle envie de partir sur les routes du pèlerinage des 88 temples de Shikoku !

Article écrit en partenariat avec le Shikoku District Transport Bureau, la préfecture de Tokushima, la Kagawa Prefecture Tourism Association, et le Wakayama Tourism Bureau

Joachim Ducos

Joachim Ducos

Passionné par le cinéma japonais, j'ai voulu découvrir la vie quotidienne de ce pays que je ne connaissais qu'à travers la fiction. En 2017 je quittais ma France natale pour poser mes valises à Tokyo sans savoir que j'y resterai si longtemps. Après presque deux années à poursuivre mes activités de photographe et de vidéaste en parcourant l'archipel japonais, le Japon exerce toujours sur moi une mystérieuse fascination qui me pousse à vouloir en explorer chaque recoin.

tokidokiyuki.fr/

Laisser un commentaire


X