Informations concernant l’ascension du mont Fuji pour la saison 2020. En raison des mesures de prévention liées à la propagation du COVID-19, il a été décidé que les sentiers de randonnée du Mont Fuji resteront fermés pour toute la saison 2020. Bien que ces dispositions soient regrettables, la santé et la sécurité des randonneurs quant au coronavirus doivent être la priorité et nous nous réjouissons déjà pour la prochaine saison de randonnée qui débutera en juillet 2021.

Le mont Fuji (富士山) est sans doute le symbole le plus iconique du Japon, adoré par les touristes et considéré comme sommet sacré par les japonais. Bon nombre de personnes rêvent de pouvoir gravir son sommet pour y admirer le lever du soleil depuis la montagne la plus haute et la plus sacrée du Japon.

Grimper jusqu’au sommet du mont Fuji à 3776 mètres d’altitude n’est pas une mince affaire. Pourtant les randonneurs affluent par centaines chaque année, désireux d’accomplir cette ascension souvent inscrite dans leur liste de choses à faire une fois dans leur vie. Avant de vous lancer dans cette ascension, voici quelques informations qui vous seront utiles, de l’heure idéale pour entamer votre randonnée à ce qui vous attend une fois arrivé au sommet !

1. Une saison est dédiée à l’ascension du mont Fuji

Bien qu’il soit théoriquement possible de gravir le mont Fuji toute l’année, il est fortement recommandé aux intéressés de se rendre sur place durant la saison de randonnée officielle, généralement entre juillet et septembre chaque année. Il s’agit non seulement de la période la plus chaude et la plus sûre pour appréhender la randonnée, mais c’est aussi durant ces quelques mois que les boutiques d’équipements et de souvenirs sont ouvertes.

Seuls les randonneurs les plus expérimentés peuvent être autorisés à se lancer dans l’ascension du mont Fuji hors saison, en se soumettant à une série de règles très strictes. Il faut pouvoir fournir la preuve que l’on dispose de tout l’équipement nécessaire, puis remplir un plan d’ascension et le faire approuver. Les autorités étant très soucieuses de la sécurité et du bien-être des randonneurs, ces réglementations ont été mises en place afin de protéger les visiteurs qui entreprennent l’ascension du mont Fuji. Vous retrouverez toutes les directives pour grimper en haut du mont Fuji hors saison sur le site web officiel.

2. Il existe plus d’une manière de rejoindre le sommet !

Il existe quatre sentiers différents pour rejoindre le sommet du mont Fuji, chacun de difficulté et de durée différente. On trouve au total 10 stations de repos sur le mont Fuji et la plupart des sentiers démarrent à la 5e station. Prenez bien connaissance de toutes ces possibilités avant de choisir votre parcours !

Le sentier Yoshida : il s’agit du parcours le plus populaire, notamment grâce à la superbe vue qu’il offre sur les cinq lacs du Mont Fuji dès le départ.

Le sentier Fujinomiya : ce sentier est également l’un des plus populaires, mais s’il s’agit du plus rapide, c’est aussi le plus raide, et donc pas nécessairement le plus facile.

Le sentier Subashiri : ce sentier démarre à une altitude plus basse que les autres parcours et permet de profiter d’une randonnée en forêt au début de votre itinéraire.

Le sentier Gotemba : Le parcours nécessitant le plus de temps pour achever l’ascension. Le sentier Gotemba n’est pas recommandé pour les randonneurs débutants.

3. Prévoyez un équipement adéquat !

Cela va de soi, mais il est bien entendu nécessaire de prévoir un équipement adéquat pour gravir le plus haut sommet du Japon ! Ce que cela inclut ? Quelques éléments absolument indispensables à prendre avec vous pour être prêt quelques soient les circonstances.

Des chaussures de marche — Le sol que vous foulerez durant l’ascension du mont Fuji varie légèrement mais il est globalement irrégulier et rocheux (souvenez-vous qu’il s’agit d’un volcan), les chances que vous vous retrouviez sur votre derrière sont donc quasiment de 100%. Afin de minimiser la fréquence à laquelle cela se produit, il est essentiel de porter des chaussures de marche robustes. Et non, les baskets, ça ne compte pas !

Des vêtements chauds — Bien qu’il fasse souvent une chaleur cuisante au pied du Mt. Fuji durant la saison de randonnée, vous ressentirez un changement dès la septième station, comme si l’on passait soudainement de l’été à l’hiver. Les températures peuvent descendre très bas au sommet, notamment pendant la nuit ou au petit matin. Vous pouvez prévoir des chaufferettes et surtout plusieurs couches de vêtements à mettre ou enlever selon l’altitude.

Une lampe de poche — N’importe quelle lampe de poche vous aidera à gravir le mont Fuji de nuit puisqu’il est extrêmement difficile de voir où vous posez les pieds. Néanmoins, la plupart des randonneurs choisissent de porter un casque avec lampe ou une lampe frontale, afin d’avoir leurs mains libres pour marcher. Cela vous simplifiera la vie !

De l’eau — Il est recommandé de prévoir 2 litres d’eau par personne, mais n’hésitez pas à prévoir plus si vous pouvez en supporter le poids. Gardez bien en tête que vous ne trouverez aucune poubelle sur le mont Fuji, il faudra donc conserver les bouteilles en plastique avec vous pour les jeter une fois de retour.

Des encas — Cela peut aller d’un onigiri à du bœuf séché, en passant par un mélange de noix et de fruits secs… Peu importe le snack, prenez avec vous quelque chose qui vous donnera un boost d’énergie !

(Optionnel) Des bâtons de marche — Vous pourrez acheter des bâtons de marche dans les boutiques de souvenirs de la 5e station avant d’entamer la randonnée. Pendant que vous marcherez de station en station, il vous sera possible de faire graver vos bâtons pour garder une trace de votre progression. Notez tout de même que ces gravures coûtent à chaque fois quelques centaines de yens. Les bâtons de marche vous rendront la randonnée plus aisée et vous pourrez ensuite les garder en souvenir.

(Optionnel) Une petite bouteille d’oxygène — Si vous souffrez du mal des montagnes, l’oxygène en bouteille peut vous aider à soulager quelques-uns des symptômes tels que les nausées ou l’essoufflement. Vous en trouverez en vente à la 5e station.

4. Démarrez la randonnée de nuit pour un lever de soleil au sommet

Vous êtes libres de démarrer votre randonnée à l’heure qui vous convient, mais bon nombre de marcheurs partent pendant la nuit afin d’atteindre le sommet à l’aube, juste à temps pour profiter du lever du soleil, aussi appelé goraiko (ご来光). Voir le soleil se lever depuis le sommet du mont Fuji n’est pas seulement une expérience à couper le souffle, on raconte également que cela porte chance.

5. Attention au mal des montagnes !

La plupart des gens associent le mal d’altitude avec un trajet en avion, mais il est également très courant de le ressentir lors d’une randonnée en altitude élevée. Les symptômes peuvent inclure des vertiges, maux de tête, difficultés à respirer et nausées. Afin d’éviter toute gêne, prévoyez de vous reposer à chacune des 10 stations en chemin pour un minimum de 20 minutes, ce qui permettra de vous adapter aux changements d’altitude. Il est également possible de dormir dans l’un des refuges installés le long du parcours. Il vous faudra simplement appeler à l’avance pour faire une réservation et compter des frais d’environ 6000 yens.

6. Les toilettes sur le mont Fuji sont payantes

Il est primordial de penser à prendre de la monnaie avant de se lancer dans l’ascension du mont Fuji, les toilettes sur place étant payantes. Leur tarif augmente d’ailleurs à mesure que l’on se rapproche du sommet. Il faut compter en moyenne 200/300 yens par passage aux toilettes. Des frais tout à fait justifiés si l’on prend en compte le nombre de personnes utilisant ces toilettes durant la haute saison et à quel point il est compliqué de les entretenir.

7. Priez dans un sanctuaire, mangez des ramen, envoyez des cartes postales… depuis le sommet !

Vous serez accueillis au sommet du mont Fuji par l’excitation débordante de tous les randonneurs ayant atteint leur objectif. Là-haut, vous trouverez également les sanctuaires Kusushi et Okumiya, des restaurants, des boutiques de souvenirs et plus encore. Vous y trouverez même un bureau de poste en activité depuis lequel envoyer quelques cartes postales à vos proches pour leur dire que vous êtes bien arrivés au sommet sain et sauf !

Et pendant que vous êtes là haut, n’oubliez pas de jeter un œil au cratère, le mont Fuji étant avant tout un volcan !

Compléter votre itinéraire autour du mont Fuji

Si l’ascension du mont Fuji est une étape importante, il serait dommage d’en faire votre seule activité dans cette région du Japon ! Pensez à inclure la randonnée dans un itinéraire plus large pour profiter des paysages et activités des environs. Vous pourrez par exemple faire un tour à Kawaguchiko, visiter grottes et sanctuaires à Shizuoka, ou encore profiter des onsen et des hôtels luxueux de Hakone.

Bon courage et bonne randonnée !

Traduit de l’anglais par Marion Pont

Elena Galindo

Elena Galindo

Originally hailing from Italy, Elena has never ever been able to stay in one place for too long. She is currently living in Shizuoka, Japan, but constantly in the process of planning her next escapade. Though traveling is her main love in life, she also enjoys scouring vintage shops for the tackiest items, searching for the spiciest ramen in Japan, and writing about her (mis)adventures. Follow her instagram at @nouchali

lostlenablog.wordpress.com/blog/


X