fbpx

Direction la préfecture de Gifu au Japon, au cœur des Alpes japonaises. Loin de la frénésie des villes, les villages traditionnels nichés dans les montagnes et les vallées de Hida-Takayama vous invitent à goûter à la douceur de vivre de la campagne japonaise, où les habitants vivent en harmonie avec la nature, dans ce qu’on appelle en japonais le satoyama. Découvrir le satoyama, c’est découvrir le Japon rural des montagnes, au rythme de la nature, de la vie de village et de la gastronomie locale. Et si ces modes de vie sont menacés par l’exode rural, ils n’ont rien perdu de leurs charmes et connaissent même un regain d’intérêt chez les jeunes générations.

Vivre le satoyama dans les montagnes de Hida

Le satoyama (de 里山, satoyama, village et montagne) est une notion typiquement japonaise qui évoque une vie rurale entre campagne et montagne, où les habitants vivent dans une relation harmonieuse à la nature qui les entoure. Découvrir le satoyama à Hida-Furukawa, c’est plonger dans des paysages bucoliques des Alpes japonaises et goûter à la vie quotidienne des villages ruraux en appréciant les parfums de leur terroir, en en ressentant le rythme et le souffle.

C’est aussi découvrir un artisanat régional de prestige, consommer local, et partir à la rencontre des habitants. Depuis les années 2010, des projets gouvernementaux et des initiatives privées ont éclos pour préserver les modes de vie traditionnel de ces villages de montagne, et protéger et redynamiser les activités de leurs habitants.

Les maisons traditionnelles de Hida Takayama se fondent dans la nature environnante

Mon expérience du satoyama a Hida Furukawa s’est principalement portée sur la découverte d’une gastronomie locale, qui est le fruit de traditions culinaires ancestrales et met toujours le terroir à l’honneur. Elle m’a aussi menée à découvrir des brasseries de saké où les brasseurs recherchent la finesse du saké et ses accords avec les mets. Elle m’a enfin ouvert les yeux sur l’ingéniosité et la délicatesse de la menuiserie et de l’ébénisterie de Hida, dont les savoir-faire millénaires sont utilisés tant pour l’architecture des maisons que pour la construction des flamboyants chars qui paradent lors des matsuri de la région.

Le Bœuf de Hida (Hidagyu)

Le bœuf de Hida est l’un des mets les plus raffinés de la gastronomie locale. Cette viande tendre à l’aspect persillé est issue d’animaux élevés en plein air par des agriculteurs ayant reçus une certification spécifique. Hidagyu est une appellation de prestige au Japon.

Des restaurants de teppanyaki servent du bœuf de Hida accompagné de légumes et assaisonné de sel. Au détour des rues de la région, des échoppes proposent aussi une des spécialités locales : le Hida sushi, une fine tranche de bœuf posée sur une boulette de riz vinaigré. Ils peuvent être enrobés d’une feuille de magnolia qui vient parfumer le riz, remplacée en mai-juin par une feuille de sakura. Les flexitariens eux-mêmes ne sauront résister à la tendreté, à l’onctuosité et aux parfums du bœuf de Hida, dont la dégustation relève de l’expérience gustative.

Déguster du bœuf de Hida au restaurant Yamayu ushi ikkan

Dès que l’on entre au restaurant Yamayu ushi ikkan (山勇牛一貫), à Hida Furukawa, un délicieux fumet enivre les convives. Ce steakhouse sert une version locale du bœuf wagyu, réputé pour ses marbrures. Le bœuf de Hida est élevé dans un climat de montagne, dans les ranchs de Yamayu sur les hauts plateaux voisins.

La viande est bel et bien la star de l’assiette. Les différents morceaux de viande — filet, longe, surlonge… — sont cuits sur un grill teppanyaki. Le menu du déjeuner comprend du steak de jupe, du steak marbré et du steak de surlonge, le tout accompagné de légumes grillés.

Hoba miso, Hida soba et légumes de montagnes

Au petit déjeuner, on sert traditionnellement une spécialité régionale ancestrale : le hoba miso. Il s’agit d’un mélange contenant entre autres de la pâte de soja fermenté, des légumes de montagne et des épices, le tout cuit sur une feuille de magnolia séchée à la flamme d’un petit barbecue de table (Hida konro). La feuille de magnolia est réputée pour ses propriétés antibactériennes. On prend le hoba miso avec ses baguettes pour le mettre sur le riz.

En journée, on sert des Hida soba, des nouilles confectionnées à la main à base de farine de sarrasin cultivé dans la région. Le climat froid de l’hiver et la grande différence de température entre l’aube et le crépuscule dans la région sont propices à la culture du sarrasin. Il est cultivé dans des champs à flanc de montagne, au plus près de sources d’eau cristallines.

Du côté des légumes, asperges, poireaux, navets rouges, courges kabocha et autres cornichons et pousses de fatsia poussent dans des potagers au pied du mont Hakusan. Ils sont mijotés, cuits en tempura ou macérés en tsukemono. On retrouve les fruits et légumes de saison sur le marché du matin de Takayama, au bord de la rivière Miya. Quant au tofu on le fait griller sur un teppanyaki (ishiwari dofu).

Mitarashi dango, mochi et autres confiseries

Au rayon des confiseries, les mitarashi dango sont des boulettes faites à base de farine de riz, pétries à la main, cuites au feu de bois sur une brochette puis nappées d’une sauce sucrée à base de sauce soja. Les gohei mochi sont quand à eux des gâteaux de riz gluant pilé, enrobés de sauce à base de miso et grillés en brochettes. On peut déguster ces friandises dans les vieux quartiers de Takayama.

Découverte des herbes médicinales de la région de Hida

Dans la région de Hida Furukawa, les montagnes sont omniprésentes, striées de rivières. Alors que les forêts occupent plus de 90 % de la superficie de Hida, forêts et champs recèlent près de 250 variétés de plantes médicinales. Les habitants des villages de montagne les utilisent depuis longtemps dans leur pharmacopée et ces plantes font la renommée de la région.

Hidamori no Megumi, un concept store autour des herbes médicinales

Hidamori no Megumi (ひだ森のめぐみ), à Hida, est un « concept store », à la fois boutique de thé et galerie. Derrière une charmante vitrine, la petite enseigne présente tout le panel de plantes médicinales des forêts de Hida, conservées dans des bocaux. Chaque plante possède des vertus qui lui sont spécifiques : contre le stress, pour soulager les allergies dues aux pollens (très fréquentes au Japon) ou les rhumatismes, contre la fatigue, le diabète, pour diminuer la pression artérielle… Les herbes médicinales mises en avant varient selon les saisons et sont associées en suivant des recettes ancestrales.

On s’attarde volontiers dans la boutique pour prendre part à une « cérémonie de thé » aux herbes médicinales. On peut choisir 4 plantes parmi un panel d’une douzaine, généralement sélectionnées en fonction de la saison. La maîtresse de cérémonie fait ensuite le mélange, et la tisane infuse 3 minutes ; pas plus, pas moins !

Cette « cérémonie de thé » d’un nouveau genre coûte 1000 yens par personne, sur réservation par téléphone au 0577-73-3400 ou par email.

À l’étage, des échantillons de plantes médicinales sont conservés dans des bocaux de verre, tandis que dans l’arrière-cour, elles poussent dans la coque en bois d’un bateau. Une agréable ambiance bohème.

Le FabCafe Hida, où l’on peut déguster un étonnant thé aux lait aux herbes médicinales

Autre adresse plus moderne, le FabCafe Hida est installé dans un bâtiment vieux de plus d’un siècle, qui était autrefois un entrepôt de saké. Rénovée dans un esprit « galerie d’art » qui met le bois à l’honneur, cette maison chaleureuse a pour spécialité le thé au lait épicé (kuro-moji miruku ti), un thé aux herbes médicinales à base de branches de lindère. Le kuro-moji est cueilli dans les forêts. Les branches et les feuilles de lindère donnent au thé amertume et profondeur. Ce breuvage aux arômes délicats a des vertus pour le transit intestinal, et améliore la circulation sanguine.

Le thé est servi avec des cannelés au lait de Hida. Au creux de l’hiver, il s’accompagne d’un amazake chai, une boisson aux épices à base de riz parfumée d’un cocktail d’épices : cannelle, gingembre, cardamome, clou de girofle et orange Pekoe séchée.

Informations pratiques

Pour plus d’informations visitez le site Internet de l’office de tourisme de Hida.

Voir d’autres articles sur Hida :

Se rendre à Hida Furukawa

• Accès à Hida en train depuis Tokyo via Nagoya : Prendre le Tokaido Shinkansen de Tokyo à Nagoya (environ 1h40), et changer à Nagoya pour prendre le train JR Hida Limited Express à destination de Takayama (environ 2h30), puis prendre un autre train JR à destination de Hida (16 minutes).

• Accès à Hida en train depuis Tokyo via Toyama : Au départ de Tokyo, prendre le Hokuriku Shinkansen à destination de Toyama (2h08). Changer à Toyama pour prendre la JR Takayama Line à destination de Hida Furukawa (1h15).

Satoyama Experience

Satoyama Experience propose plusieurs formules sur réservation :

  • « Craft Walk » : visite de la région de Hida sur le thème de l’artisanat de la région qui met à profit l’environnement forestier et s’adapte aux rigueurs de l’hiver. Environ 2h30.
  • « Food Walk » : visite sur le thème de la gastronomie au fil des commerces de bouche et des brasseries de saké. Environ 2h30.
  • « Hida Furukawa Town Walk » : visite faisant découvrir les maisons traditionnelles de la bourgade de Hida Furkawa. Environ 2h30.
  • Excursions guidées à vélo dans la campagne de Hida.

Des plats de la gastronomie locale aux herbes médicinales de montagne, on goûte dans tous les sens du terme aux charmes du « made in Hida-Takayama ».

Article réalisé en partenariat avec Hida Regional Tourism Council

Marie Borgers

Marie Borgers

Après une préparation intense, la lecture de dizaines de livres et des centaines d'heures d'étude du japonais, j'ai tout quitté pour venir m'installer au Japon, à Nagoya. En tant qu'éditrice et rédactrice, j'aime partager les émotions suscitées par l’évasion, et transmettre la connaissance d'autres cultures, berceau de la tolérance.

Laisser un commentaire


X