fbpx Skip to main content

Tottori est une région encore peu connue des touristes étrangers, alors qu’elle regorge de petits trésors. J’ai pris beaucoup de plaisir à la visiter. C’est notamment à Kurayoshi que j’ai découvert de nombreuses choses sur l’histoire, la culture, et la gastronomie de Tottori.

Kurayoshi, la ville historique de Tottori

Kurayoshi (倉吉市) se situe dans le centre de la préfecture de Tottori. Visiter l’ancien quartier marchand, c’est faire un saut dans le temps. J’y ai découvert de beaux bâtiments traditionnels en bois et aux toits de tuiles rouges datant de l’époque d’Edo (1600-1868) et de l’ère Meiji (1868-1912). Ces tuiles rouges aka-gawara sont non seulement étanches, mais aussi réputées efficaces pour luter contre le gel. Kurayoshi est connu pour ses fameux entrepôts kura aux murs blancs, desquels la ville tient son nom. Ces entrepôts traditionnels sont appelés shirakabe, en référence à leurs murs de plâtre blanc, épais de 30 centimètres, qui résistent au feu, protègent de la moisissure, et des voleurs. Les entrepôts shirakabe bordent un cours d’eau issu de la rivière Tamagawa, surmonté à intervalles réguliers de petits ponts de pierre menant chacun à un entrepôt. Déambuler dans ce paysage pittoresque m’a donné l’impression de me retrouver dans le Japon d’antan. Aller à Kurayoshi c’est découvrir un pan de la culture de Tottori.

Autrefois, les entreprises traditionnelles utilisaient ces bâtiments pour stocker de la sauce soja ou de saké. Aujourd’hui, la plupart abritent des cafés, des boutiques ou des ateliers. J’ai pu visiter une de ces boutiques qui crée des souvenirs en kasuri, un tissu fabriqué exclusivement à Kurayoshi. Tissé à l’aide de fils teint à l’indigo, des espaces sont volontairement laissés blancs dans le tissus afin de créer les motifs. Une dame m’a gentiment montré comment tisser du kasuri au métier à tisser. À ma grande surprise, j’ai également découvert un magasin de vin, apprenant à l’occasion que Tottori possède des vignobles !

tissage à la main d'une étoffe traditionnelle japonaise à base de fils teintés à l'indigo
La gérante de la boutique m’a appris à tisser du kasuri.
Pour se rendre aux entrepôts de Kurayoshi : Environ 15 minutes depuis la gare de Kurayoshi dans un bus Hinomaru, descendre à l’arrêt « red tile/white wall storehouse » (Akagawara-shirakabedozo).

Où déguster les spécialités de Tottori à Kurayoshi ?

À l’heure du déjeuner, je suis allée à Seisuian, un restaurant établi dans une machiya qui date de l’ère Taisho (1912-1926). C’est à Kurayoshi que j’ai découvert une spécialité de Tottori, le mochi shabu. Le mochi, fait à base de riz gluant, peut être modelé sous diverses formes.

Un restaurant servant une spécialité locale à base de mochi à kurayoshi, dans la préfecture de tottori
Le restaurant Seisuian à Kurayoshi.

Le mochi shabu consiste à faire tremper de fines tranches de mochi dans un bouillon chaud afin de les ramollir avant de les manger. La couleur des tranches de mochi indique leur saveur. Matcha, citron, carotte, shiitaké, crevette, potiron… Le goûts sont subtils et agréables, et, appréciant déjà les mochi, je me suis régalée. Mais si vous n’aimez pas la texture des mochi, vous pourrez y déguster d’autres spécialités japonaises comme des udon ou des tempura.

Pour se rendre à Seisuian : Environ 15 minutes depuis la gare de Kurayoshi à bord d’un bus Hinomaru (descendre à « Sakai-machi »).

Le soir, je suis allée diner à Shirakabe Club, le café juste en face ! Il se trouve dans un bâtiment qui date de 1908 et qui était autrefois une banque. Bien que d’apparence très japonaise à l’extérieur, j’ai beaucoup aimé la décoration intérieure rétro européenne qui collait avec leurs plats occidentaux. Le menu du soir est assez copieux, j’ai choisi de goûter au poisson qui s’est avéré excellent, mais un menu à base de viande est également proposé.

Un café restaurant à Kurayoshi.
Pour se rendre à Shirakabe Club : Environ 15 minutes depuis la gare de Kurayoshi dans un bus Hinomaru, descendre à l’arrêt « red tile/white wall storehouse » (Akagawara-shirakabedozo).

Apprendre à fabriquer des lanternes en bambou

À ma grande surprise, j’ai découvert un parc à l’esthétique chinoise dans lequel il était possible de participer à un atelier. J’ai pu apprendre à y fabriquer une lanterne en bambou ! Il m’a d’abord fallu choisir choisi la forme et la couleur des bambou. Puis j’ai du choisir le motif, que l’on peut dessiner soi-même ou que l’on pioche parmi les modèles à disposition. J’en ai choisi un simple que j’ai scotché sur le bambou avant de percer des trous à l’aide d’une perceuse pour façonner ma lanterne.

Il ne restait plus qu’à lui donner vie en l’allumant pour voir le résultat final. C’est un atelier simple et rapide, qui est aussi accessible aux enfants dès 5 ans. J’aime bien acheter des souvenirs, mais c’est encore mieux quand on peut les faire soi-même !

Pour se rendre à Yunhamacho Bamboo Lantern : 5 minutes de marche depuis la gare de Matsuzaki, ou 10 minutes de taxi depuis la gare de Kurayoshi.

Séjourner dans les chambres d’hôte Kurayoshi

Pour clôturer cette immersion dans le Japon d’un autre temps, j’ai passé la nuit dans des chambres d’hôte. La guesthouse Kurayoshi est bien située par rapport aux lieux touristiques les plus populaires de Tottori. Dans un quartier calme près des montagnes, elle se trouve à seulement 10 minutes à pied du centre ville de Kurayoshi. C’est une maison traditionnelle japonaise entièrement rénovée. J’ai beaucoup aimé ses fenêtres et le contraste entre le bois et les murs blancs. L’intérieur est également refait à neuf et parsemé d’objets typiquement japonais. De vrais trésors qui devraient plaire aux étrangers.

une chambre d'hôte traditionnelle à Kurayoshi

Kurayoshi propose trois chambres, une occidentale avec un canapé-lit et deux autres en tatami : une petite et une grande, cette dernière disposant d’un kotatsu, c’est à dire une table chauffante recouverte d’une couette, un détail non négligeable en automne et en hiver ! Il est toujours si agréable de faufiler ses jambes à l’intérieur du kotatsu et de se sentir instantanément enveloppé par son agréable chaleur. Par contre, il n’y a qu’une simple salle de bain à la japonaise, donc autant profiter des célèbres onsen de la ville thermale de Misasa.

chambre en tatami dans une guesthouse traditionnelle japonaise à Tottori
Mon futon d’un soir dans la chambre en tatami.
Pour se rendre au Guest House Kurayoshi : Environ 20 minutes depuis la gare de Kurayoshi à bord d’un bus Hinomaru (descendre à « Miyagawa-cho »).

Comment se rendre à Kurayoshi

Depuis Osaka, Kurayoshi est accessible en train via le Super Hakuto Limited Express au départ de Shin-Osaka. Compter un peu plus de 3 heures de trajet.

Depuis Tottori, montez à bord d’un train de la JR San-in Line qui vous mènera directement à Kurayoshi en une heure environ.

Il est également possible de se rendre à Kurayoshi en bus depuis Osaka et Hiroshima, ce qui prend légèrement plus de temps que le train mais s’avère également plus économique.

Ville historique, Kurayoshi est un passage obligé pour s’imprégner de la culture de Tottori. Étant une préfecture encore assez rurale, il est d’autant plus agréable de profiter du charme de ses maisons d’antan.

Article écrit en partenariat avec la préfecture de Tottori.

Eva C

Eva C

Amoureuse des langues étrangères, l'apprentissage du japonais me fit m'installer au pays du soleil levant en mai 2011. Résidant près de Kobe, j'aime parcourir l'archipel pour découvrir de nouveaux endroits qui réveillent mon âme de touriste en me rappelant ce pourquoi j'aime le Japon. Toujours munie de mon appareil photo j'explore continuellement et faire des sorties vêtue de mes propres kimono fait partie de mes hobbys. Ainsi c'est toujours avec plaisir que je partage un peu de mon Japon sur mon blog et maintenant sur Voyapon.

www.frenchynippon.com/

Laisser un commentaire


X