fbpx Skip to main content

La préfecture de Tottori se situe sur l’île de Honshu, entre montagnes et mer du Japon. Encore assez rurale, c’est une des préfectures les moins peuplées du Japon, mais qui regorge de charmes. Ses destinations les plus touristiques sont les dunes de Tottori et le Mont Daisen (大仙), les seuls sites que j’avais moi-même visité il y a 8 ans. Mais Tottori ne se limite pas à cela et j’ai été ravie de m’y rendre à nouveau pour mieux découvrir la préfecture et y profiter de la beauté de l’automne.

S’imprégner des couleurs de l’automne au Mont Daisen

Le mont Daisen culmine à 1 729 mètres d’altitude et est surnommé « le petit Mont Fuji » en raison de sa forme et des plaines qui l’entourent. Ce volcan endormi, le plus grand mont du Chugoku, figure parmi les 100 montagnes les plus célèbres du Japon. Cette montagne sacrée, à la nature foisonnante, est très prisée des amateurs de ski et de randonnées. En automne, le mont Daisen fait partie des destinations incontournables lorsqu’on voyage à Tottori. S’y promener, c’est profiter de ses paysages et de l’atmosphère mystique qui y règne.

Faire voyager ses sens en s’initiant au zazen à Tottori

Visiter, c’est bien, mais ça fatigue, alors autant faire une pause et pourquoi pas du zazen ? Contrairement à ma première visite ici, au cours de laquelle j’avais simplement marché jusqu’au temple Daisen-ji, cette fois-ci j’ai pris le temps de m’initier au zazen. Accompagnée d’un moine, nous avons fait une pause au milieu de notre balade automnale pour nous arrêter au temple Amida-do (阿弥陀堂). On estime qu’il fut bâti il y a 900 ans, ce qui en fait le plus vieux temple du mont Daisen, désigné Trésor National. Le bois est d’origine et magnifiquement bien entretenu. À l’intérieur, de grandes statues de divinités trônent au centre.

Un ancien temple japonais en bois dans une forêt à Tottori
Amiada-do, un temple vieux de 900 ans.

Au sol, de vieux tatamis ondulaient à cause de l’humidité. J’ai pris place sur un petit coussin et j’ai écouté les explications du moine. Le zazen a pour but d’évacuer le stress et de reconnecter le cœur à l’esprit. Faire cela dans la nature, avec pour seul bruit de fond celui du vent et des animaux, a quelque chose de magique. J’ai suivi ses conseils pour essayer de me relaxer au maximum. Assise en tailleur, les mains jointes à la manière de Bouddha, le dos droit et les yeux mi-clos, je me suis concentrée en comptant sans cesse de 1 à 10. Ce n’était pas un exercice facile, mais je suis contente d’avoir réussi à vraiment me déconnecter pendant ces 15 minutes. Si on n’arrive pas à se concentrer, il faut lever la main pour appeler le moine qui donnera alors deux légers coups de bâton dans le dos pour nous recentrer.

initiation zazen dans un temple bouddhiste japonais
Séance de zazen au Mont Daisen
Pour vous rendre à Daisen-ji et Amida-do : 54 minutes de bus depuis la gare de Yonago, puis 20 minutes de marche depuis l’arrêt de bus Daisenji. Ou bien 30 minutes en voiture depuis Yonago IC en empruntant l’autoroute de Yonago.


Goûter à la cuisine bouddhiste du Mont Daisen

À côté du temple Daisen-ji, se trouve Sanrakuso, un établissement qui permet de vivre une expérience unique : celle de dormir sous le même toit que les moines. Il est donc possible d’y séjourner, mais aussi simplement d’y manger. Les moines ayant un régime alimentaire végétarien en accord avec leurs croyances, c’est l’occasion de goûter à la shojin ryori, la cuisine bouddhiste. Les Japonais et les étrangers pensent souvent que ce genre de repas coute cher, or ce n’est pas le cas. Il y a certes de copieux menus à l’aspect raffiné, mais également des plats plus simples comme des nouilles udon au curry. Pour découvrir cette cuisine bouddhiste il faudra penser à réserver à l’avance.

Au pied du temple Daisen-ji se trouve la petite maison de thé Tenguchaya. Littéralement, son nom signifie « la maison de thé du tengu« , le tengu est un être hybride issu de la mythologie japonaise, connu pour son long nez. Celui du mont Daisen est représenté par un corbeau ailé qui, en bon gardien, attrapera les gens impurs qui essayeront d’aller sur cette montagne sacrée. Il est possible d’y manger ou de simplement se reposer. À noter qu’un menu végétarien y est proposé.

Intérieur de la maison de thé Tenguchaya du mont Daisen.
Pour se rendre à Sanrakuso et à Tenguchaya : Environ 50 minutes depuis la gare d’Hoki Daisen à bord d’un bus Nihon Kotsu ; ou 30 minutes de taxi depuis la gare de Yonago.

Voyager à Tottori pour profiter de l’automne

Lorsque vient l’automne, les arbres qui se parent de couleurs de feu transforment les paysages du Japon. Entre les momiji du mont Mitoku et les crabes matsuba que l’on commence à pêcher en novembre, il existe bien des raisons de visiter Tottori en automne !

Faire un pèlerinage automnal au Mont Mitoku

Le mont Mitoku (三徳山) se situe dans la ville de Misasa, qui est célèbre pour ses sources thermales onsen. Faire l’ascension du Mont Mitoku, c’est purifier son corps et son esprit afin de renaître. Nous suivons les pas des pèlerins d’autrefois à travers la randonnée des sept temples, nécessaire à la purification des cinq sens. Le Mont Mitoku est un site préservé où les interventions humaines sont rares. Les chemins sont donc étroits, escarpés et glissants. Étant sur le territoire des dieux, même si on s’aide des racines et des arbres pour grimper, il faut le faire en respectant la nature. Il est important d’être bien équipé avec des chaussures de randonnée et des gants. Si les semelles de vos chaussures sont glissantes, vous pourrez porter les sandales de paille qui s’adapteront mieux au relief de la montagne.

On dit que le panorama depuis les temples purifie la vue. Après en avoir fait l’expérience, je veux bien le croire. J’ai adoré m’asseoir au temple Monju-do les pieds dans le vide. Faire le tour du temple permettrait d’obtenir les trois vertus du Mont Mitoku : la sagesse, le bonheur et la longévité. Je crois que je ne me suis jamais extasiée à ce point face à la nature que pendant cette ascension. Certes, celle-ci est difficile, mais elle en vaut la peine, je ne regrette pas de l’avoir faite. La vue sur les montagnes environnantes était incroyable et j’ai été subjuguée par les couleurs de l’automne.

Ce pèlerinage en pleine nature se termine au pied du temple Nageire-do (投入堂), désigné Trésor National. Ce temple incrusté dans la falaise est impressionnant à voir, et très bien entretenu depuis des siècles. Datant du 12e siècle, cette prouesse architecturale est époustouflante pour l’époque.

Admirer la cascade Amedaki

J’ai toujours aimé les cascades, j’avais donc hâte de découvrir celle d’Amedaki, la cascade de la pluie (雨滝). Une fois descendue du taxi, j’ai emprunté l’escalier qui se dirigeait au pied de la montagne. Son bois était couvert de mousse, une mousse d’un vert éclatant qui témoignait de la flore luxuriante et de l’air chargé en humidité. À travers les arbres, je distinguais une grande et fine cascade, puis au loin je vis la grande cascade d’Amedaki. Quelle bonne surprise de découvrir deux cascades au lieu d’une ! C’est un écrin de verdure entre montagne et forêt, formé de mousse verte, d’érables rouges et jaunes, et de cette eau d’un blanc pur qui se déversait entre les rocs. C’est un véritable havre de paix agrémenté d’une superbe palette de couleurs. Quitte à voyager à Tottori en automne, autant venir s’abreuver de la beauté de ce lieu.

La cascade Amedaki se situe à environ 20 km de la ville de Tottori. « Ame » signifie « pluie » et « daki » est un dérivé de « taki » qui veut dire « cascade », donc littéralement, la cascade la pluie. Elle est nommée ainsi à cause de la puissance et du son de sa chute d’eau qui rappelle la pluie. Cette caractéristique lui donne aussi le surnom de cascade masculine en contraste avec sa voisine, la cascade Nunobiki dont la chute d’eau est plus fine et silencieuse. Haute de 40 m, le débit de Amedaki est impressionnant. En m’approchant, je pouvais sentir quelques gouttelettes arroser mon visage. Son eau était si belle et claire, apparemment elle serait sacrée et aurait des bienfaits pour la peau. Cette cascade est le point de départ d’une randonnée menant à 48 autres cascades !

Pour se rendre à Amedaki : à la gare JR Tottori, prenez un le bus Hinomaru en direction d’Ametaki et descendez à l’arrêt Ametaki (environ 1h). Depuis l’arrêt de bus, marchez une vingtaine de minutes pour atteindre la cascade.

Goûter au crabe de Tottori

Voyager à Tottori pour profiter de l’automne, c’est aussi l’occasion de goûter à ses mets de saison ! Sa proximité avec la mer du Japon permet d’y pêcher de délicieux crabes qui sont devenus l’une des spécialités de Tottori. Le marché aux fruits de mer Karoichi regorgeait de ces énormes crabe qui sont pêchés de novembre à mars. Il s’agit de crabes matsuba, dont les mâles sont deux fois plus gros que les femelles. Une dame m’a expliqué que pour reconnaitre un bon crabe, il faut qu’il soit bien rouge, qu’il ait toutes ses pattes et que son abdomen soit plat. Elle m’a demandé si je voulais en toucher, avant de finalement me le mettre entièrement dans la main. C’est un marché convivial qui rappelle ceux d’autrefois et où on peut discuter ou demander des conseils.

Crabe japonais dans un marché aux fruits de mer à tottori
Au marché de fruits de mer Karoichi, le crabe matsuba-gani est en première loge.

À quelques pas du marché, j’ai déjeuné dans un restaurant qui sert principalement du crabe. Nous avions le choix entre le mushi-gani, du crabe cuit à la vapeur, et le yaki-gani, du crabe grillé. J’ai choisi ce dernier qui est plus pratique à manger car le crabe est déjà coupé contrairement au mushi-kani dont il faut couper les pattes et essayer tant bien que mal d’en faire sortir la chair. Le crabe coûte très cher, depuis que j’habite au Japon ce n’est que la deuxième fois que j’avais l’occasion d’en manger, et je me suis régalée.

Pour se rendre au marché aux fruits de mer de Karoichi : 10 minutes de taxi depuis la gare de Tottori, ou 20 minutes de taxi ou de bus depuis l’aéroport de Tottori.

Hakuto-jinja, le sanctuaire du lapin blanc d’Inaba

Sur les côtes de la préfecture de Tottori, Hakuto-jinja surplombe la mer du Japon. Il s’agit de l’un des plus vieux sanctuaires du Japon. Ce doit être pour cette raison que son énorme shimenawa me rappelle celui, bien plus imposant, du sanctuaire Izumo Taisha. Hakuto jinja est rattaché à l’ancienne légende issue de la mythologie japonaise, celle du lapin blanc d’Inaba. Bien que le sanctuaire soit de petite taille, il est réputé autant pour pouvoir guérir les maladies de peau et les blessures que pour trouver l’amour, et on peut en plus y voir des lapins de partout !

immense corde tressée sur la devanture d'un sanctuaire japonais
L’imposant shimenawa de Hakuto jinja de Tottori, un des plus vieux sanctuaires shintoïstes du Japon.

La légende du lapin blanc d’Inaba raconte qu’un jour celui-ci se trouva bloqué sur l’île d’Oki. Afin de rentrer à Inaba, il demanda à des requins de s’aligner pour les compter en leur sautant dessus, afin de savoir qui des lapins ou des requins étaient les plus nombreux. Constatant que les requins l’avaient cru, il se mit à se moquer d’eux en avouant vouloir juste traverser. Si près du but, un requin l’attrapa alors et le dépeça. Le lapin blessé ne reçu de l’aide que d’Okuninushi, qui lui conseilla de se baigner dans de l’eau douce ce qui fit repousser son pelage. Remis de ses blessures, le lapin prédit à Okuninushi qu’il serait choisi par la princesse que lui et ses frères étaient partis courtiser.

Des plaques de vœux dans un sanctuaire de la préfecture de Tottori
Les ema du sanctuaire sont à l’effigie des protagonistes de la légende d’Inaba.
Pour se rendre au sanctuaire d’Hakuto : Environ 40 minutes à bord d’un bus Hinomaru depuis la gare de Tottori (descendre à l’arrêt « Hakuto-jinja-mae »).

Le ryokan Marumo Onsen

Voyager, c’est aussi se relaxer. Alors après avoir profité de la beauté de l’automne, place aux onsen de Tottori ! Je me suis rendue au ryokan Marumo, une auberge traditionnelle japonaise qui dispose d’un onsen dont l’eau provient directement de sa source ! Situé au centre ville, près de la gare JR Tottori, il est idéalement placé pour pouvoir accéder facilement aux transports en commun. Dans ce ryokan, les chambres n’avaient pas de numéro, mais des noms de végétaux : sakura, ume, momiji… Ma chambre à l’occidentale se nommait botan, ce qui signifie pivoine, et donnait sur le petit jardin intérieur du ryokan. La partie des bains était dans une annexe, le noren rouge indiquait l‘onsen des femmes, le bleu celui des hommes. Immergée dans le bain bien chaud, je pouvais profiter de la vue sur un petit jardin.

Pour se rendre à Marumo Onsen : 5 minutes de marche depuis la gare de Tottori.

Comment aller à Tottori ?

Se rendre à Tottori en avion depuis Tokyo : Depuis Haneda, le vol est direct jusqu’à l’aéroport de Tottori et dure environ 1h20.

Se rendre à Tottori en train depuis le Kansai : Depuis la gare de Shin-Osaka, prendre l’Express Railway Limited Express Super Hakuto en direction de Chizu (environ 2h50). Ce train n’est pas accessible avec un JR Pass, mais il reste possible de se rendre à Tottori avec le Japan Rail Pass en empruntant le Limited Express Hamakaze au départ d’Osaka, mais attention à ses horaires car il circule peu.

Je garde un agréable souvenir de ces trois jours à Tottori et je suis vraiment contente d’avoir pu visiter davantage la préfecture. Je pense que l’automne est clairement la meilleure saison pour y faire un voyage. Tottori est d’ailleurs un lieu important dans la culture pop de certains mangas très populaires au Japon comme Détective Conan et Gegege no Kitaro !

Article écrit en partenariat avec la préfecture de Tottori.

Eva C

Eva C

Amoureuse des langues étrangères, l'apprentissage du japonais me fit m'installer au pays du soleil levant en mai 2011. Résidant près de Kobe, j'aime parcourir l'archipel pour découvrir de nouveaux endroits qui réveillent mon âme de touriste en me rappelant ce pourquoi j'aime le Japon. Toujours munie de mon appareil photo j'explore continuellement et faire des sorties vêtue de mes propres kimono fait partie de mes hobbys. Ainsi c'est toujours avec plaisir que je partage un peu de mon Japon sur mon blog et maintenant sur Voyapon.

www.frenchynippon.com/

Laisser un commentaire


X