Les vents forts qui soufflaient sur les hauts plateaux de Senomoto m’ont d’abord inquiétés : j’avais peur qu’ils ne rendent ma promenade à vélo difficile. Mais ils se sont au contraire avérés bénéfiques : en observant le paysage lointain, Kota-san, un de mes guides de l’Aso Kujyu Cycle Tour, a déclaré que c’était le jour le plus clair qu’il ait vu depuis un moment.

Aso Kujyu Cycle Tour : promenades à vélo à Kumamoto

Kota-san et Abe-san sont les deux hommes qui ont créé cette entreprise qui organise des promenades à vélo. Leur mission est de donner à tous une chance de découvrir les paysages incroyables du nord de la préfecture de Kumamoto à vélo — quels que soient le niveau en matière de cyclisme et la condition physique de leurs clients.

Pour l’instant, nous étions arrêtés au bord de la route qui remontait vers les monts Kuju. Mais seulement 15 minutes plus tôt, nous étions dans leur boutique au pied de la montagne, occupés à nous équiper et à choisir nos vélos.

La boutique d’Aso Kujyu Cycle Tour, située à côté de l’aire de repos de Sanai, offre un vaste choix de vélos de grande qualité : vélos de route ou VTT, pour adultes ou enfants, et même des vélos électriques. J’ai d’abord été un peu vexé que Kota-san me conseille de choisir un vélo électrique ; je ne suis peut-être pas un cycliste professionnel, mais je ne suis tout de même pas encore un vieux croulant ! Mais un peu plus tard, alors qu’Abe-san, malgré son excellente condition physique, s’essoufflait en grimpant quelques côtes courtes mais raides, je suis devenu reconnaissant envers Kota-san pour ses bons conseils.

Comme j’avais un avion à prendre à l’aéroport de Kumamoto pour rentrer de mon voyage, nous avons opté pour une version abrégée de l’excursion appelée “Downhill” — qui privilégie la descente. En général, la promenade commence au sommet de l’arête de Makinoto, un des cols les plus spectaculaires de l’île de Kyushu, puis descend par des chemins tortueux et assez raides, mais bien entretenus. Le bord de la route est parfois aménagé pour permettre de s’arrêter et d’admirer le panorama impressionnant sur la caldeira du mont Aso. L’itinéraire continue en empruntant des routes presque désertes qui traversent les prairies des hauts-plateaux de Senomoto, où des troupeaux de vaches jersiaises broutent en regardant filer ces étranges créatures à deux roues.

Alors qu’Abe-san roulait devant moi, en me faisant signe pour me prévenir quand il fallait ralentir ou me ranger, Kota-san nous suivait à distance en voiture. Les deux communiquaient par casque radio, Kota-san assurant notre sécurité. Il a ainsi pu également nous raccompagner jusqu’à la boutique une fois la promenade terminée.

Depuis les hauts plateaux verdoyants, nous sommes descendus en traversant un sous-bois, puis avons suivi le cours de l’un des nombreux ruisseaux qui serpentent dans la région. Maintenant, des fermes commençaient à apparaître, au milieu des rizières dorées, prêtes pour la moisson.

En route vers le pays des onsen

Je dois préciser que même s’il s’agit le l’excursion “Downhill”, toutes les portions du chemin ne sont pas en descente. Il y avait parfois de courtes montées où Abe-san devait passer à une vitesse inférieure et peinait un peu. De mon côté, confortablement installé sur mon vélo électrique, je n’ai jamais eu besoin de me mettre en danseuse pour grimper ces côtes, et mes vieux genoux grincheux pourront m’en remercier plus tard (ou remercier Kota-san d’avoir choisi un vélo électrique pour moi).

En suivant la rivière Manganji, nous sommes arrivés sur un site intéressant : sur la rive, juste au bord de la route, se trouve l’onsen Manganji, un bain public que ne pourrait pas être plus public. Je suppose que lorsque l’on vit dans un petit village rural au Japon, on n’a littéralement rien à cacher à ses voisins. Cependant, pour ceux qui sont un peu plus pudiques, le ville a construit à côté un établissement de bains convenablement fermé.

Une centaine de mètres plus bas en suivant la rivière, le temple Tachimamorusanmangan se dresse paisiblement au milieu des mousses. Il fut construit il y a sept siècles pour protéger le village contre l’invasion de Genghis Khan. Le Japon regorge d’anciens temples de ce type : des sites méconnus et merveilleux, que l’on peut découvrir en explorant la campagne à vélo.

La géographie du nord de la préfecture de Kumamoto est tout à fait exceptionnelle. En dévalant ses pentes, il est aisé d’oublié de quelles hauteurs on est parti. Les monts Kuju dominent à 1700 mètres d’altitude. Quand vous arrivez aux hauts-plateaux de Senomoto, vous êtes encore à 800 mètres au-dessus du niveau de la mer. J’avais du mal à imaginer que nous pouvions encore et toujours continuer à descendre, aussi longtemps que nous roulions. Mais nous avons fait une pause devant l’entrée d’un long tunnel. Et là, Abe-san a expliqué que j’aurais encore besoin de freiner pour maîtriser ma vitesse quand nous déboucherions de l’autre côté.

La cuisine locale de Kumamoto : de ce côté-ci du paradis

Les contrées situées de l’autre côte de ce long tunnel avaient des airs de paradis rural : une vallée couverte de rizières dorées et de fermes, traversée par un ruisseau limpide au flot calme. Nous avons roulé le long de la rivière jusqu’à notre destination pour le déjeuner : Shikino Sato Hira, une adorable ferme auberge réputée pour servir des spécialités de Kumamoto. Devant la ferme, des tamanegi (oignons) étaient suspendus assez hauts pour que les sangliers qui rodent dans les parages ne puissent pas les atteindre. Sur la véranda, on pouvait voir des panniers pleins de kuri (marrons) frais, en train de sécher au soleil.

Abe-san m’a conseillé un menu comprenant diverses spécialités locales. Le plateau qu’on m’a apporté ne comprenait pas moins de 14 plats différents ; principalement des légumes-racine locaux et des légumes cuisinés avec des sauces et marinades légèrement sucrées typiques de la cuisine de Kyushu. À ma grande surprise, les plats ont ensuite continué à nous être servis : allant de tempura de légumes à du poulet élevé en plein air, en passant par une copieuse soupe à base de viande et de légumes. Et, bien sûr, un bol de riz blanc onctueux, provenant sans aucun doute de la première récolte de l’année dans la région. Le propriétaire, constatant mon désespoir de ne pas pouvoir venir à bout de ce festin, m’a rassuré en me disant que je pourrai emporter avec moi tous ce que je n’arriverai pas à finir.

Pendant le déjeuner, nous avons discuté à propos de l’entreprise. Aso Kujyu Cycle Tour propose toute une variété de forfaits, allant de simples location de vélos et de matériel pour ceux qui veulent explorer la région en autonomie, jusqu’à des circuits complets en VTT. Kota-san et Abe-san souhaitent adapter leurs offres au maximum en fonction de la condition physique et du niveau de chacun des participants. En réservant, vous pouvez expliquer le type de circuit qui vous intéresse, ainsi que vos capacités physiques et votre niveau d’expérience, ils pourront ainsi vous proposer un itinéraire sur mesure.

J’ai regretté d’avoir un vol à attraper si tôt, car j’aurais aimé pouvoir tenter l’expérience du circuit “Downhill” complet — 30 kilomètres. Mais j’étais pressé par le temps. En empruntant l’autoroute en voiture pour rentrer au magasin, j’ai réalisé tout ce que l’on peut découvrir de Kumamoto en enfourchant un vélo pour sortir des sentiers battus. Et je ne peux pas imaginer qu’il y ait de meilleurs guides que ceux d’Aso Kujyu Cycle Tour pour ça !

Kumamoto : un paradis pour les amateurs d’activités de plein air

Le vélo est juste l’une des nombreuses activités de plein air que l’on peut pratiquer dans le nord de la préfecture de Kumamoto. Monter à cheval à travers les champs et les hautes plaines. Randonner en solitaire dans la montagne, le long des ruisseaux à Oguni, en admirant les couleurs de l’automne. Même partir pour une aventure en kayak originale, en descendant un canal d’irrigation à Kikuchi ! Avec trois saisons où le temps est agréable, vous êtes certains de trouver un moyen de profiter de la beauté des paysages de Kumamoto.

Se rendre dans la région d’Aso Kuju

Comme les sites touristiques du nord de la préfecture de Kumamoto sont répartis dans un vaste territoire, louer une voiture est le meilleur moyen de visiter la région. Il est possible d’en louer dans la plupart les points d’arrivée comme Fukuoka et Kumamoto, près de l’aéroport de Kumamoto et des principales gares de Shinkansen. Comptez environ une heure depuis l’aéroport de Kumamoto et deux heures depuis les aéroports de Fukuoka et Oita.

Aso Kujyu Cycle Tour (Trim Co.)

Adresse : 5621-7 Manganji, Minamioguni, Aso District, Kumamoto 869-2402

Horaires : 9h00 – 17h00

La disponibilité des services peut varier en fonction des conditions météorologiques. En général, il n’est pas possible de faire du vélo pendant la saison hivernale. En cas de doute, contactez directement l’agence pour obtenir des informations.

Site Internet : http://aso-cycletour.com/

Accès en voiture depuis les aéroports les plus proches

Depuis l’aéroport de Fukuoka : environ 2 heures 20 minutes
Depuis l’aéroport d’Oita : environ 2 heures 10 minutes
Depuis l’aéroport de Kumamoto : environ 50 minutes

Article original écrit par Todd Fong
Traduction par Clémentine

Article réalisé en partenariat avec le siège administratif de la région Nord de Kumamoto.

Voyapon

Voyapon

Hi We are Voyapon's desk to introduce more suggestions or a unique Event / Exhibition / Restaurant / Services for suggesting your travel plan! Our passion is to bridge the traditional tour highlights with a deeper exploration of lesser known cities and sights in Japan!

Laisser un commentaire


X