Fukuoka est la plus grande ville de l’île de Kyushu. Une ville en bord de mer d’où on peut partir à la découverte de nombreuses petites îles. Connue pour sa vie nocturne particulièrement active autour des yatai, de petites échoppes de rue qui ouvrent à la nuit tombée, la vie à Fukuoka est douce pour ses habitants qui profitent à la fois de tous les avantages de la ville sans jamais être très loin de la nature et des paysages grandioses de Kyushu. On y trouve aussi une cuisine variée de très grande qualité.

Mais qu’en est-il pour les touristes qui souhaiteraient découvrir la ville ? Lorsque je demandais aux habitants de Fukuoka ce que je pouvais visiter lors de mon séjour dans cette ville, les réponses étaient hésitantes et on me répondait inlassablement que Fukuoka était une ville où il fallait habiter pour en comprendre la beauté. Sans doute y a-t-il du vrai dans cette affirmation, mais deux jours à explorer Fukuoka m’ont permis de lever le voile sur une ville qui regorge de richesses culturelles. Loin d’être un guide complet du tourisme à Fukuoka, voici des lieux, souvent méconnus, qui vous permettront de mieux comprendre pourquoi les habitants de Fukuoka sont si attachés à cette ville magnifique.

Hakataori Sanui, visite d’une usine de textile historique

Hakataori Sanui est une usine textile qui commença son activité il y a plus de 770 ans. On a rarement l’occasion de visiter des ateliers de tissage aussi anciens que celui de Sanui ; l’industrie du textile du Japon, comme de tous les pays industrialisés, s’étant largement délocalisée vers des pays où la main d’œuvre est moins chère. Mais Sanui a su résister aux pièges de la mondialisation grâce à la qualité d’un travail perpétuant des méthodes traditionnelles de tissage qui confèrent au tissus d’Hakata une solidité et une beauté incomparable.

Cette qualité irréprochable a permit à Sanui de se hisser au sommet et d’y rester à travers les siècles. La majorité des produits qui sortent de l’usine sont destinés au grand public, mais Sanui compte aussi l’empereur du Japon lui-même parmi sa clientèle. Dans une vitrine à l’entrée de Sanui, on peut admirer des pièces historiques de toutes les époques qui sont sorties de ses ateliers pour des évènements spéciaux.

Lorsqu’on connaît l’histoire prestigieuse de Sanui, on est d’autant plus surpris, et reconnaissant, de pouvoir en visiter les ateliers dans la plus totale des libertés.

Des machines ont aujourd’hui remplacées les ateliers de tissages en bois utilisés autrefois. Mais il ne faut pas croire que le travail se fait tout seul. la mise en place est longue et nécessite un savoir-faire de haut niveau. Chaque fil est noué à la main sur d’immenses bobines qu’il faut aussi mettre en place avec beaucoup de précision sur des machines réglées avec une patience infinie.

Je n’avais jamais pu pénétrer à l’intérieur d’un atelier textile, et cette visite fut très impressionnante. L’atelier n’est pas très grand, et il est incroyable de se dire que tous les tissus produits par Sanui sont tissés dans cette petite pièce. Je me suis surtout rendu compte du travail que cela représentait et de l’extrême précision nécessaire à l’obtention d’un textile aussi finement tissé que ceux de Sanui.

Les machines de l’usine sont programmées pour reproduire les gestes précis du tissage d’Hakata qui confèrent à ce tissus une solidité exceptionnelle. Ces gestes, vous pourrez les apprendre dans la boutique de Sanui. Un atelier de tissage en bois vous permet de vous essayer à ces techniques de tissage traditionnelles qui ont fait la renommée du textile de la région. Des gestes en réalité simples mais qui demandent une certaine concentration. Certaines personnes passent des heures assis derrière cet atelier pour le seul plaisir que leur procure ce moment de tissage, qui peut vous faire entrer dans une forme de méditation.

Et si vous désirez ramener chez vous un peu de cet artisanat fascinant, vous trouverez un large choix de produits dans la boutique de Sanui. Contrairement à ce qu’on pourrait penser pour des produits sortis d’un atelier aussi prestigieux que Sanui, les objets en vente dans la boutique sont vendus à des prix extrêmement accessibles. Cravates, porte-feuilles, trousses… tous les produits arborent de magnifiques motifs sortis de la tradition japonaise. N’hésitez surtout pas à vous faire plaisir, il est peu probable que vous retrouviez des objets en tissus d’une telle qualité pour ce prix-là et vous aurez avec vous un souvenir dont vous connaitrez l’histoire et les secrets de fabrication.

L’artisanat de Fukuoka

Le textile n’est pas la seule spécialité de Fukuoka. Le quartier d’Hakata fut autrefois l’un des centres névralgiques du commerce à Kyushu. Une époque qui a durablement marquée le quartier d’Hakata qui s’est enrichi culturellement et a développé des spécialités très diverses.

Le Hakatamachi Furusatokan est une sorte de centre culturel qui met en avant la richesse culturelle de Fukuoka. On y trouve des informations et des vidéos sur les festivals de la ville, mais aussi de nombreuses expositions sur l’artisanat de Fukuoka.

On retrouve bien entendu quelques informations sur le textile, mais aussi d’autres formes d’artisanat tout aussi fascinants. Un artisan assure d’ailleurs une permanence à l’intérieur du bâtiment pour faire des démonstrations et expliquer ses techniques aux visiteurs.

Les artisans qui prennent part à la démarche du Furusatokan se partagent les jours de la semaine. Lors de mon passage, Chikushi-san présentait son savoir-faire en matière de toupies. Les toupies d’Hakata sont si célèbres que certaines pièces peuvent se vendre pour plusieurs dizaines de milliers d’euro. Un prix exorbitant qui s’explique par la durée de conception que peut nécessiter une toupie. Les pièces les plus complexes peuvent prendre 5 années avant d’être finalisées.

Une vidéo qui passait en boucle derrière Chikushi-san me permit de comprendre pourquoi les toupies d’Hakata étaient si spéciales. Elles peuvent tourner sans s’arrêter pendant 20 minutes et les artistes qui se servent des toupies ne manquent pas d’imagination pour faire des spectacles impressionnants. Ils peuvent faire tourner des toupies sur un fil tendu ou sur la tranche d’un éventail ouvert. Jamais je n’aurais cru qu’il était possible de faire de telles choses avec des toupies !

L’expérience de Chikushi-san en matière de toupies lui vient de loin. Il est l’héritier d’une longue tradition familiale qui dure depuis 20 générations. Et ce n’est pas son seul talent. Joueur de taiko (tambours japonais), c’est lui qui a enregistré les percussions de la bande originale du film Mémoires d’une Geisha. Une rencontre aussi impressionnante qu’enrichissante avec un homme ouvert et accessible qui représente si bien la longue tradition de l’artisanat d’Hakata.

La boutique de souvenirs de Hakatamachi Furusatokan regroupe des objets issus de l’artisanat varié de Fukuoka. Et si vous désirez passer un peu plus de temps à flâner dans des boutiques à la recherche de spécialités de la région, vous pourrez poursuivre votre immersion dans la rue de Kawabata.

Cette longue rue couverte fait 400 mètres de long et compte environ 130 boutiques, historiques pour certaines, qui vendent toutes sortes d’artisanat ou de spécialités de la région. Située à quelques pas de l’immense complexe commercial Canal City, vous vous trouverez au milieu des deux aspects de Fukuoka, entre tradition et modernité.

Le plus grand Bouddha en bois du Japon dans le temple de Tochoji

Le temple de Tochoji est l’un des plus anciens temples bouddhiste du Japon. Construit en 806, le temple fut déménagé dans son emplacement actuel en 1630 après avoir été victime d’un incendie.

Mais si le temple de Tochoji est aujourd’hui célèbre, c’est avant tout par la présence en son sein du plus grand Bouddha en bois du Japon. Cette statue est en réalité très récente. Elle fut terminée en 1992 après 4 années de travail. Plus de 10 mètres de haut pour un poids de 30 tonnes, cette statue est particulièrement imposante. Mais je fus avant tout impressionné par l’immense quantité de détails de la sculpture. L’arrière plan de la statue est d’ailleurs constitué de 5000 petites statues de Bouddha.

Pour vivre une expérience particulièrement marquante, il est possible de pénétrer à l’intérieur de la statue. Un petit couloir labyrinthique totalement hermétique à la lumière passe sous la statue. Il ne faut pas beaucoup de temps pour arriver de l’autre côté du couloir, pourtant ce fut une expérience extrêmement marquante. Privé de toute stimulation visuelle, plongé dans l’ambiance sacrée et silencieuse du temple, ce petit tunnel vous amène à effectuer un véritable cheminement intérieur.

Kushida, le plus beau sanctuaire de Fukuoka

Dernier arrêt dans mon exploration du vieux quartier d’Hakata : le sanctuaire de Kushida. Il s’agit de l’un des plus anciens sanctuaires de la ville. Construit en 757, il fut construit pour protéger la ville lorsqu’elle s’ouvrit au commerce maritime.

Idéalement situé, à deux pas de la gare d’Hakata, il s’agit probablement d’un des lieux les plus visités de Fukuoka. Car le sanctuaire de Kushida est aussi l’un des plus beaux sanctuaires de la ville. Un endroit magnifique où découvrir les rituels de la tradition shintoïste auxquels se prêtent quotidiennement les habitants de Fukuoka.

Vous pourrez même tester votre bonne fortune en tirant un omikuji traduit en anglais. Les omikuji sont des oracles dont les japonais sont particulièrement friands. Le principe est simple : après avoir glissé des pièces dans une fente, vous tirez un petit papier qui vous prédira chance ou malchance pour les mois qui viennent. Généralement, les omikuji ne sont disponibles qu’en japonais, mais le sanctuaire de Kushida accueillant de plus en plus de visiteurs étrangers, les responsables du sanctuaire ont eu la bonne idée de proposer des omikuji en anglais, en coréen, en chinois et en taïwanais. Si votre omikuji ne présage rien de très agréable, il vous suffira de l’accrocher dans les branches d’un arbre et de laisser le vent se débarrasser de votre malchance passagère.

C’est aussi au sanctuaire de Kushida que débute chaque année le dernier trajet des chars du festival d’Hakata Gion. Durant la première quinzaine de Juillet, les chars richement décorés parcourent la ville de Fukuoka lors de ce célèbre festival. Un de ces chars est exposé toute l’année au sanctuaire de Kushida. Vous pourrez admirer les couleurs vives et les innombrables détails de ce char démesurément haut, en tentant de l’imaginer entrain de défiler dans les rues de Fukuoka.

Le parc Ohori, un lac immense en plein cœur de la ville de Fukuoka

Situé au centre de Fukuoka, le parc Ohori est surtout composé d’un immense lac dont on peut faire le tour. Des ponts reliant entre eux les îlots qui se trouvent sur le lac permettent également de traverser le lac d’une rive à l’autre.

Le lac se trouve en réalité sur les ruines des douves du château de Fukuoka, qui furent transformées en parc en 1929.

Il est rare de trouver un lac d’une telle taille en pleine ville. Cette immense étendue d’eau bordée d’arbre se mêle aux buildings résolument modernes de la ville de Fukuoka, donnant naissance à des paysages qui me firent tout de suite penser au parc d’Ueno à Tokyo.

Le lac crée une ambiance apaisante qui nous donne instantanément la sensation de ne plus être en ville. On croise de nombreuses espèces d’oiseaux qui se reposent sur les eaux tranquilles du lac ou qui plongent à la recherche de quelques poissons.

On croise bien quelques touristes sur les rives du lac, mais ce sont surtout les habitants de Fukuoka qui s’y rendent pour promener leurs chiens ou pour faire leur jogging. Une ambiance à la fois calme et animée, où se découvrir la vie quotidienne des habitants du coin tout en se rapprochant de la nature sans même sortir de la ville.

En bordure du lac, vous pourrez également visiter un jardin japonais et le musée d’art moderne de Fukuoka.

Les rochers sacrés de Sakurai Futamigaura

En s’éloignant un peu de la ville de Fukuoka, au nord d’Itoshima, on peut admirer l’impressionnante baie de Sakurai Futamigaura, célèbre pour ses deux rochers sacrés Meoto Iwa. Les deux rochers sont liés entre eux par une immense corde tressée pesant près d’une tonne, donnant à ce lieu, déjà magnifique en soit, une esthétique typiquement japonaise.

La légende veut que le soleil se soit marié à Sakurai Futamigaura, un lien symbolisé par cette corde qui relie les deux rochers. Et s’il est question du soleil dans cette légende c’est probablement à cause des superbes couchers de soleil que l’on peut admirer depuis la baie de Sakurai Futamigaura.

Lorsque je suis arrivé devant les rochers Meoto Iwa, la lumière du jour déclinait peu à peu. Malheureusement, ce jour là d’épais nuages recouvraient le ciel. Armé de mon trépied, je pu tout de même faire de beaux clichés pour immortaliser l’ambiance unique de cette baie, mais je n’eus pas le la chance d’admirer l’un des légendaires couchers de soleil que l’on peut observer depuis Sakurai Futamigaura.

A la bonne saison, le soleil vient se loger exactement entre les deux rochers lorsqu’il s’approche de l’horizon. Un spectacle d’une telle beauté que Sakurai Futamigaura est inscrit à la liste des 100 plus beaux lieux où observer le coucher de soleil au Japon.

Je trouve que la beauté très particulière de ce paysage en dit long sur la culture japonaise. L’intervention humaine dans ce panorama se limite à une corde qui lie deux rochers et un torii blanc qui encadre le tout depuis la plage. La nature est célébrée, respectée dans sa beauté d’origine, sublimée par ces marques de respect religieux ajoutées avec beaucoup de sobriété.

Une auberge traditionnelle en centre-ville

Pour prolonger votre découverte du Japon traditionnel à Fukuoka, vous pourrez séjourner au Nishi-tei. En plein cœur de Fukuoka, le Nishi-tei était une habitation traditionnelle avant d’être transformé en ryokan. Le bâtiment est relativement grand pour une maison, mais transformé en auberge il semble tout de suite beaucoup plus intimiste. On a véritablement la sensation de prendre part à la vie des japonais d’une autre époque le temps d’une nuit.

On se sent vite chez-soi au Nishi-tei. Chez-soi, mais au Japon. Cour intérieure d’inspiration zen, couloirs en bois magnifiquement décorés par des sculptures pleines de détails, chambres en tatamis… Cette auberge est pourvue de tous les charmes des habitations traditionnelles japonaises. Vous pourrez même vous plonger dans un bain délicieusement chaud pour vous détendre avant d’aller vous coucher dans votre futon.

Au petit matin, un petit déjeuner digne des meilleurs ryokan vous attend dans une salle à manger magnifique. Les nombreux plats que vous aurez l’occasion de découvrir lors du petit déjeuner font la part belle aux spécialités de Fukuoka, comme le mentaiko, ces œufs de poissons épicés qu’on mange traditionnellement avec son bol de riz.

Vous entamerez votre journée le ventre plein et le sourire aux lèvres, et vous sortirez dans les rues de Fukuoka avec une délicieuse sensation de dépaysement.

Informations pratiques

Hakataori Sanui

Adresse : 3-51-22, Odo, Nishi-ku, Fukuoka, Japon
Téléphone : (+81) 92-286-4478 (ligne téléphonique en anglais, ouverte de 8h à 20h)
Site internet (en japonais) : https://sanui-orimono.co.jp/gallery/index
Horaire d’ouverture : Tous les jours de 9h à 17h
Tarif : visite gratuite

Des visites guidées sont disponibles en anglais sur réservation. Plus d’informations ici : https://yokanavi.com/en/tour/177043/

Hakatamachi Furusatokan

Adresse : 6-10 Reisenmachi, Hakata Ward, Fukuoka, 812-0039, Japon
Téléphone : +81 92-281-7761
Site internet (en japonais) : http://www.hakatamachiya.com/
Horaires d’ouverture : Tous les jours de 10h à 18h

Temple de Tochoji

Adresse : 2-4 Gokushomachi, Hakata Ward, Fukuoka, 812-0037, Japon
Téléphone : +81 92-291-4459
Site internet (en japonais) : https://www.tochoji.net/
Horaires d’ouverture : Tous les jours de 9h à 16h45

Sanctuaire de Kushida

Adresse : 1-41 Kamikawabatamachi, Hakata Ward, Fukuoka, 812-0026, Japon
Téléphone : +81 92-291-2951
Horaires d’ouverture : Tous les jours de 4h à 22h

Parc Ohori

Adresse : 1 Ohorikoen, Chuo Ward, Fukuoka, 810-0051, Japon
Site internet (en japonais) : https://www.ohorikouen.jp/

Nishi-tei

Adresse : 1 Chome-8-10 Shirogane, Chuo Ward, Fukuoka, 812-0012, Japon
Téléphone : +81 92-531-7777
Site internet : https://en.zen-oyado-nishitei.com/

Article écrit en partenariat avec le Bureau des Transports de la Région de Kyushu

Joachim Ducos

Joachim Ducos

Muni d'un visa étudiant, j'étudie le japonais dans une école à Tokyo tout en partant à la découverte du Japon, ce pays magique qui m'a fait partir si loin de ma France natale.

Laisser un commentaire


X