fbpx Skip to main content

Ise Jingu est le sanctuaire le plus important du shintoïsme japonais. C’est un lieu de pèlerinage visité par des millions de Japonais chaque année. Aux étrangers visitant le Japon, la région d’Ise-Shima offre un voyage dans le cœur spirituel du pays.

Lorsque les Japonais évoquent Ise Jingu, il s’agit en réalité de 125 sanctuaires autour et à l’intérieur de la ville d’Ise. Il est coutume de visiter au moins les deux plus importants et dans l’ordre: Geku et Naiku. Geku se trouve dans la ville et se visite en premier. Naiku, le plus grand qui se situe légèrement au sud de la ville, se visite ensuite. Je vous propose de me suivre pour une journée à la découverte du sanctuaire d’Ise Jingu et d’autres lieux incontournables de la ville.

Le sanctuaire de Geku

Le sanctuaire de Geku est consacré à la déesse de la nourriture, Toyouke, qui se charge de donner sa nourriture à la divinité Amaterasu dans le temple intérieur. Mais Toyouke veille aussi au bien-être des humains, et ne leur procure donc pas que la nourriture. Elle leur apporte aussi des vêtements et un logement.

Selon les croyances shinto, c’est la déesse du soleil Amaterasu qui ordonna que l’on construise un sanctuaire en l’honneur de Toyouke, car elle avait besoin de son aide à Ise. Amaterasu apparut à l’empereur Yuryaku, il y a plus de 1500 ans, pour lui exprimer sa volonté. On convoqua alors Toyouke, qui quitta la province de Tanba (actuelle Kyoto).

Le sanctuaire de Geku, aussi appelé Toyouke Daijingu (le grand sanctuaire de Toyouke), se cache dans la forêt dense d’un parc. En passant les toriis successifs et les immenses cèdres sur le chemin nous menant au sanctuaire, on aurait presque l’impression d’avoir rétréci. À l’intérieur du parc se trouve le sanctuaire principal ainsi que d’autres, plus petits, construits dans le même style architectural. Sobres et imposants, les bâtiments sont construits en bois, et les arrêtes des toits couvertes d’or.

un sanctuaire en bois au milieu d'une forêt, le bâtiment est de couleur naturelle et l'arrête du toit est recouverte d'or
Les toits des sanctuaires de Geku scintillent dans la lumière filtrée par les branches.

Mon guide m’expliqua qu’ils sont entièrement reconstruits à l’identique tous les 20 ans, dans le désir de permettre aux divinités qui y résident de pouvoir toujours habiter un sanctuaire beau et neuf. On peut aussi y voir un lien avec les croyances fondamentales shintoïstes du cycle de la vie et du renouvellement de la nature. En effet, à côté de chaque bâtiment, un terrain de gravier de la même superficie est laissé vide. Quant à l’intérieur du sanctuaire principal, il est formellement interdit à quiconque d’y accéder, mis à part la famille impériale et les prêtres. J’apercevais son toit doré au loin derrière les murs. La cérémonie de reconstruction appelée shikinen-sengu est l’unique occasion pour le public d’approcher ce lieu si vénéré. Soyez patient, la prochaine aura lieu en 2033. 

Le sanctuaire de Sarutahiko

Après la visite de Geku, je me dirigeais doucement en direction du sanctuaire de Naiku. J’avais prévu de m’arrêter en chemin au sanctuaire de Sarutahiko. En arrivant devant le portail j’ai eu la chance de rencontrer un prêtre qui m’a fait une révélation. Saviez-vous qu’il ne faudrait jamais prendre de photo d’un sanctuaire en lui faisant face ? Afin de ne pas déranger les divinités qui y séjournent, il faut se placer en diagonale pour ne pas leur barrer la route.

sanctuaire de Sarutahiko devant un ciel bleu
L’architecture du sanctuaire Sarutahiko est légèrement plus colorée que Geku et Naiku.

Je remarquais une réelle volonté pédagogique du sanctuaire qui s’évertue à initier les visiteurs aux bonnes manières à observer dans un lieu sacré. Par exemple, dans une brochure en anglais qui présente le lieu, on vous explique brièvement comment présenter ses respects aux kami (divinités shinto) ou pourquoi on se purifie les mains.

Le sanctuaire est dédié à Sarutahiko, divinité de la guidance. On dit qu’il est tenu par des descendants directs de Sarutahiko depuis sa création.

De l’autre côté du sanctuaire se trouve un autre sanctuaire dédié à la divinité du divertissement et du mariage. Je passais ce deuxième sanctuaire pour arriver devant une rizière. Comme dans beaucoup de sanctuaires shinto, le prêtre me raconta que cette petite rizière servait à effectuer la cérémonie de plantation du riz.

Déguster des Ise-udon dans les rues piétonnes

En quittant le sanctuaire Sarutahiko, je regagnais la rue marchande d’oharai-machi à une minute de là. Dans ce paysage pittoresque, les nombreuses boutiques aux devantures traditionnelles en bois donnaient l’agréable impression d’avoir voyagé dans le temps. En descendant la rue jusqu’au bout, on arrive au sanctuaire Naiku. Mais avant cela je tenais à faire une pause déjeuner en goûtant à une spécialité locale. Et l’un des surnoms de la région étant le paradis des gourmets, ce ne sont pas les spécialités qui manquent ! Mais pour une amatrice de udon comme moi, l’un de mes grands plaisir lorsque je voyage dans les préfectures japonaises est de goûter à la spécialité de udon de chaque région.

Je tournais donc pour prendre la rue d’okage-yokocho, où un maneki-neko de pierre m’indiquait à la voie à suivre. C’est dans cette rue, tout aussi jolie, que se trouve le restaurant Fukusuke (Ise-udon). L’établissement propose des dizaines de recettes mais je commandais un classique: le tsukimi-udon. Un œuf cru sur les nouilles chaudes, tout juste égouttées, baignant dans le bouillon de katsuo-bushi (copeaux de bonite séchée), le tout parsemé de jeunes oignons frais. Les udon épais d’Ise sont connus pour leur texture unique, épais mais fondants, et non pas fermes comme c’est généralement le cas des udon. Ils sont recouverts d’un bouillon foncé et liquoreux. Je m’attendais à un goût très fort et très salé mais, au contraire, il était doux et très parfumé. Chez Fukusuke, le bouillon est fait maison et est extrêmement apprécié ! Un conseil, allez-y un peu plus tôt pour éviter les longues files d’attente (qui en valent bien la peine cela dit).

Le sanctuaire de Naiku

En reprenant oharai-machi vers le sud, j’arrivais devant l’entrée du sanctuaire d’Ise Jingu Naiku. On l’appelle aussi le Kotaijingu. L’immense torii qui se dresse à l’entrée encadre le soleil à son lever. En effet, ce sanctuaire a été construit en l’honneur de la déesse du soleil Amaterasu. Cette divinité est considérée comme l’ancêtre de tous les empereurs successifs du Japon et elle est vénérée dans le palais impérial depuis toujours. Elle serait apparue à la princesse Yamatohime-no-mikoto à Ise, sous le règne du 11e empereur Suinin. C’est à ce moment-là, il y a plus de 2000 ans, que lui fut consacré le Kotaijingu, dans ce lieu qu’elle aurait elle-même désigné.

C’est le lieu le plus important et le plus sacré de tout le complexe d’Ise Jingu, et du Japon. On pénètre dans le parc en traversant le pont Uji qui délimite l’espace sacré. Tout comme à Geku précédemment, on passe de nombreux toriis qui côtoient les cimes d’immenses arbres. Mais au sein du Naiku, tout semblait encore plus grand, encore plus impressionnant. Ici aussi le pavillon principal est protégé par quatre rangées de murs, et seuls la famille impériale et les prêtres y sont autorisés. En marchant dans la forêt vous apercevrez son toit d’or entre les arbres.

A wooden shrine gate leads to a bridge
Le pont Uji traverse la rivière Isuzu et symbolise le passage entre notre monde et le monde sacré.

On peut se rendre devant l’enceinte qui cache le pavillon pour adresser ses respects à la déesse. Aussi, comme la plupart des grands sanctuaires, Geku et Naiku possèdent tous les deux un kaguraden. Vous avez sûrement déjà remarqué ce bâtiment dans une style architectural complètement différent, où l’on peut se procurer des amulettes porte-bonheur. C’est ici que les pèlerins peuvent faire des offrandes de kagura, des rituels de chants et de danses, afin de transmettre leurs prières.

Séjourner sur la baie d’Ago

Pour passer la nuit à Ise, on m’avait conseillé cet hôtel sur la baie d’Ago : le Shima Kanko Hotel – The classic. Il se trouve sur Kashikojima, l’une des nombreuses presqu’îles de la baie d’Ago, au sud-est d’Ise Jingu. Une région particulièrement connue pour la culture des perles, et pour les ama qui pêchent en apnée.

Il offre tout le confort d’un hôtel 4 étoiles, au milieu des paysages magnifiques du parc national d’Ise-Shima. Ouvert en 1951, il fête donc son 70e anniversaire cette année. En 2016, l’hôtel attira l’attention du monde entier en accueillant le G7 d’Ise-Shima.

Comme j’arrivais en fin d’après-midi, je demandais au personnel quel était le meilleur endroit pour observer le coucher du soleil. On m’indiqua la guest lounge, au deuxième étage. On me proposa aussi de m’emmener sur le jardin qui se trouve sur le toit d’un bâtiment qui se situe non loin : le Shima Kanko hotel – The Bay suites. Mais comme la nuit tombait très vite, je me suis dit qu’il était plus sage de rester dans la lounge et de profiter des derniers rayons du soleil. Je savourais ce moment magique sur la terrasse, en regardant les îles et les parcs à huîtres perlières qui baignaient dans la lumière rose.

La lounge propose un bar et un buffet de hors-d’œuvre jusqu’à 22h. Vous y trouverez aussi une bibliothèque. Pour le dîner, vous aurez le choix entre réserver une table au restaurant La Mer, qui comme son nom l’indique propose des spécialités à base de poisson et de fruits de mers locaux cuisinés à la française, ou vous asseoir au restaurant de teppanyaki Yamabuki, où le chef prépare les fruits de la pêche en les faisant cuire sous vos yeux. 

Vue sur la baie d’Ago depuis la terrasse du 2e étage de l’hôtel, juste avant que le soleil ne disparaisse.

Informations pratiques

Vous pouvez vous rendre à Ise depuis Osaka, Kyoto et Nagoya en empruntant un train de la ligne Kintetsu qui vous mènera à la gare d’Iseshi. Comptez environ 2h de train depuis Osaka et Kyoto, et 1h20 depuis Nagoya.

Ise Jingu Geku

Ouvert au public tous les jours gratuitement. Heure d’ouverture variable selon la saison.
Les gares les plus proches sont les gares d’Ujiyamada et d’Ise-shi. La gare d’Ujiyamada est desservie par la ligne Kintetsu et la gare d’Ise-shi est desservie par la ligne Kintetsu et la ligne JR Sangu. En voiture, vous pouvez vous garer sur le parking du temple qui est gratuit.

Sarutahiko-jinja

Ouvert tous les jours gratuitement et en continu.
Accessible en bus depuis Geku en 10 minutes. Prenez le bus de la ligne 55 à l’arrêt « geku mae » en direction de Naiku-mae et descendez à « sarutahikojinja mae ». Pas de parking gratuit.

Fukusuke (Ise-udon)

Ouvert tous les jours de l’année de 10h à 17h30.

Ise Jingu Naiku

Ouvert au public tous les jours gratuitement de 5h à 18h entre janvier et avril et en septembre, de 5h à 19h entre mai et août, et de 5h à 17h d’octobre à décembre.
Accessible depuis le sanctuaire de Sarutahiko à pied en 20 minutes et en passant les rues commerçantes piétonnes, 10 minutes depuis le restaurant Fukusuke.

Les Japonais disent qu’il faut visiter le sanctuaire d’Ise au moins une fois dans sa vie. Cet itinéraire vous propose de découvrir tranquillement les lieux incontournables d’Ise Jingu en une journée. N’hésitez pas à rajouter cette destination à votre prochain voyage, que vous décidiez d’y faire une escale d’une nuit en voyageant entre Tokyo et Kyoto, ou que vous ayez envie de passer plus dans temps dans la préfecture de Mie.

Article écrit en partenariat avec la préfecture de Mie.
https://www.facebook.com/japantravelmie.fr

Clémentine Sandner

Clémentine Sandner

Designeuse d’origine française, installée au Japon depuis 2014. Venue dans l'idée de passer un an à Tokyo... je ne suis jamais repartie depuis ! Je me suis vite passionnée pour les textiles traditionnels japonais, et la beauté des paysages m'émerveille encore chaque jour. Après avoir vécu à Tokyo, Osaka et Kyoto, je vis maintenant à Miyazaki, au sud de la région de Kyushu. J’aime prendre la route et parcourir la région à la découverte de l’artisanat local et autres trésors cachés.

www.mikanbags.com

Laisser un commentaire


X