fbpx Skip to main content

« Konnichiwa ! » me lancèrent avec enthousiasme des étudiants auxquels je répondais essoufflée et qui continuèrent à m’encourager avec leur bonne humeur. Je passai devant eux en pédalant sur les routes tranquilles de l’île d’Iwagi, dans la mer intérieure de Seto, et mes aventures sur la Shimanami Kaido ne faisaient que commencer.

Je ne suis clairement pas une cycliste. Au mieux, je me rends de temps en temps à une boutique sur ma fidèle mama-chari (le type de vélo équipé de paniers à l’avant que l’on retrouve absolument partout dans les rues de Tokyo). Et me voilà pourtant sur mon vélo à passer d’île en île, à sillonner des routes de campagnes et à traverser certains des plus longs ponts du monde. En partie intimidée, en partie excitée, j’étais en tout cas certaine que quoi qu’il arrive j’étais en train de vivre une belle aventure sur ces îles de la préfecture d’Ehime.

Un vélo devant le pont d'Omishima, sur l'île d'Omishima

La Shimanami Kaido est une route qui relie l’île principale du Japon à l’île voisine de Shikoku en passant par six des neuf îles Geiyo (dans la région de Setouchi). Entourée par la mer intérieure de Seto, cette route traverse de magnifiques paysages et offre un aperçu de la vie rurale des îles japonaises. La piste cyclable est clairement balisée, avec des chemins qui se séparent parfois de la route, offrant des pentes plus douces pour les vélos. Et pourtant, malgré ces aménagements, elle fait à peine plus de 70 km et peut être parcourue en une seule journée par des cyclistes. La location des vélos sur place offre une grande flexibilité, vous n’aurez besoin de rien d’autre que de quelques snacks, un imperméable (au cas où) et l’envie de voyager en suivant les marques bleues au bord de la route.

Bien commencer : choisissez votre vélo (qui deviendra votre meilleur ami durant ce voyage)

À l’entrée du pont Kurushima Kaikyo se trouve l’Imabari Central Cycling Terminal Sunrise Itoyama où mon aventure allait commencer. Ici, vous pouvez faire votre choix parmi des centaines de vélos, dont des mama-chari, des vélos hybrides, des vélos électriques, et même des tandems. On trouve de nombreux centres de location de vélo le long des îles, offrant des choix différents et des heures d’ouverture variables.

Après avoir choisi un vélo hybride, un guide m’a aidé à ajuster la selle et j’ai pu l’essayer avant de prendre quelques photos devant le panneau emblématique de la Shimanami Kaido. Lorsque je me sentis suffisamment en confiance, je finis par m’élancer sur la route en direction du pont suspendu de Kurushima pour commencer mon voyage.

Imabari Central Cycling Terminal Sunrise Itoyama
Adresse : 2-8-1, Sunaba-cho, Imabari-shi, Ehime 794-0001
Téléphone : +81 898-41-3196
Horaires d’ouverture : (accueil) 7h – 21h, (location de vélos) 8h – 20h
Prix :
Adulte : 1100 yens par jour pour les vélos de ville et les vélos hybrides ; 1300 yens par jour pour les tandems ; 1600 yens par jour pour les vélos électriques (la batterie dure 6h). Il vous faudra également laisser 1100 yens de caution qui vous seront rendus si vous ramenez votre vélo dans le même centre de location.
Enfant : 300 yens la journée et 500 yens de caution.

Il est possible de réserver mais cela n’est pas obligatoire (durant la haute saison il est tout de même recommandé de faire une réservation si vous souhaitez louer un tandem ou un vélo électrique).

La piste cyclable Shimanami Kaido

La Shimanami Kaido est bien indiquée et jalonnée, certaines parties de la piste cyclable sont d’ailleurs totalement séparées de la route principale. Vous pouvez simplement suivre la ligne bleue qui est au sol, et faire quelques détours de temps en temps lorsque vous voulez voir d’autres lieux. Selon le temps dont vous disposez, vous pouvez emprunter quelques chemins indiquée comme « Island Explorer » pour découvrir les lieux touristiques des îles par lesquelles vous passez, comme le sanctuaire d’Oyamazumi sur l’île d’Omishima.

Panneau jalonnant la piste cyclable de la shimanami kaido

S’il est possible de parcourir la totalité de la route cyclable en une journée, il serait dommage de passer à côté de tous les sentiers sinueux plus ou moins cachés de ces îles. Je préfère voir cette route cyclable comme une occasion de découvrir ces îles plutôt que de devoir passer rapidement de l’une à l’autre. Puisque je pouvais reste trois jours, j’ai planifié mon voyage pour pouvoir prendre mon temps, ce qui m’a donné l’occasion de visiter des lieux où j’ai pu ramasser des fruits, me délecter de la cuisine locale ou encore visiter des musées étonnants le long de mon chemin.

Premier jour : Pirates, fraises et ponts sur l’île d’Oshima

Légèrement instable sur mon vélo, ma précieuse carte dans la poche, mon voyage a débuté par une ascension vers le début du pont qui m’a coupé le souffle, tout autant que la vue magnifique que j’ai pu admirer une fois arrivée en haut. J’ai laissé mes yeux se perdre à l’horizon, parmi les îles qui apparaissaient à l’horizon et les tourbillons qui se dessinaient sur l’eau à la suite des bateaux qui serpentaient sur la mer. Je me remis sur mon vélo pour traverser ce qui fut le premier triple pont suspendu au monde, le pont Kurushima Kaikyo (来島海峡大橋), la plus belle des manières de débuter une journée pleine d’aventures.

Mon premier arrêt, sur l’île d’Oshima, me fit découvrir une partie surprenante de l’histoire de l’île, celle des pirates de la mer intérieure de Seto durant l’époque médiévale. Le musée Murakami Kaizoku nous apprend à voir les pirates non pas comme des hors-la-loi mais plus comme des membres de clans ressemblant à des samouraïs et voués à protéger les îles et à contrôler les mers. Après un copieux déjeuner bien mérité au terminal maritime de Noshima qui se trouvait à proximité, j’ai repris mon vélo, pour partir cette fois en direction de la côte est de l’île d’Omishima.

Musée Murakami Kaizoku (île d’Oshima)
Adresse : 1285, Miyakubo, Miyakubo-cho, Imabari city, Ehime 794-2203
Téléphone : +81 897-74-1065
Horaires d’ouverture : 9h – 17h ; fermé les lundis ou le jour suivant si le lundi est un jour férié
Tarif : Adultes : 310 yens ; étudiants 160 yens ; moins de 18 ans : gratuit

Après avoir traversé un autre pont, je me suis retrouvée sur l’île d’Omishima, plus grande et parcourue de teintes automnales offrant un magnifique contraste avec le bleu de l’océan. Le sentier en bord de mer offrait une balade pittoresque passant devant des fermes et de petites exploitations et accompagné par les eaux calmes de l’océan de l’autre côté du chemin. Je suis rapidement arrivée à Shimanami-no-Chisana-ie, une ferme traditionnelle dans laquelle il est possible de séjourner et qui se trouve dans la petite ville de Kamiuracho, sur l’île d’Omishima. Cette ferme dans laquelle on cultive des fraises est aussi la demeure de Mme Inoue et de sa famille qui m’accueillirent avec une tasse de thé, un délicieux sorbet aux fraises, et des histoires à me raconter. En posant mon sac dans ma chambre en tatamis, je me suis tout de suite sentie chez-moi, et je suis rapidement allée retrouver la famille de la ferme pour aller cueillir des fraises avec eux. Mme Inoue me parla de sa famille et de ses voyages au Royaume-Uni, le temps passait tranquillement sans que je ne m’en rende compte et nous avons fini par nous diriger vers un petit restaurant local pour le dîner, avant d’aller me coucher tôt pour plonger dans un sommeil que j’accueillis avec autant d’entrain que les délicieux fruits cultivés dans la ferme.

Séjour à la ferme et cueillette de fraises à Shimanami-no-Chisana-ie (île d’Omishima)
Adresse : 379, Amazaki, Kamiura-cho, Imabari city, Ehime 794-1403
Téléphone : +81 897-87-4005
Prix d’une chambre : 8000 yens par personne et par nuit, comprenant petit-déjeuner et cueillette de fraises. Possibilité de venir cueillir des fraises sans passer la nuit. Réservation nécessaire.
Cueillette de fraises : Adultes : 1500 yens (d’avril à juin), 1800 yens (de janvier à mars) 40 minutes de dégustation de fraises à volonté. Ouvert de 10h à 11h30 et de 13h30 à 16h30 entre le 2 janvier et fin juin.

Deuxième jour : musées, sanctuaires, et yoga au coucher du soleil

Après un fantastique petit-déjeuner faisant la part belle aux fraises de la ferme, j’ai repris la route pour partir à la découverte de l’île et de son étonnant musée d’architecture. Dédié au fameux architecte Toyo Ito, ce musée met en valeur son travail mais aussi les paysages naturels de l’île à travers son design inhabituel.

Le musée d'architecture de Toyo Ito
Le musée de Toy Ito est une œuvre de l’architecte moderne Toyo Ito, inspirée de la beauté des paysages de la région

En route vers le parc qui se trouve à l’entrée du pont qui me fera bientôt passer sur une nouvelle île, je prends le temps de découvrir les arbres tordus du sanctuaire d’Oyamazumi. En marchant entre les arbres pour atteindre le sanctuaire, je me sentis happée par l’histoire de l’île. En retournant vers la côte est, je pris mon déjeuner tout en profitant de la vue sur le pont Tatara qui mène à l’île d’Ikuchi, m’offrant au passage une bouteille de jus de mikan (mandarine) cultivées dans la région, ainsi qu’un dorayaki (pâtisserie japonaise fourrée à la pâte de haricot rouge) spécialement décoré d’un motif de la Shimanami Kaido.

Sanctuaire d’Oyamazumi (île d’Omishima)
Adresse : 3327, Miyaura, Omishima-cho, Imabari city, Ehime 794-1304
Téléphone : +81 241-45-2323
Horaires : les portes sont fermées après 17h. Musée ouvert de 9h à 15h30.
Tarif : gratuit (entrée dans le sanctuaire), 1000 yens pour les adultes (musée)

Je suis montée à bord du premier ferry de mon voyage pour me rendre sur la petite île d’Iwagi depuis le port de Sunoe sur Ikuchi. Cette escapade ne fait pas partie de la route principale de la Shimanami Kaido, mais c’est le genre de détour qui permet d’entrevoir une vie rurale plus tranquille encore. Prendre le ferry coûte 300 yens, et si vous écrivez votre nom et votre nationalité sur votre ticket, la prise en charge de votre vélo sera gratuite grâce au programme « Shimanami Cycling Free ».

Ferry dans le port d'Okohi, sur l'île d'Ikuchi

En parcourant cette petite île à vélo, je suis encouragée par les exclamations amicales des écoliers en train de rentrer chez eux, me permettant de garder ma motivation alors que je grimpe une colline sur une route plus raide que je ne l’aurais cru. J’arrive juste à l’heure pour une séance de yoga au coucher du soleil à côté de la plage West Beach (西部海水浴場), au sud-ouest de l’île. Une séance de yoga qui tombe à pic pour soulager les courbatures de mes jambes grandement sollicitées par ces heures de vélo. Devant un ciel superbe teinté de rose qui se reflète dans les eaux calmes de la mer, je me laisse guider par la merveilleuse Sumire, ma professeure, qui m’offre une tasse de citronnade chaude pour conclure la séance.

Sunset Yoga avec Sumire (île d’Iwagi)
Adresse : Iwagi, Kamijima-cho, Ochi-gun, Ehime 794-2410
Tarif : 1500 yens pour un adulte
Horaires : Selon l’heure du coucher de soleil, d’autres sessions de yoga sont possibles

Troisième jour : sel et citrons

Prête à explorer une nouvelle île, je laisse mon vélo derrière moi pour monter à bord d’un ferry en direction de Yuge-jima et passant près d’autres petites îles sur son trajet. Sur l’île de Yuge, j’ai l’occasion d’en apprendre plus sur les traditions de fabrication du sel grâce à un famille locale qui me fait découvrir des techniques traditionnelles vieilles de plusieurs siècles permettant de transformer l’eau de mer en sel de première qualité, grâce à du temps, de la patience, et des connaissances accumulées au fil des générations. Déjeuner dans leur restaurant, le Shimade Cafe, est un vrai moment de bonheur, et les différents sels en vente dans leur boutique font d’excellents souvenirs à ramener à la maison. Après avoir repris le ferry pour retourner sur l’île d’Iwagi, je me suis dirigée vers la ferme Okano Farm.

Tout en ramassant des citrons pendant que des poules picoraient à mes pieds, je discutais avec les propriétaires et j’appris comment bien choisir et ramasser des citrons. Choisir la bonne taille, couper les citrons de la bonne manière, puis les mettre dans le panier, un enchaînement que je réalisais vite comme une pro (certes, un peu lentement, mais quand même). J’aurais aimé pouvoir rester toute la journée, mais je finis par repartir, mon sac remplit de citrons accompagnés de quelques clémentines pour la route. Pour la dernière étape de mon voyage, je pris un bateau au port d’Okogi (小漕港) pour me rendre à Sunoe (洲江港) et je repris la route à vélo jusqu’à Setoda, tout en profitant une dernière fois des magnifiques paysages offerts par l’océan.

Cueillette de citrons à Okano Farm (île d’Iwagi)
Adresse : 4832, Iwagi, Kamijima-cho, Ochi-gun, Ehime 794-2410
Téléphone : +81 897-75-2488
Tarif : 1500 yens par personnes
D’octobre à mai (en fonction de la période de récolte), réservation nécessaire cinq jours à l’avance (+81 897-75-2488). Gants et outils sont fournis, il n’est pas nécessaire d’amener quoi que ce soit.

En arrivant au port de Setoda (瀬戸田港), j’embarquai sur un dernier ferry et je vis mon vélo être soigneusement empilé avec des dizaines d’autres. En chemin vers Onomichi, le point d’arrivée de mon périple, j’eus le sentiment que le voyage avait été long et relaxant, mais aussi qu’il s’était terminé bien trop tôt. Déterminée à revenir, je savourais une clémentine fraichement cueillie en regardant les îles s’éloigner. Prête à rendre mon vélo, mais pas encore tout à fait prête à retrouver l’agitation des villes japonaises.

Le pont de Kurushima depuis l'île d'Oshima

Séjourner le long de la Shimanami Kaido

Il existe de nombreux lieux où passer la nuit sur les îles de Setouchi, de la minshuku traditionnelle aux auberges de jeunesse contemporaines. Un séjour chez l’habitant comme dans la ferme d’Inoue est une merveilleuse manière de faire la connaissance des habitants de ces îles, tandis que les auberges de jeunesse vous permettront de faire la rencontre d’autres cyclistes parcourant la Shimanami Kaido et de glaner au passage quelques astuces et conseils pour votre vélo et votre périple.

Les ferrys de la Shimanami Kaido

Les îles sont connectées par tout un réseau de ferrys parcourant de courtes distances, la plupart ne nécessitent aucune réservation, que cela soit pour les piétons ou pour les cyclistes accompagnés de leurs vélos.

Comment se rendre au Sunrise Itoyama à Imabari

Pour ceux qui voyagent en transports en commun, le centre de location de vélos est accessible via un bus au départ de la gare d’Imabari (la ligne « Ohama via Koura »). Le trajet dure une vingtaine de minutes mais n’est desservi que quelques fois par jour, veuillez vérifier les horaires à l’avance auprès de la gare. Il faut environ 40 minutes en train express pour atteindre la gare d’Imabari depuis la gare de Matsuyama (1500 yens) ou comptez 80 minutes en train local (970 yens). Si vous arrivez par l’aéroport de Matsuyama, vous pourrez prendre un bus à l’aéroport qui vous amènera à la gare de Matsuyama (15 minutes, 630 yens) et vous pourrez prendre un train, express ou local, pour vous rendre à Imabari. Pour plus d’informations veuillez consulter le site internet de Shimanami Japan. Pour ceux qui louent des vélos, un bus navette entre la gare JR de Hashihama et Sunrise Itoyama est également disponible durant les week-ends et les jours fériés, les départs se font à 8h25 et à 9h. Veuillez réserver la veille avant 18h.

Article écrit en partenariat avec Setouchi Shimanami Kaido Activation executive comittee
Traduit de l’anglais par Joachim Ducos

Lily Crossley-Baxter

Lily Crossley-Baxter

I’m a travel and culture writer from North Wales, but I’ve been based in Japan for the past six years. I love exploring the rural side of Japan, especially to see communities working on unusual regeneration projects. I spent my first year here in Mie prefecture, later moving to Tokyo and am really lucky to have been able to experience both sides of daily life. Between onsen, the food and the unique festivals, I have so many places left to explore in Japan but also love getting out of the country to travel abroad — it gives you a great perspective on what makes each place unique.

Laisser un commentaire


X